Gouvernement du Burkina Faso

Conférence de pesse sur les préparatifs de la Conférence des partenaires du Burkina pour le financement du PNDES : L’intégralité de la déclaration liminaire du Chef du gouvernement

mardi 25 octobre 2016.

 

Je voudrais à l’entame de mon propos, vous souhaiter la bienvenue à cette conférence de presse relative à l’organisation de la conférence des partenaires du Burkina Faso sur le financement du PNDES qui se tiendra les 7 et 8 décembre prochains à Paris.

L’organisation de cette Conférence internationale sera une importante étape dans la mobilisation des ressources financières indispensables au financement du Plan National de Développement Economique et Social du Burkina (PNDES) pour la période 2016-2020.

C’est pourquoi, je voudrais saluer la présence dans cette salle des représentants des partenaires techniques et financiers du Burkina qui manifestent ainsi leur solidarité et leur soutien à mon pays.

Permettez-moi à cet égard d’exprimer la reconnaissance de mon pays à tous, en particulier à la Banque Mondiale qui a accepté d’organiser cette Conférence en partenariat avec mon pays.
Je voudrais également remercier l’ensemble des journalistes représentant les organes de la presse nationale et internationale pour l’intérêt constant qu’ils accordent au Burkina Faso ; ils contribuent ainsi à l’ancrage de la liberté et de la démocratie dans notre pays.

Sachez que vos critiques constructives et la veille citoyenne que vous exercez sont indispensables pour consolider la marche de notre pays vers une gouvernance politique, économique et sociale qui répond aux aspirations des burkinabè dans leur quête de progrès.

Notre rencontre de ce jour répond aux principes de transparence et de redevabilité auxquels mon Gouvernement est attaché, car il est déterminé à informer les burkinabè sur la vision qui sous-tend le PNDES et la stratégie de financement que nous entendons mettre en œuvre pour sortir notre pays de la pauvreté en plaçant l’économie burkinabè sur une trajectoire de croissance forte durable et inclusive.

Mesdames et Messieurs

Le Président du Faso, Son Excellence Roch Marc Christian Kaboré, après son élection à la magistrature suprême, souhaite instaurer un nouveau contrat social qui réponde aux attentes du peuple burkinabè. Il s’agit du Plan National de Développement Économique et Social, sur la période 2016-2020.

Ce plan qui traduit la vision du chef de l’État servira de fondements pour un Burkina Faso nouveau, « de démocratie, de progrès économiques et social, de liberté et de justice », bâti avec le peuple, selon ses aspirations légitimes et profondes exprimées lors de l’insurrection populaire de 2014.

C’est un plan ambitieux élaboré à l’issu d’un processus participatif et inclusif qui vise à transformer en profondeur la structure de l’économie burkinabè. Cette démarche permettra de pallier les insuffisances structurelles du système productif national et d’assurer une croissance forte et inclusive, au moyen d’investissements publics et privés destinés à accroître substantiellement la productivité et la compétitivité de notre économie.

Le PNDES fera émerger une économie moderne, basée sur un secteur primaire compétitif et des industries de transformation et de services dynamiques. L’objectif d’ici 2020 est d’atteindre un taux de croissance moyen de 8%, de créer 50 000 emplois par an et de lutter efficacement contre la pauvreté (le taux de pauvreté devrait être ramené de 40,1% à moins de 35%).

Sur la base du diagnostic de la situation économique et sociale du pays, le PNDES est articulé autour de trois axes centraux :

- la réforme des institutions et la modernisation de l’administration ;

- le développement du capital humain ;
- la transformation structurelle de l’économie.

Le Coût et le schéma de financement

Le coût global de la mise en œuvre du PNDES est estimé à 15 395,4 milliards de F CFA (23,5 milliards d’Euro), soit un coût annuel de 3 079 milliards FCFA. Les dépenses d’investissements additionnels sont évaluées à 8 408, 2 milliards de FCFA (12,8 milliards d’Euros).

La stratégie de financement retenu repose sur les principes directeurs suivants :

- Optimiser les financements sur ressources propres de l’Etat dans le but de maîtriser la réalisation du PNDES et d’exprimer la détermination du Gouvernement à réaliser le PNDES avec l’ensemble du peuple burkinabè ;

- associer les financements publics et privés nationaux et extérieurs ;

- promouvoir les nouveaux modèles de financement spécifiquement les partenariats public-privés (PPP) ;

- mettre en œuvre une politique maîtrisée d’émission d’emprunts tant sur le marché Financier Régional que sur les marchés financiers internationaux en veillant à préserver la soutenabilité de la dette et la viabilité du cadre macro-économique.

Sur la base de ces principes, la part des financements sur ressources propres est ainsi évaluée à 9 852,2 milliards de francs CFA (15 milliards d’Euros), soit 63,8% du coût total du PNDES. Cela nécessitera de la part de l’Etat la mise en œuvre des réformes appropriées pour accroître le taux de pression fiscal, augmenter la performance des régies financières et promouvoir le civisme fiscal.

Le besoin de financement à rechercher s’élève ainsi à 5 570,2 milliards de FCFA (8,5 milliards d’euros) soit 36,2% du montant total.
Il devrait être couvert par les contributions des partenaires techniques et financiers, des investisseurs privés nationaux et étrangers et par les appels au marchés financiers.

A cet effet, le Gouvernement privilégiera la mobilisation des dons et des appuis budgétaires auprès de ses partenaires bilatéraux et multilatéraux. En plus de ces modalités de financement, le Burkina accordera une priorité aux financements concessionnels auprès des partenaires techniques et financiers. Les partenariats Public-Privé seront également recherchés notamment pour le financement des infrastructures routières, de l’énergie, ainsi que pour certaines infrastructures hospitalières et universitaires. L’intérêt accordé aux PPP s’explique par le fait que la technique du « Built Operate and Transfert » ou BOT offre la possibilité pour l’Etat de faire financer par des opérateurs privés, certains investissements et de préserver ainsi les ressources budgétaires.

Enfin, le Gouvernement mettra en œuvre une politique responsable d’émissions sur le Marché Financier Régional de l’UMOA et sur les marchés financiers internationaux. Pour ce faire, le Gouvernement veillera à la qualité de la dépense publique en affectant les ressources d’emprunt aux investissements structurants et/ou productifs de manière à ce que la productivité marginale du capital soit toujours supérieure au coût de l’emprunt.
A cet égard, il me plaît de rappeler que Standard And Poor’s vient de réévaluer positivement le rating du Burkina de B- stable à B- assortie d’une perspective positive. Je ne doute pas que les réformes entreprises par mon Gouvernement permettront prochainement au Burkina d’améliorer davantage la qualité de la signature de mon pays.

Mesdames et Messieurs

La Conférence des partenaires du BURKINA Faso pour le financement du PNDES, prévue les 7 et 8 décembre au centre de Conférences et de Réceptions - Etoile St Honoré à Paris, 21-25 rue de Balzac, permettra au Gouvernement burkinabè de présenter les opportunités d’investissement dans mon pays au cours de la période 2016-2020. Elle permettra ainsi de mobiliser le maximum de ressources extérieures qui viendraient en complément des ressources internes, pour la mise en œuvre de notre nouveau référentiel de développement.

De façon spécifique, la Conférence des partenaires du BURKINA Faso pour le financement du PNDES vise à :

 offrir au Gouvernement une plate-forme internationale pour présenter sa vision et ses orientations stratégiques à ses partenaires pour atteindre ses objectifs de développement sur la période 2016-2020 ;

 exposer les réformes structurelles entreprises par mon Gouvernement en vue de la mise en œuvre réussie du PNDES ;

 renforcer le cadre de partenariats entre l’État du Burkina Faso, les partenaires bilatéraux et multilatéraux, les divers investisseurs privés, en vue de sceller des engagements mutuellement avantageux ;

 renforcer les liens avec des partenaires et investisseurs "non-traditionnels" tels que les fonds souverains et les pays émergents,

 enregistrer les engagements de principe des partenaires à financer le besoin de financement nécessaire à la mise en œuvre du PNDES,

 s’accorder sur un cadre stratégique de suivi des engagements financiers pris par les Partenaires Techniques et Financiers lors de la conférence.

 sécuriser les financements pour combler le gap financier annuel nécessaire au bouclage du financement global du PNDES ;

Mesdames et Messieurs

L’avènement de la liberté et de la démocratie avec l’élection à la Présidence du faso de son Excellence, Monsieur Roch Marc Christian Kaboré, offre une fenêtre historique pour mon pays dans sa quête de progrès social et dans son aspiration légitime à l’émergence.

C’est pourquoi, nous sommes confiants sur le succès de cette Conférence, nous sommes confiants quant à la participation des représentants des organismes bilatéraux et multilatéraux de coopération, des investisseurs privés nationaux et internationaux, des fonds souverains, des fonds d’investissement, des Organisations non gouvernementales (ONG) nationales et internationales et de toutes autres sources innovantes de financement.

L’agenda de la Conférence se déroulera en deux journées :

- la première journée, soit le mercredi 7 décembre 2016 sera consacrée à la rencontre entre le Gouvernement et l’ensemble des partenaires publics, multilatéraux, bilatéraux et les fonds souverains ;

- quant à la deuxième journée, soit le jeudi 8 décembre 2016, elle est réservée au secteur privé ; elle offrira la possibilité au Gouvernement de présenter les opportunités d’investissements qu’offre le PNDES aux acteurs du secteur privé et aux fonds d’investissement privés.

En prélude à cet important événement, j’ai personnellement effectué du 03 au 08 octobre dernier, une mission à Washington où nous avons eu l’honneur d’être reçus par le Président de la Banque Mondiale et par le Directeur Général du FMI, Madame Christine Lagarde.

Tous nous ont réaffirmé leur soutien et leur accompagnement pour l’organisation réussie de la Conférence des Partenaires du Burkina Faso sur le financement du PNDES.

Avant de clore mon propos introductif je voudrais vous donner rendez-vous à Paris les 7 et 8 décembre 2016.

Je me tiens maintenant à votre disposition pour d’éventuelles questions.

Je vous remercie !




Copyright 2003-2009 © Premier Ministère du Burkina Faso. Tous droits réservés - Contactez-nous
03 BP 7027 Ouagadougou 03 - Tel : (226) 50324889/90/91 - Fax : (226) 50330551