Gouvernement du Burkina Faso

Cohésion sociale et mise en œuvre du PNDES : Les Organisations de la société civile réfléchissent à leur contribution

samedi 17 juin 2017.

 

Le Premier ministre, Paul Kaba THIEBA, a ouvert, ce vendredi 16 juin 2017, la deuxième session du cadre de concertation Etat et Organisations de la société civile (OSC). Placé sur le thème : « Cohésion sociale et mise en œuvre du Plan national de développement économique et social (PNDES) : Quelle contribution des Organisations de la société civile (OSC) ? », ce cadre est une tribune pour les deux parties et pour tous les acteurs au développement d’échanger et de faire des propositions sur les préoccupations importantes de la vie de la nation et d’une meilleure contribution de tous à l’opérationnalisation du PNDES.

Cohésion sociale et mise en œuvre du PNDES : Les Organisations de la société civile réfléchissent à leur contributionLe Plan national de développement économique et social (PNDES) accorde un rôle et une place de choix à la société civile qui a été clairement citée dans le document du nouveau référentiel de développement burkinabè en ces termes : « L’implication de la société civile devra portée sur la participation, à l’élaboration et à la mise en œuvre des référentiels sectoriels et locaux de planification, au financement et à l’exécution des projets et programmes (…), aux cadres de concertation, au suivi et à la mise en œuvre du PNDES ».

Cette prise en compte remarquable de la société civile dans le référentiel national de développement s’est à nouveau traduite à l’occasion la deuxième session du cadre de concertation Etat et la société civile placée sur le thème : « Cohésion sociale et mise en œuvre du Plan national de développement économique et social (PNDES) : Quelle contribution des Organisations de la société civile (OSC) ?
Selon le président du Cadre national des Organisations de la société civile (CNOSC), Jonas HIEN, le thème traduit un appel de la société civile, à toutes filles et à tous fils, autour du référentiel national pour construire, de façon solide et solidaire, l’avenir et le devenir du Burkina Faso.

«  Ce cadre sera une occasion pour l’Etat et la société civile pour s’interpeller mutuellement pour plus d’engagements de par et d’autre pour une synergie d’actions renforcées et pour plus de solutions aux différents problèmes des Burkinabè », a-t-il affirmé. 
Tout en promettant de s’engager davantage dans le PNDES, M. HIEN a réaffirmé l’adhésion et l’engagement des OSC à la mise en œuvre du nouveau référentiel de développement.
Pour le Ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation, Siméon SAWADOGO, par ailleurs président du comité d’organisation la deuxième session du cadre de concertation Etat et OSC, il s’agit de façon pratique, de recevoir les conseils et les orientations de la société civile pour le succès du PNDES
Il s’est réjoui de l’alliance stratégique consacrée par cette session entre l’Etat et les OSC et qui vise dans une synergie de réflexions constructives à trouver les meilleures voies de réalisation des objectifs du développement déclinés à travers le PNDES en ce sens que la société civile est habitée, à son avis, par un esprit républicain et la sauvegarde de l’intérêt national.

La Représentante résidente du PNUD et Coordonnatrice résidente du Système des Nations Unies, Metsi MAKHETHA, a salué les autorités et les acteurs de la société civile burkinabè, dont la clairvoyance et la volonté de privilégier l’intérêt supérieur de la nation ont prévalu à l’instauration de ce cadre de rencontre entre les deux entités, souvent considérées comme antagonistes.

« Il est important de noter que la question de la participation citoyenne occupe la place qui lui revient de droit dans la vision du développement du Burkina Faso. Comme cela est bien exprimé tant dans le projet de société présidentiel « Bâtir avec le peuple un Burkina Faso de démocratie, de progrès économique et social, de liberté et de justice » que dans le PNDES », a-t-elle développé.
A l’entendre, le thème de la rencontre interpelle sur la nécessité de concilier l’exercice du droit du citoyen avec les exigences de la stabilité des Institutions, de la tolérance et de la paix au Burkina Faso.

Au regard du contexte national marqué par une forte demande sociale, elle a formulé le vœu que les OSC saisissent l’opportunité pour réfléchir non seulement sur leur rôle dans la mise en œuvre du PNDES, mais également sur leur implication dans l’apaisement du climat social et la cohésion nationale.
Quant au Premier ministre, Paul kaba THIEBA, il a rassuré de l’engagement du Gouvernement à consolider le cadre de concertation entre les pouvoirs publics et la société civile en vue de soutenir l’approfondissement de la démocratie, de la paix au Burkina Faso.

En outre, il a soutenu que le thème de la rencontre est pertinent dans le contexte historique burkinabè car la paix et la cohésion sociale sont indispensables pour mener à bien le travail de construction de l’économie.

« A travers ce choix, la société civile a décidé de mener la réflexion sur l’arrimage qui sied pour une mise en œuvre du PNDES, en corrélation avec une société de cohésion, une société solidaire pour l’édification d’une nation libre et prospère. Il n’appartient ni au Gouvernement tout seul, ni à aucun autre partenaire, la charge de travailler et de consentir les sacrifices nécessaires pour le développent de notre chère patrie. C’est dans un élan de patriotisme et dans la synergie d’actions que nous réussirons », a-t-il mentionné.

DCI/PM




Copyright 2003-2009 © Premier Ministère du Burkina Faso. Tous droits réservés - Contactez-nous
03 BP 7027 Ouagadougou 03 - Tel : (226) 50324889/90/91 - Fax : (226) 50330551