Gouvernement du Burkina Faso

DISCOURS DE SON EXCELLENCE MONSIEUR BEYON LUC ADOLPHE TIAO, PREMIER MINISTRE, CHEF DU GOUVERNEMENT A L’OCCASION DE LA CEREMONIE D’OUVERTURE DE LA 21ème SESSION DE L’ASSEMBLEE GENERALE DES SOCIETES D’ETAT

vendredi 28 juin 2013.

 

• Mesdames et Messieurs les Présidents d’Institutions ;
• Mesdames et Messieurs les Membres de l’Assemblée Générale des Sociétés d’Etat ;
• Honorables invités ;
• Mesdames et Messieurs ;

Il me revient une fois de plus l’honneur de présider, au nom de Son Excellence Monsieur le Président du Faso, Président de l’Assemblée Générale des Sociétés d’Etat, cette 21e session ordinaire.
Aussi, à toutes et à tous, je voudrais, avant tout propos, souhaiter la bienvenue à cette session consacrée à l’examen des états financiers de nos sociétés, pour l’exercice clos au 31 décembre 2012.

• Mesdames et Messieurs les Administrateurs
• Mesdames et Messieurs les Directeurs Généraux ;
Ce rendez-vous traditionnel, se place plus que jamais dans le principe sacro saint de la bonne gouvernance qu’est l’obligation de rendre compte.
En effet, les sociétés d’État sont d’importants mécanismes de mise en œuvre de la politique gouvernementale. Elles dépendent en grande partie des crédits gouvernementaux ; elles se doivent donc d’être pleinement comptables envers le Gouvernement.
C’est pourquoi, j’appelle chacun et chacune de vous, Président de conseil d’administration, Directeurs généraux, et commissaires au compte, à saisir cette opportunité d’évaluation par le Gouvernement pour justifier la confiance qui vous a été faite.
• Mesdames et Messieurs,
Au cours de cette session, quinze (15) sociétés seront appelées à soumettre leurs états financiers, à notre approbation. En marge de l’examen de ces états financiers, trois sociétés nous soumettront d’autres types de rapports.
L’Agence de Conseil et de Maîtrise d’Ouvrage Déléguée en Bâtiment et Aménagement Urbain (ACOMOD), créée en 2010, qui a mis en place son conseil d’administration et dont le Directeur général n’a toujours pas été nommé, présentera un rapport d’explication sur sa situation.
La Société d’Exploitation des Phosphates du Burkina (SEPB), ex-projet phosphate, transformée en société d’Etat en 2012 et La Minoterie du Faso, ex-GMB, créée également en 2012 et qui ont mis en place leurs Conseils d’Administration et nommé leurs Directeurs Généraux présenteront chacun un rapport circonstancié sur leur fonctionnement.
• Mesdames et Messieurs,
L’exercice 2012 a connu une décélération de croissance économique mondiale qui est passée de 3,7% en 2011 à 2,9% en 2012. Ce ralentissement est expliqué par les incertitudes suscitées par l’aggravation de la crise des dettes souveraines, les conséquences des politiques budgétaires drastiques dans de nombreux pays développés et la décélération du commerce mondial.
Néanmoins, selon la Banque Mondiale, environ un quart des pays d’Afrique ont connu une croissance supérieure ou égale à 7%. Sont de ces pays, la Sierra Leone, le Niger, la Côte d’Ivoire, le Liberia, l’Éthiopie, le Burkina Faso et le Rwanda.
Pour ce qui concerne le Burkina Faso, la croissance économique est passée de 5,2% en 2011 à 8% en 2012. Cela s’explique essentiellement par le bon résultat de la campagne agricole 2012/2013, la sortie de la crise en Côte d’Ivoire et le dynamisme de l’exploitation aurifère.
• Mesdames et Messieurs,
Il est donc tout logique que la bonne tenue de l’économie nationale dans son ensemble ait eu un impact positif sur les performances des nos sociétés qui ont vu leur part contributive à l’économie nationale augmenter au titre de l’exercice 2012.
Ainsi, la valeur ajoutée globale qui traduit la contribution de nos sociétés à la création des richesses nationales, est passée de 12,14% en 2011 à 12,36% en 2012. Cette hausse s’explique par la croissance du chiffre d’affaires qui est passé de 691,531 milliards en 2011 à 841,224 milliards de F CFA en 2012, soit une progression de 21,65% suite à l’augmentation des activités de ces sociétés.
C’est donc sans surprise que le résultat net cumulé de nos sociétés est en hausse. Il est établi à 54 milliards 425 millions de francs CFA en 2012 contre 37 milliards 276 millions de francs CFA en 2011, soit une progression de 46,01%.
La contribution totale de ces sociétés au budget de l’Etat au titre des impôts et taxes et des dividendes s’élève à 25,008 milliards contre 16,067 milliards en 2011 et 21,436 milliards de F CFA en 2010, soit une hausse de 55,65% en 2012 contre une baisse de 25,05% en 2011.
• Mesdames et Messieurs,
Ces performances sont le fruit des efforts que vous et vos personnels avez déployés durant la période sous revue. Aussi voudrais-je vous encourager à redoubler d’efforts pour maintenir la tendance à l’amélioration observée afin d’inscrire vos sociétés respectives dans la dynamique d’une croissance soutenue, gage d’un développement durable.
• Mesdames et Messieurs,
Il ne fait pas de doute que la présente session nous permettra de découvrir dans les détails, les résultats des chacune de vos sociétés. Elle donnera certes l’occasion d’adresser nos félicitations aux sociétés les plus méritantes, mais surtout, elle devra permettre de prendre des recommandations fortes en vue d’aider les sociétés encore à la traine, à trouver des réponses adéquates aux chocs exogènes et endogènes afin de faire de nos sociétés un moteur de développement économique, un exemple en matière de gouvernance d’entreprise au niveau national, sous-régional et régional et des acteurs efficients de la Stratégie de Croissance Accélérée et de Développement Durable (SCADD).
D’ores et déjà, je me réjouis que tous les Présidents de Conseil d’administration aient effectué leurs séjours statutaires dans leurs sociétés respectives et exprime ma satisfaction à l’endroit des différents acteurs pour la mise œuvre effective des résolutions et recommandations issues de la 20e session de l’AG-SE. C’est la preuve que s’est instauré un meilleur suivi de la gestion et de l’administration de nos sociétés.
• Mesdames et Messieurs les Administrateurs
• Mesdames et Messieurs les Directeurs Généraux ;
Comme vous pouvez vous en douter, cette session se tient dans un contexte économique et financier mondial marqué par une fragile reprise de l’activité économique. Les déséquilibres constatés dans les pays avancés et la persistance des tensions géopolitiques au Moyen-Orient pourraient contribuer à freiner la dynamique de la croissance.
Dans ce contexte, les performances de nos sociétés restent fortement tributaires de leur capacité d’anticipation. Celle-ci requiert des mesures innovantes, résolument orientées vers le renforcement de la cohésion sociale au sein de vos structures et vers la recherche permanente de l’efficacité et de l’efficience.
J’’invite donc chaque responsable à veiller au bon fonctionnement du Cadre de Concertation des Sociétés d’Etat et des comités d’audit dont la mise en place vient d’être effective au sein de nos sociétés afin de positionner ces entreprises comme des modèles de rigueur et d’efficacité dans la gestion et dans la création de richesses.
Une fois de plus, j’exhorte les différents acteurs économiques à persévérer dans l’effort, afin de garantir à nos entreprises, une meilleure compétitivité et une contribution plus accrue à la réalisation des objectifs du programme politique du Président du Faso, « Bâtir, ensemble, un Burkina émergent ».
• Mesdames et Messieurs,
Avant de clore mon propos, permettez-moi d’adresser, en votre nom à tous, mes vives félicitations au Secrétariat Technique pour la qualité des documents mis à la disposition des membres de l’AG-SE, et ce, dans les délais requis.
Sur ce, au nom de Son Excellence Monsieur le Président du Faso, Président de l’Assemblée Générale des Sociétés d’Etat, tout en souhaitant plein succès à nos travaux, je déclare ouverte, la 21e session de l’Assemblée Générale des sociétés d’Etat.

Je vous remercie.

OUAGADOUGOU, LE 27 JUIN 2013




Copyright 2003-2009 © Premier Ministère du Burkina Faso. Tous droits réservés - Contactez-nous
03 BP 7027 Ouagadougou 03 - Tel : (226) 50324889/90/91 - Fax : (226) 50330551