Gouvernement du Burkina Faso

Discours de S.E.M. Tertius Zongo à la clôture de la 17e Assemblée Générale des sociétés d’Etat

vendredi 26 juin 2009.

 

DISCOURS DE SON EXCELLENCE MONSIEUR TERTIUS ZONGO,
PREMIER MINISTRE, CHEF DU GOUVERNEMENT A LA CLOTURE DE LA 17ème SESSION DE L’ASSEMBLEE GENERALE DES SOCIETES D’ETAT

Ouagadougou, le 26 juin 2009

Mesdames et Messieurs les Membres de l’Assemblée Générale des Sociétés d’Etat ;

Honorables invités ;

Mesdames et Messieurs ;

Nous sommes au terme des travaux de la 17ème session de l’Assemblée Générale des Sociétés d’Etat. Je voudrais à cette occasion, vous dire combien j’ai apprécié la qualité des débats. La lecture bien profonde de la situation de nos sociétés à l’aune du contexte de récession économique mondiale que j’ai observée tout au long des travaux, traduit le souci et la volonté de chacun de nous de veiller à leur relance rapide et à l’accroissement de leur compétitivité. Je prends à témoin la détermination telle qu’elle est reflétée par le rapport de synthèse, à travers les pertinentes recommandations et résolutions qui viennent de nous être présentées

Si nous sommes arrivés si aisément à ces résultats, c’est bien grâce au professionnalisme du secrétariat permanent de l’Assemblée Générale. Je voudrais en cet instant leur redire tous mes sentiments de satisfaction et les exhorter à persévérer dans cette voie.

Je ne saurai passer sous silence la grande sincérité des commissaires aux comptes dans leurs opinions et appréciations sur les écritures comptables de nos sociétés. Le salut et la longévité de celles-ci en dépendent.

Mesdames et Messieurs les membres statutaires de l’Assemblée Générale des sociétés d’Etat ;

Honorables invités ;

L’environnement économique actuel doit désormais être considéré comme une donnée majeure dans la formulation de la stratégie de développement de nos différentes sociétés et non comme le principal prétexte pour en justifier les contre – performances. La vie d’une entreprise n’est pas une trajectoire linéaire, elle est une somme de réponses appropriées à des péripéties. Aussi, à cette étape de nos travaux, je voudrais insister sur l’importance des éléments ci-après :

-  la qualité des dirigeants de nos sociétés qui devrait forcément se mesurer par leur capacité d’organisation et de réaction en situation de crise ;

-  une claire vision pour nos sociétés d’Etat qui devrait se traduire par la formulation et la mise en œuvre d’un plan stratégique concerté. Je félicite les sociétés déjà engagées dans cette voie et exhorte les autres à la suivre ;

-  l’urgence de maîtriser les charges dans la perspective d’une capacité d’auto-investissement plus accrue. Les sociétés d’Etat ne devront nullement être un boulet pour le trésor public ;

-  le respect des principes statutaires de gestion ;

-  le recours aux compétences existantes. Les structures dirigeantes des sociétés d’Etat devront mettre à profit la grande disponibilité de l’agence judiciaire du trésor ;

-  l’amélioration constante de la productivité de nos sociétés. Bien sûr que cela exige une remise en cause constante des méthodes, des instruments mais aussi des propres comportements des acteurs ;

-  la stratégie de veille de nos sociétés doit être sous-tendue par une communication permanente et offensive. L’opinion doit être constamment rassurée.

Nul doute qu’il s’agit là de préoccupations partagées. Prenons donc tous l’engagement de les mettre en œuvre. La crédibilité, la viabilité et la compétitivité de nos sociétés en sont fortement tributaires.

L’Assemblée Générale, notre instance d’orientation et de supervision des sociétés d’Etat, gagne en efficacité du fait de l’amélioration continue des pratiques et méthodes de travail. En cela, nous devons aller au-delà de l’analyse parfois sommaire des états financiers de nos sociétés. Les commissaires au compte peuvent y contribuer utilement. A cet effet, je voudrais inviter le secrétariat permanent de l’Assemblée Générale à les approcher pour la définition d’un canevas plus adapté.

Terminant mon propos, je voudrais, Mesdames et Messieurs, vous transmettre à tous, les félicitations de Son Excellence Blaise COMPAORE, Président du Faso, Président de l’Assemblée Générale des Sociétés d’Etat. Il vous assure de sa disponibilité et de celle du Gouvernement à œuvrer à vos côtés pour surmonter les obstacles à l’épanouissement de nos sociétés d’Etat.

Sur ce, je déclare close, au nom de Son Excellence Monsieur le Président du Faso, la 17ème session de l’Assemblée Générale des Sociétés d’Etat.

Je vous remercie.




Copyright 2003-2009 © Premier Ministère du Burkina Faso. Tous droits réservés - Contactez-nous
03 BP 7027 Ouagadougou 03 - Tel : (226) 50324889/90/91 - Fax : (226) 50330551