Gouvernement du Burkina Faso

Suivi de la campagne agricole 2009-2010 : Le Premier Ministre dans les Régions du Plateau central, du Centre Est et de l’Est

jeudi 27 août 2009.

 

La tournée de suivi de la campagne agricole 2009-2010, entreprise par le Premier Ministre Tertius Zongo dans les différentes régions du pays se poursuit. Après la région du Centre sud où il a visité différents sites d’exploitants agricoles, de producteurs semenciers, de centres d’élevage, etc., il était du 24 au 25 Août dans les régions du plateau central, du Centre Est et de l’Est où il est allé à la rencontre de groupements de producteurs dans des bas fonds rizicoles, d’exploitants individuels qui s’investissent dans l’agro-business. Le constat qui se dégage de ces visites est que dans l’ensemble, la campagne se présente bien dans ces régions et les producteurs fondent l’espoir de faire de bonnes récoltes si les pluies se poursuivent normalement jusqu’à la mi octobre.

La journée du 24 Août a commencé dans la région du Plateau central avec la visite du bas fond rizicole de Rapadama V1 dans la province du Ganzourgou à 75 kilomètres de Ouagadougou. Ce bas fond d’une superficie de 20 hectares est exploité par 112 producteurs dont 42 femmes, utilisant la variété de riz FKR19. Le rendement attendu de ces périmètres irrigués est de 4 tonnes à l’hectare pour une production totale de 80 tonnes. Grâce à un encadrement technique et un suivi rapproché des techniciens du ministère de l’Agriculture, les producteurs ont bien assimilé les techniques d’irrigation et sont parvenus à une bonne maîtrise du système de drainage des eaux, à travers un réseau de conduite d’eau économique, fait de diguettes en terre.

Les bénéficiaires de l’aménagement, tout en remerciant le gouvernement pour le soutien qui leur a été apporté dans l’acquisition d’équipements agricoles, la distribution de semences améliorées, d’intrants et dans un encadrement technique rapproché, n’ont pas manqué de relever les difficultés auxquels ils sont confrontés. Ils ont émis le souhait de bénéficier de la part du gouvernement, d’un aménagement additionnel en vue d’une extension du bas fonds dans le but de satisfaire d’autres demandeurs de parcelles qui manifestent le désir d’en avoir.
Le Maire de la commune rurale de Mogtédo dont relève le village de Rapadama a quant à lui traduit les préoccupations des populations de voir la réhabilitation des routes de l’ex Autorité d’Aménagement de la Vallée des Volta (AVV), construites au début des années 1970 et aujourd’hui en situation de forte dégradation, ainsi que la reconstruction des ponts détruits.

Il a plaidé en faveur du renforcement des capacités des producteurs par une formation plus accrue. Il a traduit le souhait des populations de sa commune de bénéficier d’une amélioration du système sanitaire local à travers la construction entre autres, de dépôts pharmaceutiques.
Le Premier Ministre qui était accompagné du Ministre de l’Agriculture, de l’Hydraulique et des Ressources halieutiques, Laurent Sedego, du Ministre de l’Environnement et du Cadre de Vie, Salifou Sawadogo et du Ministre délégué à l’Agriculture, Abdoulaye Combary, a pu prendre la mesure de la physionomie d’ensemble de la campagne au niveau de la région du Plateau central à travers une évaluation à mi parcours de la situation agricole, faite par la directrice régionale de l’Agriculture, Gisèle Tapsoba.

La situation pluviométrique dans le plateau central a connu un démarrage précoce en Avril et est restée positive jusqu’en fin mai avant d’enregistrer des irrégularités au cours de la deuxième décade de juin avec des hauteurs excessives d’eau par moment et des poches de sécheresse. Dans l’ensemble, la situation pluviométrique dans le plateau central s’est normalisée en ce mois d’Août, avec le constat pour la première décade, de dix postes excédentaires sur onze par rapport à 2008, selon la directrice régionale de l’Agriculture de l’Hydraulique et des Ressources halieutiques.

Dans le cadre de la distribution des semences améliorées, au total 397 tonnes 700 kg toutes spéculations confondues ont été livrées aux producteurs de la région par l’Etat et ses partenaires. Pour ce qui est des engrais, au total 379 tonnes 300 kg de NPK et 251 tonnes 450 kg d’urée ont été livrées aux producteurs par l’Etat et ses partenaires. Les superficies emblavées en riz pour la campagne agricole 2009-2010 sont de 3851,05 hectares, contre 3719 hectares pour la campagne 2008-2009.
Dans la région, la promotion de techniques culturales comme le zaï, les demi lunes s’est accentuée au regard des poches de sécheresse. Selon Gisèle Tapsoba, les céréales ont été remplacées par les légumineuses.

Les difficultés rencontrées par la région dans le cadre de la présente campagne, ont été inhérentes aux différentes poches de sécheresses successives dues à une mauvaise répartition des pluies, aux vents violents qui ont fait d’importants dégâts. Elles sont également liées à la difficulté d’accès à certains grands sites de production agricole qui constitue une entrave à l’acheminement des appuis qui leur sont destinés. En outre, l’utilisation du cyanure par les producteurs, notamment du Ganzourgou, en mélange aux herbicides pour lutter contre la pression des herbes dans les champs, constitue une préoccupation.

Le Premier Ministre, tout en saluant les efforts des producteurs et de leurs encadreurs, la cohésion et l’esprit d’équipe qui les caractérisent et tout particulièrement le bel engagement et l’implication de la directrice régionale de l’Agriculture, les a exhortés à produire plus. Il n’a pas manqué d’attirer leur attention sur le rôle qu’ils doivent jouer dans la préservation de leur environnement pour les générations à venir. Tertius Zongo a déploré l’utilisation du cyanure par les producteurs de la province et les a invités à abandonner cette pratique néfaste pour l’agriculture et la préservation des sols.

Une politique de soutien à la commercialisation

La sortie du Premier Ministre dans le bas fond rizicole de Rapadama a été une heureuse occasion pour les producteurs et la Société nationale de Gestion du stock de sécurité alimentaire (SONAGESS), à travers son directeur général, Charles Sawadogo, de signer entre eux un contrat. Par ce contrat, la SONAGESS s’engage à acheter 20% de la production de riz produit à Rapadama V1. En effet, la SONAGESS a bénéficié d’un soutien financier important du gouvernement afin de lui permettre d’acheter sur l’ensemble du territoire national des céréales.
Après Rapadama, le Premier Ministre était attendu dans un autre périmètre irrigué à 60 kilomètres plus loin, celui de Itenga, un village de la province du Kouritenga dans la région du Centre Est. Les producteurs de ce périmètre, au nombre de 268, sont organisés en groupements pré-coopératifs et travaillent sur une superficie de 55,4 hectares divisée en 4 blocs.

Ces producteurs donnent l’exemple par le fait qu’ils disposent tous de fosses fumières et produisent de la fumure organique. Chacun paye les taxes communales et les redevances. Ils participent au développement de leur commune à hauteur de 268 000 francs CFA pour les taxes.
Le schéma d’occupation mis en place dans ce périmètre, a permis d’emblaver 100% de la superficie aménagée en campagne humide et 25% en campagne sèche. La production de la campagne humide 2008 en riz FKR 19 et Nérica 60 est évaluée à 264, 8 tonnes, soit un rendement de 5,76 tonnes à l’hectare. La production attendue pour la campagne humide 2009 est de 280 tonnes avec un rendement de 6 tonnes à l’hectare. Les prévisions de la vente de la production en fin de campagne sont estimées à 32.200 000 FCFA. Les producteurs se sont dits prêts à céder une partie de leur production à la SONAGESS qui a donné l’assurance d’inscrire le périmètre irrigué parmi ses fournisseurs potentiels.

Les producteurs ont cependant soulevé un certain nombre de problèmes auxquels ils sont confrontés, à savoir une insuffisance de l’eau nécessitant selon eux que l’on rehausse la digue. Cette option, selon les techniciens du Ministère n’est pas à envisager car elle risque d’entraîner des inondations. Le Premier Ministre a instruit le Ministère de l’Agriculture à mener la réflexion afin de trouver la solution à ce problème.

Le bas fond de Nagré à une quarantaine de kilomètres avant Fada N’gourma, était le 3ème site visité par le Premier Ministre. Situé dans la Région de l’Est, ce bas fonds a une superficie de 20 hectares avec 84 parcelles au total occupées par 66 hommes et 18 femmes. Le rendement attendu est de 4,5tonnes à l’hectare et une production totale attendue de 90 tonnes de riz de la variété TS2. Les prévisions de recettes de la vente de la production sont estimées à 7640 000 FCFA.
En termes de perspectives, les producteurs comptent disposer d’appuis pour la réalisation de puits maraîchers, l’acquisition de matériel d’exhaure, l’enrochement des diguettes, la construction d’un magasin. Le Premier Ministre a émis le souhait que le nombre de femmes productrices soit plus élevé au niveau du bas fonds de Nagré tout comme au niveau des autres bas fonds visités. Il a encouragé les producteurs à s’investir dans les cultures de contre saison et leur a donné l’assurance que des puits maraîchers seront construits. Il a toutefois insisté sur la nécessité pour les hommes de favoriser un plus grand accès des femmes aux périmètres.

A Nagré, les préoccupations des producteurs se résument en la construction de salles de classes complémentaires en vue d’accroître l’offre éducative du village, la construction de logements de maîtres et la réalisation d’un barrage.
Potiamanga, à 15 kilomètres après Fada N’gourma, était la dernière étape de la journée du 24 Août dans la partie Est du Pays. Dans ce village, Tertius Zongo est allé visiter un site de production semencière exploité par Daba Lenli. L’exploitation a une superficie de 24 hectares produisant sur 14 hectares du maïs de la variété Espoir, sur 5 hectares du maïs de la variété Massongo, sur 2 hectares du sorgho R1, sur 3 hectares du Niébé R1.

Cet agro-businessman modèle est suffisamment équipé et bien organisé pour la production. Il dispose entre autres de deux tracteurs, deux charrues, d’un semoir polyvalent, d’un sarcleur, de deux buteurs, de deux fosses fumières, etc. Le rendement à l’hectare de son exploitation est de 4 tonnes. Son compte prévisionnel pour un hectare fait ressortir des recettes de 1800 000 FCFA.

Des rencontres d’échanges pour mieux cerner les problèmes

La visite de ces sites, soutenue par les commentaires et explications des différents directeurs régionaux de l’Agriculture des trois régions du Plateau central, du Centre Est, de l’Est, mais également de certains techniciens du Ministère a permis au chef du gouvernement de toucher les réalités de la campagne agricole dans ces différentes parties du pays. A travers l’exposé direct des principaux acteurs que sont les producteurs, Tertius Zongo a pu se rendre compte des préoccupations qui sont les leurs. Cela a permis au chef du gouvernement de dresser des pistes de solutions à certaines difficultés qu’ils vivent, d’instruire les ministères techniques à se saisir de certaines doléances les concernant en vue d’approfondir la réflexion pour y apporter des réponses.

Au terme de ces visites de terrain, le Premier ministre s’est dit satisfait du déroulement de la campagne, des efforts des producteurs pour maîtriser les techniques culturales et pour produire plus et mieux. Il a salué l’implication des autorités locales, des élus locaux et nationaux aux côtés des producteurs.
Dans la dynamique de recherche de solutions aux difficultés et problèmes de la campagne, une rencontre de synthèse, présidée par le Premier Ministre en présence des ministres concernés, des gouverneurs des 3 régions, a eu lieu dans la soirée du 24 Août. La rencontre qui a également vu la présence des responsables techniques des ministères concernés, des représentants régionaux des services déconcentrés de l’Etat, etc. a favorisé des échanges directs qui ont mis en lumière de nombreuses préoccupations et permis un partage d’expériences en matière de bonnes pratiques dans les différentes régions.

Il ressort de cette rencontre, la nécessité de renforcer la production semencière qui n’est encore à 9,5%, la nécessité d’une plus grande maîtrise de l’eau. Il a été jugé important d’avoir un bon suivi de la distribution des semences améliorées et de leur utilisation et faire en sorte qu’elles ne soient pas détournées pour la consommation. En outre, il a été relevé la nécessité de mettre en place un système de recouvrement efficace des sommes dues pour les engrais et faire en sorte que les paiements se fassent à 100%.
La nécessité d’entretenir une synergie d’actions entre les ministères en charge de l’Agriculture, de l’élevage, de l’environnement, du commerce et qui interviennent dans la chaîne de production et de commercialisation. L’importance à accorder à l’utilisation de la fumure organique a été relevée et les directeurs régionaux de l’agriculture ont reçu des instructions pour en faire un point d’orgue dans leurs missions.




Copyright 2003-2009 © Premier Ministère du Burkina Faso. Tous droits réservés - Contactez-nous
03 BP 7027 Ouagadougou 03 - Tel : (226) 50324889/90/91 - Fax : (226) 50330551