Gouvernement du Burkina Faso

Le Burkina Faso proteste contre les propos déplacés du Ministre allemand des Finances

samedi 9 mai 2009.

 

Le Ministre d’Etat, Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Régionale, SEM Bédouma Alain Yoda, avec à ses côtés le Ministre de l’Economie et des Finances, Monsieur Lucien Marie Noël Bembamba, a remis, le jeudi 7 mai 2009 à la Chargée d’Affaires de l’ambassade d’Allemagne au Burkina Faso, une note verbale de protestation du gouvernement burkinabè contre les propos déplacés du Ministre allemand des Finances, qui a cité le Burkina Faso comme un paradis fiscal à l’instar de certains pays européens comme le Luxembourg, l’Autriche et la Suisse.

En effet, s’exprimant, le mardi 5 mai dernier lors d’une conférence de presse tenue à Bruxelles en marge de l’ECOFIN (la réunion des ministres des finances de l’Union européenne), Monsieur Peer Steinbrück a cité « Ouagadougou (la capitale du Burkina Faso) », parmi les pays qu’il compte inviter en juin prochain à Berlin à une conférence de suivi sur la lutte contre les paradis fiscaux.

JPEG - 10 ko
Alain Yoda, ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères du Burkina

S’adressant à la diplomate allemande, le Ministre d’Etat a d’abord rappelé l’excellence des relations d’amitié et de coopération qui existent entre le Burkina Faso et la République Fédérale d’Allemagne. Il a ensuite exprimé sa surprise face aux propos désobligeants du Ministre Steinbrück qui a classé le Burkina Faso parmi les pays où il n’y a pas de transparence fiscale.

Prenant la diplomate comme témoin des réalités quotidiennes burkinabè sur le terrain, le Ministre d’Etat a fait remarquer que si le Burkina Faso était un paradis fiscal, il ne vivrait pas dans les conditions actuelles de pauvreté et de sous développement. D’ailleurs, il serait rapidement appréhendé par les institutions financières internationales. Au contraire, le dernier rapport de Transparency International en matière de « doing business » classe notre pays en bonne place.

Notons que le système bancaire burkinabè évolue dans un cadre institutionnel communautaire, celui de l’UEMOA, avec une banque centrale commune, la BCEAO qui surveille étroitement les opérations bancaires des pays membres. Qualifier le Burkina Faso de paradis fiscal relèverait d’une grande méconnaissance du système bancaire ouest africain.

La diplomate allemande, en retour, a remercié le Ministre d’Etat pour la franchise du langage tenu, ce qui traduit la qualité des relations de coopération qui existent entre les deux pays. Elle a rassuré le chef de la diplomatie burkinabè que le message sera transmis aux autorités allemandes, et l’a informé que tout est déjà mis en œuvre à Berlin pour lever ce malentendu provoqué par un exemple mal choisi.

DCPM MAECR

www.mae.gov.bf




Copyright 2003-2009 © Premier Ministère du Burkina Faso. Tous droits réservés - Contactez-nous
03 BP 7027 Ouagadougou 03 - Tel : (226) 50324889/90/91 - Fax : (226) 50330551