Aller au contenu principal

Campagne de confinement de la houe manuelle au musée : un forum pour réfléchir sur l’autonomisation économique de la femme.

L'épouse du Premier ministre, Clémentine DABIRÉ, représentant la Première Dame Sika KABORE, a ouvert ce lundi 14 octobre 2019 à Bobo-Dioulasso, le forum sur l’allègement de la pénibilité du travail agricole des femmes. Il s'agit de l'activité inaugurale du lancement officiel de la campagne de « confinement de la houe manuelle au musée », organisée par le Burkina Faso, en collaboration avec l'Union Africaine.

Elles étaient très nombreuses les femmes du Burkina Faso et d’ailleurs, réunies à Bobo-Dioulasso pour défendre leur cause, à savoir réduire la pénibilité du travail et promouvoir leur autonomisation er leur épanouissement. Il est connu de tous, que la femme rurale burkinabè et africaine de façon générale, connait de dures réalités liées au caractère rudimentaire des travaux champêtres. Ce forum qui est l’activité inaugurale de la campagne initiée par l’Union africaine et soutenue par les autorités burkinabè, a été organisé, pour améliorer cette situation peu reluisante.

Il s’agit de mener la réflexion afin de trouver des solutions endogènes qui pourraient contribuer à alléger la pénibilité du travail agricole des femmes. Ce combat bénéficie de l’entière adhésion de l’épouse du Chef de l’Etat, Madame Sika KABORE, déjà engagée pour l’épanouissement de la femme en général, celle vivant en milieu rural en particulier. « Je suis convaincue qu’en prenant des mesures efficaces pour favoriser la pleine participation des femmes et pour atténuer leurs corvées dans l’activité agricole, les gouvernements nationaux et la communauté internationale peuvent atteindre les objectifs de développement agricole, de croissance économique et de sécurité alimentaire », a dit Sika Kaboré dans un discours livré par Clémentine DABIRE/BINSO.

Encourageant l'initiative de reléguer la houe manuelle au musée, la représentante de la Première Dame a souhaité voir les travaux en cours, fournir des orientations, afin d'éliminer le fardeau des femmes dans les champs et améliorer la productivité et les revenus des ménages.
« Il est pertinent de réfléchir sur les questions se rapportant à la mécanisation, à la gestion de la fertilité des sols et au droit foncier dans le but de prendre des résolutions et recommandations fortes pour permettre à la femme rurale de contribuer au développement du Burkina Faso », a soutenu le ministre de l'Agriculture et des Aménagements Hydro-agricoles, Salifou OUEDRAOGO.

A la tribune de la cérémonie d’ouverture de cette campagne, tous les intervenants à la tribune se sont montrés très préoccupés par la question, invitant les décideurs à faire de ce combat, une préoccupation urgente. La représentante de l’Union africaine de tiré la sonnette d’alarme, pour un abandon total de la houe manuelle au profit d’autres outils plus modernes. Pour l’envoyée spéciale de l’UA sur les femmes, la paix et la sécurisation, Binéta DIOP, la question de l'autonomisation de la femme passe par la création d'une plateforme de synergie d’actions pour soutenir celle-ci.

Après le lancement de la campagne, les échanges sur l'allègement des travaux champêtres des femmes se poursuivent sous forme de panels. Un monument de la femme rurale à Bobo-Dioulasso sera inauguré à la faveur de ce forum, pour symboliser l’engagement des Etats Africains à œuvrer en faveur de la réduction de la souffrance des femmes, en particulier celles du milieu rural.
DCI/PM