Gouvernement du Burkina Faso

Séjour d’experts burkinabè à Pékin : Plaidoyer en faveur de l’agriculture nationale

mercredi 5 septembre 2018.

 

A la tête d’une délégation de fonctionnaires agricoles burkinabè à Pékin en République populaire de Chine, le Secrétaire général du ministère de l’Agriculture et des Aménagements hydrauliques, Alassane Guiré, a rencontré le vice-ministre chinois de l’Agriculture et des Affaires rurales, Qu Dongyu, le mardi 04 septembre 2018. Son plaidoyer en faveur de l’agriculture nationale a reçu un écho favorable auprès du partenaire asiatique.

A sa rencontre du mardi 04 septembre 2018 avec le vice-ministre chinois de l’Agriculture et des Affaires rurales, Qu Dongyu, le secrétaire général du ministère de l’Agriculture et des Aménagements hydrauliques, Alassane Guiré, s’est livré à un véritable plaidoyer au profit des producteurs burkinabè.

Dans son adresse à M. Dongyu, il a recensé les grands chantiers sur lesquels le monde rural burkinabè attend l’ami chinois. Primo, il s’agit de la maîtrise de l’eau agricole afin d’accroître les superficies emblavées et de sécuriser les exploitations agricoles face aux poches de sécheresse en période d’hivernage. « Sans eau, il n’y a pas de vie », a lancé M. Guiré.

Secundo, il a expliqué au partenaire chinois le caractère précieux de son appui à l’amélioration de la qualité des semences, à l’augmentation du taux d’utilisation des engrais et à la lutte efficace contre les attaques des ravageurs. Le chef de la mission burkinabè a souligné l’importance de la collaboration entre les institutions chargées de la recherche scientifique dans les deux Etats.

Tertio, le secrétaire général a relevé la nécessité d’assurer la sécurité et la qualité des produits agricoles. Pour ce faire, il a mis en relief l’impératif de disposer « de laboratoires performants pour contrôler la qualité des produits agricoles, des pesticides et des engrais ».

Quarto, Alassane Guiré a ajouté que le renforcement des capacités des agronomes et des producteurs dans tous les segments de l’agriculture s’avère primordial.

Le vice-ministre chinois de l’Agriculture et des Affaires rurales, Qu Dongyu, a montré la disponibilité de son pays « à trouver des solutions aux problèmes posés ». Le responsable chinois a invité ses interlocuteurs burkinabè à saisir les offres de bourses de formation dans les académies des sciences agricoles, destinées aux jeunes africains. Le spécialiste de la pomme de terre a aussi proposé une répartition des cultures en fonction des atouts agro-climatiques des différentes zones du Burkina Faso. Tout au long des échanges, M. Dongyu a exprimé sa foi en la persévérance dans l’effort, exhortant ses hôtes à marcher, pour ainsi dire, sur les pas du dragon.

Les deux parties ont convenu de la désignation de coordonnateurs pour un meilleur suivi du partenariat. « Nous sommes prêts à opérer le consensus entre les présidents Xi Jinping et Roch Marc Christian Kaboré au profit de nos deux peuples », a dit Qu Dongyu. Et de rappeler la volonté du chef de l’Etat chinois de soutenir les pays africains dans l’atteinte de la sécurité alimentaire d’ici à 2030. Dans cette dynamique, Pékin entend s’engager dans cinquante (50) projets de coopération agricole pour lesquels seront dépêchés en Afrique cinq cents (500) experts chinois.

Roger SANKARA




Copyright 2003-2009 © Premier Ministère du Burkina Faso. Tous droits réservés - Contactez-nous
03 BP 7027 Ouagadougou 03 - Tel : (226) 50324889/90/91 - Fax : (226) 50330551