Gouvernement du Burkina Faso

Une délégation des Bâtonniers de l’UEMOA reçue en audience

mercredi 20 mai 2009.

 

Le Premier Ministre Tertius Zongo a reçu en audience le 18 mai 2009, une délégation des Bâtonniers de l’espace UEMOA, conduite par Maître Antoinette Ouédraogo, Bâtonnier de l’Ordre des Avocats du Burkina. Les Bâtonniers de l’UEMOA sont en concertation à Ouagadougou, en vue d’élaborer un ensemble d’instruments juridiques, devant concourir à une meilleure application du règlement permettant la libre circulation et le libre établissement des avocats ressortissants de l’UEMOA. Ils sont venus s’entretenir avec le chef du gouvernement sur les enjeux de cette rencontre.

A sa sortie d’audience, Maître Antoinette Ouédraogo s’est dite satisfaite de l’entretien avec le Premier Ministre. « Le Premier Ministre nous a écouté avec attention et nous a prodigué des conseils. Il nous a fait des recommandations et nous sortons extrêmement satisfait de l’audience qu’il a bien voulu nous accorder », a-t-elle souligné. Selon elle, cette audience revêt une grande importance pour les Bâtonniers de l’espace communautaire, dans la mesure où elle a permis de solliciter auprès du Premier Ministre le soutien du gouvernement pour la mise en œuvre des textes en cours d’adoption.

Pour Maître Antoinette Ouédraogo, des textes ont beau être pris, des résolutions ont beau être adoptées, des instruments juridiques conçus, si ils ne sont pas suivis d’un accompagnement par l’exécutif, il est difficile d’attendre des résultats miracles. C’est pourquoi, a-t-elle souligné que « voir le Premier Ministre et lui dire ce que nous attendons faire, demander à ce qu’il nous conseille, c’est déjà avoir la garantie du succès qui peut être accordé aux travaux que nous allons mener ».

Elle a précisé qu’au cours des concertations entre les Bâtonniers, la mise en place de la Conférence des Barreaux de l’UEMOA est à l’ordre du jour. Il s’agit d’une instance qui va regrouper une ou deux fois par an tous les barreaux de l’espace UEMOA, pour pouvoir débattre des problèmes qui les intéressent. « Nous nous attachons à mettre en place cette Conférence qui sera un organe de régulation, un organe de contrôle, mais surtout un organe de proposition pour la Commission de l’UEMOA », a-t-elle précisé.

Le deuxième instrument auquel elle a fait référence, est la directive qui est en voie d’être prise en vue d’harmoniser toutes les règles d’exercice de la profession d’avocat au sein de l’espace UEMOA. Bien qu’au plan déontologique, les avocats répondent aux mêmes normes, ne serait ce que par la formation initiale, ils n’ont pas tous les mêmes instruments d’accès à la profession d’exercice de la profession. Il s’agira alors de faire en sorte que tout ressortissant d’un pays de l’UEMOA qui s’installe dans n’importe quel pays de son choix, trouve son cadre juridique déjà prêt et qu’il n’ait pas à chercher autre chose que le respect des textes que la Conférence des Barreaux aura pris de concert avec la Commission de l’UEMOA.




Copyright 2003-2009 © Premier Ministère du Burkina Faso. Tous droits réservés - Contactez-nous
03 BP 7027 Ouagadougou 03 - Tel : (226) 50324889/90/91 - Fax : (226) 50330551