Gouvernement du Burkina Faso

Le comité national de pilotage chargé de la révision du Cadre stratégique de lutte contre la pauvreté officiellement installé

lundi 13 juillet 2009.

 

Le Premier ministre Tertius Zongo a procédé le jeudi 09 juillet 2009 au lancement du processus de révision du Cadre stratégique de lutte contre la pauvreté (CSLP) et à l’installation des membres des organes du mécanisme institutionnel mis en place à cet effet. Le processus vise à doter le Burkina d’un nouveau cadre de référence pour la mise en œuvre de politiques et programmes de développement qui s’adaptent aux mutations actuelles.

La révision du CSLP est rendue nécessaire aujourd’hui en raison du contexte international marqué par les crises financière, économique et alimentaire actuelles. La dernière révision date en effet de 2003. Pour le ministre de l’Economie et des Finances Lucien Marie-Noël Bembamba, le processus de révision ambitionne de « traduire l’aspiration des burkinabè à accéder à une alimentation abondante, aux soins de santé, à l’eau potable, à un système éducatif performant, à l’énergie et au téléphone, aux infrastructures de transport modernes ainsi qu’à un niveau de revenu décent ».
Il sera conduit de manière participative, impliquant les acteurs tant au niveau central qu’au niveau décentralisé et se fondera sur des consultations sectorielles et thématiques et sur des enquêtes. L’objectif étant de parvenir à un document consensuel qui sera un nouveau référentiel pour la politique de développement du gouvernement.
Baptisé « Stratégie de croissance accélérée et de développement durable", le nouveau référentiel va couvrir la période 2011-2015. Le document, ainsi que le dispositif de suivi-évaluation qui l’accompagne, sont attendus pour la fin 2010.

Le mécanisme institutionnel chargé de conduire le processus de révision a été mis en place par arrêté le 15 mai 2009 par le Premier ministre. Il comprend un comité de pilotage présidé par le ministre de l’Economie et des Finances, un comité technique et une cellule permanente, et ses membres sont issus de tous les secteurs de la vie nationale (Etat, partenaires techniques et financiers, société civile, secteur privé et collectivités territoriales). En installant les membres, le Premier ministre Tertius Zongo leur a rappelé la lourde mission qui leur incombe et leur a adressé les encouragements et le soutien du gouvernement. Il a indiqué que l’objectif global attendu de la révision du CSLP est d’arriver à une croissance non seulement plus accentuée mais également mieux partagée. Aussi a-t-il insisté sur la prise en compte de l’approche participative dans l’élaboration des stratégies pour l’atteinte d’un véritable développement harmonieux.


A l’issue de la cérémonie, le Premier ministre a expliqué à la presse ses attentes par rapport à ce nouveau cadre référentiel :

« Les politiques mises en œuvre jusqu’à présent ont certes produit des résultats, mais ceux-ci demeurent insuffisants. La pauvreté continue d’être le souci majeur de chacun d’entre nous ; de plus, l’environnement lui-même change si bien que nous devons aller un peu plus vers la base. Le développement n’étant pas une question de court ou moyen terme mais un processus de long terme, nous devons, avec le nouveau cadre, avoir une vision plus longue sur cinq ans qui permette une véritable planification, car les anciens CLSP étaient triennaux. Nous devons également changer nos mentalités pour nous adapter non seulement aux changements de l’environnement international mais aussi au changement institutionnel local intervenu dans notre pays depuis la mise en œuvre de la communalisation ».




Copyright 2003-2009 © Premier Ministère du Burkina Faso. Tous droits réservés - Contactez-nous
03 BP 7027 Ouagadougou 03 - Tel : (226) 50324889/90/91 - Fax : (226) 50330551