Gouvernement du Burkina Faso

Ouverture de la 10e session de l’Assemblée générale des Sociétés d’Etat consacrée aux EPE

vendredi 31 juillet 2009.

 

La 10e session de l’Assemblée générale des Sociétés d’Etat consacrée aux Etablissements Publics de l’Etat (AGSE/EPE) s’est ouverte le jeudi 30 juillet 2009 sous la présidence du Premier Ministre Tertius Zongo représentant le Président du Faso. Elle se penchera sur l’examen des rapports de gestion, des rapports d’activités et des états financiers de l’exercice 2008 des conseils d’administration ainsi que l’état de mise en œuvre des résolutions et recommandations prises lors de la 9ème session.

Pour cette 10e session, les rapports de 62 établissements publics vont être examinés tandis que deux EPE (l’Ecole de formation et de perfectionnement en travaux publics et l’Office national des Aires protégées) sont invités à présenter des rapports d’explication. L’Institut des Hautes études internationales et l’Office national de sécurité routière qui sont de création récente, participent à la rencontre à titre d’observateurs.

La synthèse faite par le secrétariat de l’AGSE/EPE indique que l’analyse et l’agrégation des états financiers des établissements concernés font ressortir une nette amélioration de la qualité des informations financières fournies par rapport à l’année 2007. D’une manière plus détaillée, le secrétariat note que les recettes totales estimées à 93,606 milliards de francs CFA ont progressé de 27% en 2008 contre 4,48% entre 2006 et 2007. Le taux des recettes le plus faible a été enregistré par l’ONI (28,65 %) et le plus élevé par l’ARTEL (172,10 %). Les dépenses évaluées à 74,470 milliards de francs sont elles aussi en progression (13,02%) par rapport à l’exercice 2007.

Ces chiffres ont permis de dégager un taux de couverture des dépenses par les recettes de 125,70% pour l’ensemble des établissements publics ayant produit des états financiers, traduisant ainsi une bonne prudence des responsables des EPE dans l’exécution des dépenses budgétaires. Le secrétariat de l’AGSE souligne également une évolution sensible du taux d’autofinancement qui est passé de 29,91% en 2006 à 30,18% en 2007 et 40,20% en 2008. Malgré cette évolution, le secrétariat note que les efforts de création et de mobilisation de recettes propres doivent être renforcés par les EPE afin d’améliorer leur situation financière.

S’agissant des résolutions et recommandations prises lors de la 9ème session et qui relevaient spécifiquement de certains établissements du secteur de la santé, du système universitaire, de l’éducation de base, de la formation professionnelle, de l’hydraulique et de la communication et la culture, le secrétariat indique que leur mise en œuvre pour la plupart est effective. Seule la recommandation portant sur la réalisation d’audits des établissements publics de l’Etat est en cours d’exécution.

Sur la gestion même des EPE, le rapport fait ressortir que d’une manière générale, les efforts ont été maintenus dans la réalisation des missions. Il note cependant que des séjours statutaires de présidents de conseil d’administration n’ont pas été entièrement effectués et que l’obligation d’informer les autorités de tutelle sur les absences répétées et non justifiées d’administrateurs aux réunions de conseils n’est pas toujours respectée.

En conclusion, le rapport du secrétariat souligne que l’analyse des rapports d’activités et des états financiers montre une nette amélioration dans la gestion des EPE avec non seulement une couverture satisfaisante des dépenses mandatées, mais aussi un excédent d’exécution budgétaire de 8,747 milliards de francs et une baisse des emprunts. Il relève néanmoins une prédominance de la subvention de l’Etat qui croît d’année en année ainsi qu’une progression des charges de fonctionnement dans l’ensemble de ces structures.

Le Premier Ministre Tertius Zongo, jugeant ces indicateurs significatifs, s’est dit satisfait de la gestion des EPE en 2008 malgré la crise financière. C’est à juste titre qu’il a félicité les différentes instances d’orientation et de direction des Etablissements publics de l’Etat pour « la rigueur dont ils ont fait preuve au cours de cet exercice, malgré un contexte économique et financier difficile ». Mais le chef du gouvernement a insisté sur l’urgence d’apurer les arriérés de paiement qui se sont accrus malgré une bonne mobilisation des ressources. Il a enfin souhaité une meilleure définition et une harmonisation des indicateurs de performance qui permettraient une appréciation plus juste du niveau d’exécution des activités des différents EPE.




Copyright 2003-2009 © Premier Ministère du Burkina Faso. Tous droits réservés - Contactez-nous
03 BP 7027 Ouagadougou 03 - Tel : (226) 50324889/90/91 - Fax : (226) 50330551