Gouvernement du Burkina Faso

SAMAO 2018 : Faire du secteur minier un moteur de croissance et du développement durable

jeudi 27 septembre 2018.

 

La 3e édition de la Semaine des Activités Minières de l’Afrique de l’Ouest (SAMAO) se tient du 27 au 29 septembre 2018 sur le thème : « L’exploitation des ressources minérales en Afrique, quelles stratégie pour en faire un moteur de croissance et de développement durable ». La cérémonie d’ouverture a été présidée par le Premier ministre, Paul Kaba THIEBA, représentant le président du Faso, Roch Marc Christian KABORE. L’Afrique du sud est le pays invité d’honneur de la présente édition.

C’est parti pour la 3e édition de la Semaine des Activités Minières de l’Afrique de l’Ouest (SAMAO). Du 27 au 29 septembre 2018, ce rendez-vous majeur va réunir les investisseurs, les décideurs, les professionnels, les fournisseurs et les experts du secteur minier d’Afrique et du reste du monde autour du thème : « L’exploitation des ressources minérales en Afrique, quelles stratégie pour en faire un moteur de croissance et de développement durable ».

Selon le Premier ministre, Paul Kaba THIEBA, représentant le Président du Faso, Roch Marc Christian KABORE, à la cérémonie d’ouverture, la SAMAO est une activité extrêmement importante pour le Burkina Faso, compte tenu de l’importance du secteur minier dans l’économie nationale.

A l’écouter le thème de la présente édition est pertinent du fait qu’il est au cœur de la vision du gouvernement, du Président du Faso et du Plan National de Développement Economique et Social (PNDES).

« Le sous sol burkinabè est très riche et très prometteur car regorgeant de beaucoup de potentialités. Les ressources qui sont tirées du secteur minier sont importantes pour l’économie nationale et doivent être investies dans les secteurs de croissance de notre économie nationale. Le secteur minier contribue beaucoup à la richesse nationale », a-t-il précisé.

L’actualité de la SAMAO colle avec celle de l’enlèvement de trois employés de la mine d’or d’Inata, dans la province du Soum. A cette actualité, Paul Kaba THIEBA a invité les investisseurs étrangers à ne pas céder à la panique et de faire confiance au gouvernement et que « des mesures ont été prises pour les retrouver et les libérer ».
Pour ce faire, il a rassuré les investisseurs étrangers dans le domaine minier de l’engagement et de la détermination du gouvernement à prendre toutes les mesures pour assurer la sécurité des biens, des investissements et des personnes sur toute l’étendue du territoire burkinabè.

« Les investisseurs étrangers sont toujours les bienvenus au Burkina Faso qui est une terre d’accueil, de paix, de liberté et de démocratie. Le gouvernement mettra tout en œuvre pour mettre fin à ces attaques. Nous ferons tout notre possible pour créer un environnement d’affaire qui soit propice aux investissements dans le secteur minier. Le gouvernement burkinabè est déterminé à poursuivre la politique en faveur de la compétitivité du secteur minier, de la sécurité de ce secteur qui est un levier de la croissance et du développement et de la lutte contre la pauvreté. J’encourage les investisseurs étrangers à venir investir au Burkina Faso », a-t-il insisté.
Le secteur minier, un secteur en pleine émergence

Le ministre des Mines et des Carrières, Oumarou IDANI, a donné un aperçu rapide sur le secteur minier burkinabè en 2017. On retient que le taux de croissance du secteur a été de 11,4% dans un contexte de taux de croissance global du pays de 6,7% puisque la production industrielle d’or est passée de 38,5 tonnes en 2016 à 45,6 tonnes en 2017, l’or représente 71% de nos recettes d’exportation correspondant à 1308 milliards de francs CFA contre 1022 milliards en 2016.

« La contribution du secteur minier à la formation du PIB est passée de 8, 3% en 2016 à 11,4% en 2017. Les recettes directes au budget de l’Etat ont été de 226 milliards de francs CFA en 2018 contre 190 milliards en 2016. Le nombre d’employés directs générés est de 2500 faisant passer le nombre total de 6 700 en 2016 à 9 200 en 2017 », a-t-il ajouté.

Des raisons des performances du secteur minier

A son avis, toutes ces performances sont rendues possibles grâce au dynamisme du service géologique national, aux efforts de modernisation du cadastre minier, aux différentes réformes institutionnelles, stratégiques législatives et règlementaires qui ont insufflé un dynamisme nouveau au secteur minier.

Tout cela est aussi rendu possible, a-t-il encore fait savoir, grâce aux performances de 13 mines industrielles en exploitation dont 12 d’or et une de zinc, ainsi qu’à celles de 22 exploitations industrielles de substance de carrière.

« Le Burkina Faso est considéré par les instances internationales sous l’angle niveau d’investissement dans la recherche et l’exploration minières, comme le deuxième pays minier le plus dynamique en Afrique. Depuis 2013, le Burkina Faso est élu « pays conforme » aux normes de l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (l’ITIE), et est caractérisé depuis, comme pays réalisant des progrès continus », a-t-il démontré.

A noter qu’à l’issue de la cérémonie d’ouverture, le Chef du Gouvernement a procédé à une visite guidée des stands d’exposition. Pendant trois jours, le public peut y découvrir une diversité d’entreprises exerçant dans le domaine minier. Il s’agit notamment, des sociétés minières, des équipementiers, des structures de formation.

DCI/PM




Copyright 2003-2009 © Premier Ministère du Burkina Faso. Tous droits réservés - Contactez-nous
03 BP 7027 Ouagadougou 03 - Tel : (226) 50324889/90/91 - Fax : (226) 50330551