Gouvernement du Burkina Faso

La 5ème édition de la semaine nationale de l’Internet s’ouvre à Ouagadougou

mardi 26 mai 2009.

 

La 5ème édition de la semaine nationale de l’Internet et des autres technologies de l’information et de la Communication s’est ouverte le 22 mai 2009 dans la Salle des Banquets de Ouaga 2000, sous la présidence du Premier Ministre Tertius Zongo. La présente édition qui a pour marraine, la première Dame du Burkina, Madame Chantal Compaoré, est Placée sous le thème « TIC et genre ».

Le programme de cette 5ème édition qui va du 22 au 30 mai 2009 prévoit une gamme variée d’activités dans 34 villes du Burkina. Au nombre de ces activités, il est prévu des ateliers, des débats télévisés, un salon international des TIC de Ouagadougou, une formation gratuite de 10 000 personnes à l’utilisation des TIC, une nuit du WEB dont l’ambition est de stimuler la créativité dans le domaine de la production de contenus WEB, etc.

L’organisation de la semaine nationale de l’Internet et des autres technologies de l’Information et de la Communication vise à accompagner les efforts du gouvernement et de tous les acteurs concernés par la promotion du secteur par une large sensibilisation de toutes les couches sociales sur le potentiel de ces technologies.

Pour le Premier Ministre, Tertius Zongo la semaine nationale de l’Internet permet de mettre ensemble les professionnels des TIC et des non professionnels. Cela crée de la stimulation et l’on devrait saisir selon lui, l’opportunité pour faire bénéficier le maximum de personnes des avantages des nouvelles technologies de l’information. Autant, a-t-il précisé, la nécessité s’impose de le faire non seulement pour ceux qui connaissent déjà l’outil informatique, mais également pour ceux qui n’en sont pas encore familiers, les enfants, les jeunes et tout particulièrement les filles et les femmes.

« Nous vivons dans une société où les gens pensent qu’ils ont l’information. Mais malheureusement, ils n’ont pas la bonne information. Les technologies de l’information et de la communication constituent aujourd’hui une mine de création d’emplois et d’ouverture sur le monde », a souligné Tertius Zongo.

Le choix du thème « TIC et genre » se justifie par le fait que les femmes sont largement désavantagées par rapport aux hommes dans le domaine des technologies et de l’information et la nécessité s’impose de tout mettre en œuvre pour une nette amélioration de la situation.

Selon le Ministre des Postes et des Technologies de l’Information et de la Communication, Noël Kaboré « l’étude sur la fracture numérique du genre en Afrique de l’Ouest en 2004 montre que les femmes ont un tiers de chance en moins que les hommes de bénéficier des avantages et des opportunités de la société de l’Information. C’est pourquoi son département, en choisissant le présent thème, vise à interpeller et sensibiliser tous les acteurs concernés sur la nécessité de favoriser l’appropriation des technologies de l’information et de la communication par toutes les couches sociales, notamment les filles et les femmes, afin de réduire considérablement la fracture numérique du genre au Burkina Faso.

Madame Zongo, épouse du Premier Ministre et représentante de la marraine a livré à la tribune de l’ouverture de cette 5ème édition de la semaine de l’Internet et des autres technologies de l’information et de la communication, le message de Madame Chantal Compaoré qui s’est appesanti sur les efforts à faire pour réduire la fracture numérique chez les femmes qui constituent des maillons essentiels dans le développement du Burkina. Madame Zongo a exhorté les femmes à participer de manière active et pleinement aux activités de la semaine pour pouvoir en tirer le maximum de bénéfice.

Selon elle, les nouvelles technologies de l’information et de la communication n’échappent pas à la compétence de la femme. Elle a affirmé que c’est un moyen incontournable de communication en ce 21ème siècle. Aussi, a-t-elle invité toutes les filles et toutes les femmes « à suivre le programme de la semaine, à prendre des engagements pour s’initier et pour faire des formations approfondies en matière de nouvelles technologies de l’information ».

Pour le Ministre de la promotion de la femme, Céline Yoda qui a salué le choix de ce thème pour sa pertinence et son actualité, le travail doit commencer par l’alphabétisation et l’éducation des filles. Selon elle, l’introduction de ces outils à l’école serait un pas vers la réduction de la fracture numérique.




Copyright 2003-2009 © Premier Ministère du Burkina Faso. Tous droits réservés - Contactez-nous
03 BP 7027 Ouagadougou 03 - Tel : (226) 50324889/90/91 - Fax : (226) 50330551