Aller au contenu principal

SAMAO 2019 : faire des ressources minérales, un vecteur de l’industrialisation de l’Afrique

Le Premier Ministre Christophe Joseph Marie Dabiré, a donné dans la matinée de ce jour 26 septembre 2019 et ce au nom du Président du Faso, le top de départ des activités de la 4ème édition de la Semaine des activités minières d’Afrique de l’Ouest (SAMOA). La SAMAO est un espace de mobilisation des décideurs ouest-africains et des investisseurs autour des enjeux liés aux politiques et aux pratiques minières en Afrique en général et au Burkina Faso en particulier. La 4ème édition qui se tient du 26 au 28 septembre dans la capitale Burkinabè est placée sous le thème « l’exploitation des ressources minérales et opportunité d’industrialisation de l’Afrique ». Le pays invité d’honneur est le Canada, ce pays qui a su faire des sociétés minières, l’une des clés de voûte de son développement.

L’or est devenu depuis quelques années, le premier produit d’exportation du Burkina Faso. Sa contribution au Produit intérieur brut est appréciable et les autorités Burkinabè comptent voir ce secteur contribuer au bien-être des populations. En plaçant la 4éme édition de la Semaine des activités minières d’Afrique de l’Ouest (SAMAO) sous le thème « l’exploitation des ressources minérales et opportunités d’industrialisation de l’Afrique », les organisateurs, à savoir le Ministère en charge des mines, la Chambre des Mines du Burkina et l’Association des carriers du Burkina ont vu juste. En effet, malgré le boom minier, les retombées socioéconomiques restent encore faiblement perçues. Il s’agira pour les participants venus d’une vingtaine de pays d’Afrique, d’Europe et d’Amérique, « d’échanger et de définir des stratégies pour renforcer les interactions entre l’exploitation des ressources minérales et l’industrialisation du continent africain », selon le ministre des mines Oumarou Idani.


Pour le Chef du Gouvernement burkinabè Christophe Dabiré, le thème de présente édition de la SAMAO est plus que d’actualité. En effet, l’exploitation minière doit davantage contribuer au développement d’autres types d’industries comme les raffineries, la sidérurgie, surtout les services aux mines et les industries de développement de technologies. Pour lui, le Gouvernement Burkinabè ne ménagera aucun effort pour asseoir un climat favorable au développement et à l’accompagnement des sociétés minières. « C’est cela sa mission régalienne et la vision du Président Roch Marc Christian Kaboré va aussi dans ce sens », dit-il.

Cette vision est déclinée dans le Plan national de développement économique et social (PNDES), un plan qui mise beaucoup sur le Programme d’urgence pour la mise en place d’unités industrielles dans les filières stratégiques de l’économie burkinabè, dont celles gravitant autour de l’extraction minière. Les attentes sont nombreuses quant à l’issue de cette édition de la SAMAO, car c’est l’occasion de faire des propositions en vue de la mise en œuvre de projets structurants et intégrés pour accélérer l’industrialisation aussi bien en Afrique qu’au Burkina.


Le Canada est le pays invité d’honneur de la 4ème édition de la SAMAO. Pour cet honneur, le Premier ministre a traduit toute sa reconnaissance aux autorités canadiennes qui ont du reste envoyé dans la capitale burkinabè, la Directrice générale des affaires mondiales pour l’Afrique, Paola Catwell. Son pays est le 5ème producteur mondial de l’or avec ses 200 mines industrielles et 7000 sablières et carrières qui contribuent à la performance de son économie. Le Canada est bien actif dans le secteur minier burkinabè, avec ses 7 grandes mines industrielles sur les 13 que comme le Burkina. Il devra partager ses expériences avec les participants à la SAMAO, à travers une foire d’exposition, des rencontres B to B et des débats sous forme de panels.


DCI/PM