Gouvernement du Burkina Faso

Le Président du Conseil d’Administration de la Bourse régionale des Valeurs mobilières reçu en audience

jeudi 30 avril 2009.

 

Le Premier Ministre Tertius Zongo a reçu en audience le 29 Avril 2009 le Président du Conseil d’Administration de La Bourse régionale des Valeurs immobilières (BRVM), Monsieur Coulibaly Tiémoko Yadé. Il est venu s’entretenir avec le Premier Ministre sur l’entrée de l’Office national des Télécommunications (ONATEL) en bourse. Il a saisi l’opportunité de l’entretien pour remercier le Chef du gouvernement pour le respect des engagements pris dans le cadre de la privatisation de l’ONATEL.

« Nous sommes venus saluer le Premier Ministre et le remercier pour la décision que le gouvernement burkinabè a prise de privatiser l’ONATEL en passant par la Bourse régionale des valeurs mobilières », a souligné Monsieur Coulibaly à la presse à sa sortie d’audience. Il a informé le Premier Ministre que la première quotation des actions de l’ONATEL interviendra le 30 avril 2009.

Monsieur Coulibaly a souligné que c’était un engagement pris par les autorités dans le cadre du développement du marché financier de procéder aux privatisations en offrant au public, aux nationaux des pays de l’UEMOA, une participation significative pour que la privatisation ne signifie pas expatriation de l’ensemble du patrimoine. « C’est pour cela que nous sommes venus remercier le Premier Ministre, le féliciter en même temps. Ce sont des engagements qui avaient été pris par les Etats et l’Etat burkinabè vient d’honorer effectivement son engagement. Nous espérons qu’il sera suivi par d’autres », a-t-il ajouté.

Parlant du marché financier, il a expliqué qu’il s’agit d’un instrument de développement économique d’un état moderne. « On pense généralement que les entreprises n’ont besoin que de financement bancaire, mais au-delà de ce type de financement qui est plutôt à court terme, les entreprises ont besoin de financement à long terme ». Il a précisé que le marché financier offre non seulement la possibilité aux entreprises de mobiliser des fonds importants pour leur développement, mais également les Etats ont besoin de financer leurs infrastructures. Elles peuvent lever l’épargne qui existe sur le marché financier.

« Nous avons besoin de beaucoup d’épargne de beaucoup de financement pour développer nos Etats. Nous allons chercher des fonds auprès des institutions étrangères mais nous devrions commencer par mobiliser nos propres ressources internes et le marché financier est l’instrument qui permet de mobiliser toutes ressources intérieures pour les consacrer au développement », a-t-il précisé.




Copyright 2003-2009 © Premier Ministère du Burkina Faso. Tous droits réservés - Contactez-nous
03 BP 7027 Ouagadougou 03 - Tel : (226) 50324889/90/91 - Fax : (226) 50330551