Gouvernement du Burkina Faso

Aide à l’enfance : Le Premier ministre offre de l’argent pour la prise en charge des enfants retirés de la rue

jeudi 23 août 2018.

 

Touché par la situation des enfants retirés de la rue, le Premier ministre, Paul Kaba THIEBA, a fait parler son cœur, le jeudi 23 août 2018, dans l’enceinte de la Primature. En effet, il a remis une somme d’argent à la ministre de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille, Marie Laurence ILBOUDO/MARCHAL, pour leur prise en charge. Un geste bien apprécié par la première responsable du département en charge de la solidarité nationale.

Lors de la visite qu’il a effectué, le vendredi 17 août 2018, au Centre d’accueil d’urgence des enfants en situation de rue de Somgandé, dans la ville de Ouagadougou, le Premier ministre, Paul Kaba THIEBA, avait été ému de la situation des enfants retirés de la rue.
En homme sensible et attaché à la cause de l’enfant, il a fait parler son cœur par le don d’une somme d’argent (dont le montant n’a pas été dévoilé) pour la prise en charge de ces personnes vulnérables, le jeudi 23 août 2018.

Ce geste a été bien apprécié par la ministre de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille, Marie Laurence ILBOUDO/MARCHAL.
« Le montant en lui-même n’est pas important dans cette opération. Le plus important, c’est l’esprit de solidarité que nous devons cultiver. C’est l’esprit collectif que le Burkina Faso devrait cultiver », a-t-elle expliqué.

Et la ministre d’ajouter : « Aujourd’hui, avec cette opération, nous préférerons avoir un million de petits donateurs que cent grands donateurs même si les montants se valent. Il est mieux d’avoir un million de personnes qui s’intéressent à cette cause que cent personnes seulement qui s’y intéressent. C’est l’esprit collégial qu’il faut mettre en avant. Quand les gens contribuent, ils mettent un peu de leur cœur. Dans cette opération, ils peuvent aider ces enfants, par exemple, avec leurs conseils. Certains peuvent se porter parrain ou coacher ou bien encore accueillir des enfants chez eux ».
Elle a rassuré les journalistes que le Chef du gouvernement a donné à la mesure de lui-même.
Puis elle a promis que l’apport de Paul Kaba THIEBA sera dévoilé dans les plus brefs délais.
Touché par ce geste, Marie Laurence ILBOUDO/MARCHAL a salué la disponibilité du Premier ministre pour cette opération et surtout ces encouragements et son engagement en tant que Chef du gouvernement mais surtout en tant que Burkinabè.
Elle a lancé un appel aux Burkinabè à cultiver l’esprit de solidarité qui est l’une des valeurs la mieux partagée au Burkina Faso.

« Longtemps, notre pays a été un cas d’’exemple pour l’Afrique et le monde. Aujourd’hui, nous devons être au rendez-vous. Je voudrais que toutes les personnes y adhèrent et que le nom de notre pays soit inscrit en lettre d’or dans les annales de l’Afrique et du monde et qu’il soit cité en exemple pour cette opération », a mentionné la ministre en charge de la solidarité nationale.

Pour l’heure, elle a fait savoir que les experts s’activent à stabiliser les enfants retirés de la rue et qu’ensuite ceux d’entre eux qui doivent être scolarisés le seront et que ceux qui doivent suivre une formation seront dirigés vers les entres dédiés à cet effet.

« Pour l’instant, nous sommes au stade de ciblage pour voir qui fait quoi. Nous avons comme données, 215 enfants actuellement en permanence dans le centre contre un chiffre de 654 enfants enregistrés dans notre répertoire. Nous avons également 150 agents volontaires de notre ministère qui n’ont pas demandé des perdiems ni des avantages pour faire ce travail. D’ailleurs, le Premier ministre les a encouragés à poursuivre dans ce sens. Il a aussi interpellé ceux qui hésitent à rejoindre cette noble cause de le faire car c’est leur rôle régalien en tant qu’agents sociaux de protéger les enfants, les femmes et toutes personnes vulnérables », a-t-elle soutenu.

Par ailleurs, elle a insisté sur la sensibilisation de certains parents qui doivent être mis en face de leurs responsabilités, car à son avis « il est erroné de penser que c’est la misère qui amène les enfants dans la rue. Certains enfants qui sont dans la rue ne sont pas issus de familles pauvres. Certains le sont car ils sont en conflit avec leurs géniteurs ».

« C’est pourquoi, nous sommes tous interpellés car nos enfants peuvent se retrouver dans la rue du jour au lendemain. En plus des causes économiques, il y a les causes sociales qu’il faut prendre en compte pour comprendre ce phénomène », a-t-elle évoqué.
En rappel, la décision de retrait des enfants et des femmes de la rue a été prise en Conseil des ministres du jeudi 24 mai 2018.

Cette action du gouvernement s’inscrit dans l’axe II du Plan national de développement économique et social (PNDES) relatif au développement du capital humain et vise à terme la réduction de 50%, le nombre d’enfants et de jeunes en situation de rue à l’horizon 2020.

DCI/PM




Copyright 2003-2009 © Premier Ministère du Burkina Faso. Tous droits réservés - Contactez-nous
03 BP 7027 Ouagadougou 03 - Tel : (226) 50324889/90/91 - Fax : (226) 50330551