Gouvernement du Burkina Faso

Inondations : Le gouvernement fait le bilan et envisage l’avenir après l’inondation de Ouagadougou

jeudi 3 septembre 2009.

 

Le chef du gouvernement Tertius ZONGO a présidé le 2 septembre 2009 dans la salle de réunion du Premier Ministère, un conseil de cabinet spécial. Il s’est agit au cours de ce conseil, de faire le point de la situation après l’inondation qu’a connue la ville de Ouagadougou la veille 1er septembre 2009, et d’envisager les perspectives d’avenir.

Concernant le premier point à savoir l’évaluation du sinistre, le chef du gouvernement au sortir de cette rencontre a fait savoir à la presse nationale et internationale qu’à la date du 2 septembre, 150 000 personnes ont été dénombrées comme sinistrées dans le pays. A la même date, 110 000 d’entre eux ont été relogées dans les écoles et autres sites d’hébergement, 20 000 ont trouvé refuge chez des voisins, amis ou parents tandis que 20 000 autres n’ont pas voulu des écoles et des autres sites disponibles comme lieux de refuge. Outre la destruction des habitations, des infrastructures et bâtiments publics ont aussi été touchés a relevé le chef du gouvernement. Au total, 12 ouvrages d’art dont des ponts et des barrages ont cédé. Le mur du centre hospitalier national Yalgado Ouédraogo est tombé, les équipements de l’imagerie sont touchés ; le siège du FESPACO, l’imprimerie de l’armée et bien d’autres infrastructures sont sous l’eau. Le bilan matériel est lourd et malheureusement et le plus dure c’est que l’on déplore globalement quatre pertes en vies humaines.

Quoiqu’il en soit, tous les sinistrés doivent être prises en charge d’une manière ou d’une autre a soutenu le Premier ministre. Dores et déjà, le ministère de l’action sociale a estimé à 25 tonnes de riz par repas la quantité de nourriture nécessaire. Il y a ensuite les autres besoins humanitaires comme les nattes, l’assainissement des sites, les moyens de déplacement des victimes vers les sites d’hébergement etc… sans compter la réhabilitation dans le moyen terme des habitations et des infrastructures endommagées par la furie des eaux.

Autant de charges en vue et qui interpellent tous et chacun à consentir des efforts soit financiers ou matériels soit par l’apport des idées, afin que Ouaga et ses habitants soient dans des conditions meilleures. Ce fut l’objet du deuxième volet abordé par Tertius Zongo et les ministres impliqués dans la gestion de cette crise. La reconstruction mais également comment instaurer la discipline afin que chaque citoyen à quelque niveau où il se trouve respecte les mesures prises par les institutions et les autorités du pays. A ce propos, le Premier Ministre a clairement souligné que l’exemple de rigueur et de fermeté dans le respect des textes doit d’abord venir de l’Etat qui pour ce faire doit se départir de la complaisance.

Enfin, le gouvernement a salué la solidarité manifestée par la société civile, les opérateurs économiques et toute la population dans son ensemble dans ces moments de dures épreuves et exhorté les uns et les autres à maintenir cette flamme.




Copyright 2003-2009 © Premier Ministère du Burkina Faso. Tous droits réservés - Contactez-nous
03 BP 7027 Ouagadougou 03 - Tel : (226) 50324889/90/91 - Fax : (226) 50330551