Gouvernement du Burkina Faso

Relogement des sinistrés : Les éclaircissements du Gouvernement

mercredi 19 mai 2010.

 

La gestion du relogement des sinistrés du 1er septembre 2009 était au centre de débats en l’Assemblée nationale le 14 mai 2010 suite à une question orale du député Tiemtoré Salifou. A travers cette interpellation au Gouvernement, le député Tiemtoré Salifou voulait avoir une situation nette sur le nombre de parcelles dégagées à ce jour, le bilan de la distribution de matériaux de construction et des difficultés rencontrées. En outre, il voulait aussi à travers sa question, savoir si l’opération pourra prendre fin avant le début de la saison pluvieuse. Nous vous proposons la réponse du Gouvernement à cette question, livrée par le ministre l’Habitat de l’Urbanisme, Vincent Dabilgou.

Excellence Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale, Honorables députés, L’insigne honneur me revient ce jour devant votre auguste Assemblée et suite à mon interpellation par l’honorable député Salifou TIEMTORE, de répondre aux préoccupations ci-après : « Suites aux pluies diluviennes du 1er septembre 2009 :
- Combien de parcelles ont-elles été dégagées à ce jour sur chacun des deux sites (Yagma et Basséko) ?
- Quelles sont les difficultés rencontrées par la commission chargées du relogement et quelles sont les solutions apportées ?
- Quel est le bilan de la distribution des matériaux de construction et du forfait en numéraire mis à la disposition des ménages sinistrés ?
- Enfin, l’opération pourra t-elle prendre fin avant le début de la saison pluvieuse ? »

Excellence Monsieur le Président ; Honorables députés,

Je voudrais dans un premier temps saluer, l’intérêt que la Représentation Nationale accorde au processus de résolution de ce sinistre et remercier l’honorable député Salifou TIEMTORE pour la visite qu’il a eu a effectuée sur le site de Yagma pour encourager l’ensemble des acteurs impliqués dans la gestion de cette crise.

Avant de répondre à toutes les préoccupations sus évoquées, qu’il me soit permis de faire un rappel historique du triste événement qu’à connu notre pays et en particulier sa capital Ouagadougou. Le 1er septembre 2009, une pluie diluvienne de 279 mm d’eau s’est abattue du la capitale Ouagadougou causant des pertes en vie humaine et d’énormes dégâts matériels. Au lendemain du sinistre, le Gouvernement à travers le Ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme en collaboration avec le Ministère de l’Action Sociale et de la Solidarité Nationale, et avec l’appui de la commune de Ouagadougou, a entrepris le recensement général des sinistrés dans la ville de Ouagadougou. Ainsi, 150 000 personnes sinistrées ont été recensées sur l’ensemble du territoire national et 32 260 habitations écroulées ont été identifiées dans la seule ville de Ouagadougou. Un regroupement par ménage a permis d’obtenir 24 271 ménages sinistrés propriétaires de maisons écroulées et 1 108 sinistrés locataires dans la commune de Ouagadougou.

Excellence Monsieur le Président ; Honorables députés,

Après le recensement, la question urgente à résoudre a été de trouver une solution pour recasement les victimes. La solution trouvée dans l’urgence, a été de les recaser dans les écoles et lycées. Ainsi, dans l’urgence, environ 30 886 sinistrés ont été recasés dans les différentes écoles et lycées de la place et ce, en fonction de leurs arrondissements d’origine.

Compte tenu du fait que les sinistrés ont été en urgence, recasés dans des écoles et lycées, et que la rentrée scolaire se profilait à l’horizon, des sites alternatifs d’hébergement des sinistrés ont été aménagés avec l’appui des partenaires du Gouvernement et des pays amis du Burkina Faso. L’aménagement des sites alternatifs a consisté à l’implantation de tentes pour abriter provisoirement des familles de sinistrés. Par ailleurs, des bâtiments administratifs ont été réquisitionnés aux fins de relogement provisoire. Au total, dix 10) sites d’hébergement temporaire ont été implantés dans la ville de Ouagadougou. 1 525 tentes ont été installées et 10 bâtiments administratifs réquisitionnés pour héberger 9 520 sinistrés.

Excellence Monsieur le Président ; Honorables députés,

A la suite du relogement provisoire sur les sites alternatifs, le Gouvernement toujours dans son devoir d’accompagner les ménages sinistrés à se réinstallés définitivement, a décidé d’aménager deux trames d’accueil à leur profit, dans l’arrondissement de Sig-Noghin. Il s’agit des sites de Yagma et de Basséko. Le site de Yagma d’une superficie de 900 hectares pour 15 928 parcelles dégagées, celui de Basséko d’une superficie de 800 hectares pour 14 084 parcelles dégagées.

L’aménagement des 2 sites comprend le traitement des voies primaires et secondaires, l‘adduction d’eau et l’électrification pour un montant global de 1 638 974 101 de francs CFA qui se décompose comme suit :
- Aménagement parcellaire : 56 000 O16 francs CFA
- Traitement de voirie : 1 082 974 085 francs CFA Le coût de l’électrification des deux sites : 5 166 691 562 francs CFA et le coût des travaux d’adduction d’eau potable : 1 500 000 000 francs CFA. Soit un total de : 8 305 665 663 F CFA que le Gouvernement devra consentir pour l’aménagement complet des deux trames d’accueil. Les parcelles sont attribuées aux ménages sinistrés qui avant les inondations ont construit leurs habitations soit, dans des zones inondables loties, soit dans des zones non lotie.

Ceux disposant déjà de parcelles dans des zones aménagées non inondables ne bénéficient pas d’une nouvelle parcelle. En plus de la parcelle qui est attribuée au chef de ménage sinistré, une aide substantielle du Gouvernement lui est accordée et cette aide comprenait :
- 1,5 tonne de ciment ;
- 20 feuilles de tôles ondulées ;
- 50 000 francs CFA en espèce. En définitive, chaque ménage sinistré bénéficie d’une parcelle et d’une aide évaluée globalement à 280 000 francs CFA. Pour les 24 271 ménages sinistrés et les 1 488 sinistrés locataires, le Gouvernement du Burkina Faso, devra mobiliser environ 6 775 880 000 francs CFA au titre de l’aide directe.

Excellence Monsieur le Président ; Honorables députés ;

Pour l’attribution des parcelles et la distribution des bons de retrait du ciment et des tôles, des commissions d’attribution de parcelle et de bons de retrait de matériaux de construction ont été mises en place dans les cinq (05) arrondissements de la commune. Les attributions ont lieu dans chaque commission d’arrondissement pour la prise en charge des sinistrés relevant dudit arrondissement. L’objectif étant de pouvoir regrouper les sinistrés ressortissant du même arrondissement au niveau de la trame d’accueil. En outre, deux autres commissions ont été mises en place sur la trame d’accueil de Yagma. La première est chargée de faciliter les retraits de matériaux de construction (ciment et tôles) une fois que le sinistré dispose de bons de retrait. La seconde commission est chargée de faciliter les identifications de parcelles aux sinistrés. Au total, sept (07) commissions interviennent dans le processus de relogement définitif des sinistrés. A la date du 14 avril 2010, sur un nombre prévisionnel de 24 271 ménages sinistrés, 18 873 ont été pris en charge par le Gouvernement. En outre, 1 108 locataires sinistrés ont aussi bénéficié de l’appui financier du gouvernement. La répartition des bénéficiaires par arrondissement se présente comme suit :

Compte tenu du fait que le recensement général a pu comporter des insuffisances en terme de "faux sinistrés" qui ont pu malgré tout se faire inscrire sur la liste générale, le strict travail de vérification des membres des commissions d’attribution a permis de détecter des cas de fraude qui n’ont échapper à la vigilance des équipes de recensement. Plusieurs cas de fraude ont pu être détectés et mis à l’écart. Aussi, avec la présence dissuasive des agents de la sécurité, de nombreux "faux sinistrés" s’abstiennent de se présenter devant les commissions.

Excellence Monsieur le Président ; Honorables députés,

Depuis le 08 décembre 2009 à la date d’aujourd’hui, 11 173 sinistrés ont pu entrer en possession de leurs matériaux de construction, soit 16 760 tonnes de ciment et 221 420 feuilles de tôles distribuées. En ce qui concerne, le montant de l’appui financier, il est estimé à : 999 050 000 francs CFA. Le rythme de travail est fortement tributaire de la livraison régulière ou irrégulière du ciment par le fournisseur la Société DIAMOND CEMENT. Les quantités de ciment quotidiennement livrées sont nettement en deçà des besoins. La capacité de production de la société ne lui permet de satisfaire les besoins exprimés. En outre, il arrive même que le ciment ne soit pas fourni pour cause de panne de fonctionnement des machines au niveau de l’usine de production ou même que la matière première (le clinker) fasse défaut. Compte tenu de cette situation, le Gouvernement a pris la décision d’autoriser l’achat de ciment dans la sous-région malgré les coûts relativement plus élevés dans le but de satisfaire avec urgence les sinistrés qui attendent depuis.

Excellence Monsieur le Président ; Honorables députés,

La grande préoccupation du Gouvernement est aujourd’hui de permettre aux sinistrés de reconstruction très rapidement leur logement avant le début de la période hivernale qui se profile à l’horizon. C’est même dans ce sens, que les attributions ont été faites avec un rythme très accélérée. Aujourd’hui, environ 54,05% ont déjà entamé la reconstruction de leur logement pour ceux qui sont réinstallés sur la trame d’accueil de Yagma.

Au stade actuel, il est possible de conclure que, la grande majorité des sinistrés dans tous les cinq (05) arrondissements ont été pris en compte. Dans la pratique, les attributions de parcelles et de bons de matériaux ne se poursuivent plus au niveau des arrondissements à l’exception de l’arrondissement de Baskuy. En effet, l’arrêt des travaux des commissions d’attribution de parcelles et de bons de matériaux, résulte du constat que pratiquement il n’y avait plus de sinistrés à traiter dans ces quatre (04) arrondissements.

Toutefois, dans de pareille opération, il est évident que certaines personnes provenant notamment des arrondissements de Bogodogo et de Boulmiougou se plaignent de n’avoir pas été prises en compte. Aussi, il est bon de faire remarquer que ces deux arrondissements, des opérations de lotissement étaient en cours et la gestion des recensements et des attributions des parcelles n’a pas été sans conséquence majeure sur le processus d’attribution des parcelles aux sinistrés.

Tout de même la commission de Baskuy poursuit, encore pour quelques jours, les attributions au profit des sinistrés des zones inondables le long des berges des barrages et des canaux primaires d’évacuation des eaux pluviales (canal central et Mogho Naba).

Telles sont là les réponses que je puis apporter en satisfaction à la préoccupation très justement exprimée par l’Honorable Député Salifou TIEMTORE.

Je vous remercie




Copyright 2003-2009 © Premier Ministère du Burkina Faso. Tous droits réservés - Contactez-nous
03 BP 7027 Ouagadougou 03 - Tel : (226) 50324889/90/91 - Fax : (226) 50330551