Gouvernement du Burkina Faso

Concours directs de la fonction publique 2011 : Campagne pour un succès garanti

vendredi 29 juillet 2011.

 

Le ministre de la Fonction publique, du Travail et de la Sécurité sociale, Soungalo Ouattara, a rencontré le mardi 26 juillet 2011, les comités de pilotage de l’organisation des concours dans les régions du Sahel, du Centre-Ouest et du Plateau-Central. Une occasion d’échanges pour une édition 2011 réussie.

« Là où ton pied peut te mener, inutile d’y envoyer l’œil d’un tiers », dit l’adage. Le ministre Soungalo Ouattara a fait sienne cette sagesse en décidant d’aller sur le terrain pour rencontrer les parties prenantes à l’organisation desdits concours. Aussi, c’est à l’aube naissante que son cortège a quitté Ouagadougou pour la province du Séno où, dès 7 h, il était dans les locaux de la direction régionale de la Fonction publique, inspectant avec minutie les listes de candidats de Dori avant de rencontrer le comité local de pilotage. La même scénario s’est répétée à Kaya et à Ziniaré.

Dans les trois régions visitées, le ministre a rencontré les comités de pilotage des concours pour se faire une idée de l’état d’avancement de l’organisation. Il a jugé satisfaisant le bilan succinct qui lui a été fait par les responsables des différents comités. Dans les trois régions, les listes des candidats sont déjà affichées, les convocations des surveillants et des secrétaires sont prêtes et les jurys déjà constitués. Si le ministre a partout répété qu’il est venu féliciter les participants pour le succès de l’édition précédente, ces rencontres visaient surtout à informer les participants des innovations prises en vue de mettre tous les candidats dans les conditions d’égalité de chance et donner à ces concours directs un label de qualité.

Ces innovations se situent sur deux plans : au niveau des organisateurs, il faut la ponctualité, la probité et la disponibilité. Ainsi, cette année, le ministre a informé les participants qu’« aucun retard ne sera toléré ». Pour cela, un contingent de remplaçants a été institué. Les per diem aussi des organisateurs seront versés avec diligence. Quant aux candidats, leur accès à la salle de composition est conditionné par la présentation de la Carte nationale d’identité burkinabè (CNIB) ou de la photocopie légalisée de ce document. La ponctualité est exigée et la fiche de composition est unique. « Il est des points sur lesquels il ne faut pas transiger si nous voulons des fonctionnaires de qualité », a dit le ministre.

Dans les entretiens à bâtons rompus, le ministre Soungalo Ouattara a réussi à faire passer des messages de fermeté tout en maintenant une ambiance bon enfant avec son auditoire. Usant de pédagogie grâce à des cas pratiques et de boutades, les participants ont pris conscience de leur responsabilité dans cette entreprise. L’organisation des concours directs de la fonction publique est une lourde machinerie de 400 000 candidats qui coûte plus de 750 millions de nos francs à l’Etat. Pour ne pas gripper la mécanique, tous les maillons de la chaîne doivent bien fonctionner ; chaque participant devra donc jouer sa partition avec sérieux. Ce message a été bien accueilli par les participants dans ces trois régions. On peut donc présager que les concours du 1er au 12 août 2011 s’y dérouleront bien, au grand plaisir du ministre qui en a fait un challenge.

Saidou Alcény Barry

L’Observateur Paalga




Copyright 2003-2009 © Premier Ministère du Burkina Faso. Tous droits réservés - Contactez-nous
03 BP 7027 Ouagadougou 03 - Tel : (226) 50324889/90/91 - Fax : (226) 50330551