Gouvernement du Burkina Faso

DISCOURS DE SON EXCELLENCE MONSIEUR BEYON LUC ADOLPHE TIAO, PREMIER MINISTRE, CHEF DU GOUVERNEMENT A L’OCCASION DE LA 4ème SESSION DE LA CONFERENCE NATIONALE DE LA DECENTRALISATION (CONAD)

lundi 18 novembre 2013.

 

• Mesdames et Messieurs les Présidents d’Institution ;
• Monsieur l’ancien Chef d’Etat, Jean Baptiste OUEDRAOGO ;
• Excellences Mesdames et Messieurs les Chefs de mission diplomatique ;
• Mesdames et Messieurs les Représentants des organisations Internationales et Interafricaines ;

• Mesdames et Messieurs les Gouverneurs de Région du Burkina Faso ;
• Monsieur le Président de l’Association des Région du Burkina ;
• Monsieur le Président de l’Association des Municipalités du Burkina Faso ;
• Mesdames et Messieurs les Représentants des Organisations non Gouvernementales ;
• Mesdames et Messieurs les représentants du secteur privé ;
• Honorables invités ;
• Mesdames, Messieurs,
Je voudrais, avant tout chose, adresser mes vifs et sincères remerciements à toutes les personnalités qui ont bien voulu honorer de leur présence, la cérémonie d’ouverture de la quatrième session ordinaire de la conférence Nationale de la Décentralisation.
• Honorables invités,
• Mesdames, Messieurs,

La tenue de la présente session, quatrième du genre dans notre pays, est le signe éloquent de la vitalité de notre processus de décentralisation qui occupe une place stratégique majeure dans le programme quinquennal "Bâtir, ensemble, un Burkina émergent" du Président du Faso, Son Excellence Monsieur Blaise COMPAORE.

Si sa pertinence de ce point de vue n’est plus à démontrer, il nous faut en revanche nous appesantir sur les conditions de renforcement de son rôle dans le dispositif de pilotage et de coordination de la mise en œuvre de la décentralisation et de lui donner un contenu substantiel qui puisse marquer non seulement chacune de ses sessions mais aussi renforcer l’adhésion et l’intérêt de ses membres à participer activement et utilement à cet espace de dialogue.
La tenue de notre session intervient au moment où un grand pas a été fait sur le plan institutionnel avec la création pour la première fois dans notre pays d’un département ministériel entièrement consacré à la décentralisation. Cette évolution s’inscrit dans la vision du Président du Faso, de faire de la décentralisation un axe majeur de sa politique de développement et de renforcement de la démocratie à la base.

En cet instant solennel d’examen et d’approbation des points inscrits à l’ordre du jour de notre session, je voudrais donc rendre un hommage appuyé au Président du Faso, son Excellence Blaise COMPAORE pour sa vision qui a conduit également à la constitutionnalisation de la décentralisation gage d’un développement équilibré et harmonieux de notre pays.
Son engagement et sa détermination ainsi que sa disponibilité permanente au dialogue ont permis la stabilité politique qui, aujourd’hui constitue indéniablement le socle et le garant de la consolidation de la démocratie au Burkina Faso.

Je voudrais saluer, encore une fois, l’engagement et la disponibilité des partenaires techniques et financiers qui, malgré le contexte économique et financier parfois difficile de leurs pays, ne cessent de nous apporter des appuis divers pour la mise en œuvre d’une gouvernance locale plus porteuse de résultats significatifs dans l’amélioration des conditions de vie de nos populations.
J’exprime toute ma gratitude aux représentants des institutions de Coopération et aux responsables des collectivités territoriales qui s’investissent quotidiennement aux côtés du Gouvernement pour répondre aux attentes des populations à la base.

Je réitère en outre mes remerciements aux associations et organisations non gouvernementales qui œuvrent inlassablement avec les élus au renforcement de la gouvernance locale.

• Mesdames et Messieurs,
• Chers invités,
• Mesdames et Messieurs,

La présente session de la CONAD qui a pour thème « renforcer la maîtrise d’ouvrage locale pour plus d’efficacité dans l’exercice des compétences des collectivités territoriales » nous offre une tribune de réflexion sur les mesures et actions à prendre pour créer les conditions d’une meilleure responsabilisation des collectivités territoriales dans la gestion des compétences transférées mais surtout dans la mise en œuvre des projets et programmes inhérents aux processus de la décentralisation dans notre pays .
Cette quatrième session se tient à une étape charnière de l’échéance du cadre stratégique de Mise en Œuvre de la Décentralisation (CSMOD) et il sied à ce titre, d’examiner et d’adopter :

-  le rapport de synthèse sur l’état des lieux de la décentralisation établi sur les axes de préoccupations actuelles ;
-  le plan d’actions intérimaires (2014-2015) qui devra refléter les options clés en termes de priorités pour les deux ans à venir en gardant à l’esprit la nécessité de la mise en cohérence de cette stratégie avec la SCADD tout en prenant en compte les nouvelles aspirations économiques et démocratiques des populations locales ;

-  les projets de textes portant réorganisation de la conférence nationale et de son secrétariat permanent au regard des évolutions institutionnelles de ces dernières années.

Je vous exhorte donc à vous investir pleinement au cours des travaux de cette session à travers des échanges ouverts, francs et constructifs afin que les conclusions de la conférence soient à la hauteur des espérances et de l’état de maturité de notre processus.

Le Gouvernement qui a classé la décentralisation au titre de ses priorités, pour sa part, ne ménagera aucun effort en vue du renforcement de son engagement et de ses appuis à la mise en œuvre de ce processus.
Sa conviction est depuis longtemps établie que par la décentralisation, l’Etat crée les conditions d’un développement équilibré et inclusif qui consolide les bases de la paix sociale et ouvre les voies à l’émergence du Burkina conformément aux vœux et aux ambitions exprimées par le Chef de l’Etat dans son programme politique bâtir, ensemble, un Burkina émergent ».

• Honorables invités,
• Mesdames, Messieurs,

Le processus de décentralisation ne réussira que si les communes et les régions sont véritablement aptes à accomplir les missions qui leur sont assignées.

C’est pourquoi, je réitère à tous les acteurs mon appel à la mobilisation soutenue pour des avancées toujours plus significatives dans notre engagement en faveur du renforcement de leurs capacités d’actions sur des bases démocratiques et pour un réel développement durable.
Je souhaite plein succès à vos travaux, et déclare ouverte la quatrième session ordinaire de la Conférence Nationale de la Décentralisation.

Je vous remercie.

OUAGADOUGOU, LE 15 NOVEMBRE 2013




Copyright 2003-2009 © Premier Ministère du Burkina Faso. Tous droits réservés - Contactez-nous
03 BP 7027 Ouagadougou 03 - Tel : (226) 50324889/90/91 - Fax : (226) 50330551