Accueil thématique

Dossiers


Recherche personnalisée


Vidéos
PNDES : Ouagadougou veut convaincre pour financer son développement



Abonnez-vous!
La lettre d'information du Gouvernement


Sites Publics

 Présidence du Faso
 Assemblée nationale
 LegiBurkina
 Archives du site du Premier Ministère
Accueil > À la une > Discours du Premier Ministre > DECLARATION DE SON EXCELLENCE MONSIEUR BEYON LUC ADOLPHE TIAO, PREMIER (...)

DECLARATION DE SON EXCELLENCE MONSIEUR BEYON LUC ADOLPHE TIAO, PREMIER MINISTRE, CHEF DU GOUVERNEMENT A L’OCCASION DE L’ENTRETIEN AVEC LE PRESIDENT DU FASO A LA 15ème EDITION DE LA JOURNEE NATIONALE DU PAYSAN A OUAHIGOUYA

samedi 21 avril 2012

• Excellence Monsieur le Président du Faso,
Je voudrais d’entrée souligner que la Journée Nationale du Paysan, dont le tout premier acte a été posé en 1993 à Léo, est la concrétisation de votre vision sur le développement du Burkina Faso. La traduction de son désir de faire de l’agriculture le socle d’un Burkina prospère.
C’est dans ce cadre que s’inscrivent les initiatives fortes qu’il a prises en matière de dynamisation de la filière coton, de constructions de grands barrages hydro-agricoles et d’aménagements de périmètres irrigués, de modernisation par la mécanisation progressive du secteur et de développement des cultures de contre saison, la fertilisation des sols, l’accentuation de la recherche sur les semences améliorées.

Je n’oublie pas les récentes actions inscrites dans son programme quinquennal dans lequel, il met l’accent sur le développement des pôles de croissance, véritables piliers de la Stratégie de croissance accélérée et de développement durable (SCADD). Le pôle teste, j’ai nommé « BagréPôle », a été lancé, dans ce sens, le 5 avril dernier.

C’est également pour moi une occasion de saluer les importants efforts que nos braves productrices et producteurs déploient au quotidien pour le développement socio-économique de notre pays. Je tiens particulièrement, au nom de Son Excellence Monsieur le Président du Faso et de l’ensemble du monde paysan, la présence des représentants des pays voisins et frères parmi nous, ainsi que celle de nos partenaires techniques au développement. Ils viennent tous nous témoigner leur amitié et partager leurs expériences. Qu’ils en soient remerciés.

• Excellence Monsieur le Président du Faso,

La Journée Nationale du Paysan, est véritablement un cadre de dialogue entre producteurs, développeurs, chercheurs et nos partenaires techniques et financiers. Ce rendez-vous permet chaque année, à tous les acteurs, de poser un diagnostic profond du secteur, de prendre de nouveaux engagements pour une agriculture encore plus moderne et plus productive.
Le bilan céréalier brut de la campagne 2011-2012 dégage un déficit de plus de cent cinquante mille tonnes, rendant la situation alimentaire difficile dans la plupart des ménages dans plusieurs régions de notre pays.
La détérioration du pâturage et l’assèchement des points d’eau compliquent la situation alimentaire et l’abreuvement du bétail dans la majeure partie des régions.
Face à cette situation, le Gouvernement a pris des mesures de riposte pour protéger la population contre l’insécurité alimentaire. A cet effet, cinq mille tonnes de céréales prélevées sur le stock d’intervention ont été déjà mises sur les marchés des provinces déficitaires. Conformément à vos instructions, Excellence Monsieur le Président du Faso, une seconde phase met sur le marché, cinquante mille tonnes de vivres courant avril 2012 à un prix de douze mille francs le sac de cent kilogrammes.

• Excellence Monsieur le Président du Faso,

La quinzième édition de la Journée Nationale du Paysan est célébrée sous le thème « MODERNISATION ET PROFESSIONNALISATION DE L’AGRICULTURE : ROLES ET RESPONSABILITES DES ACTEURS ».

Ce thème cadre parfaitement avec la volonté du Gouvernement d’engager davantage tous les acteurs vers une agriculture moderne, moins vulnérable aux aléas et plus productive. L’un des plus grands défis du secteur agricole est en effet d’assurer à la population une sécurité alimentaire et nutritionnelle durable et une croissance forte du PIB agricole.
Cette option de politique économique est précisée dans la « Stratégie de croissance accélérée et de développement durable », (SCADD), adoptée par le Gouvernement et qui vise l’accélération de la croissance et la promotion d’un développement durable au Burkina Faso, et surtout l’édification d’une société moderne et solidaire.

Dans le cadre de l’atteinte des objectifs de la SCADD, je salue les importantes réformes en cours dans le secteur rural qui a enregistré en 2011, la tenue des Etats Généraux de l’Agriculture et de la Sécurité Alimentaire, de l’Environnement et du Développement Durable, la formulation et la validation par tous les acteurs du Programme national du secteur rural et tout récemment , les Etats généraux de la filière du Coton. Pour les autres filières, j’invite les acteurs à s’inscrire dans cette dynamique.
La réalisation des investissements prévus dans ce Programme contribuera fortement à la modernisation de notre Agriculture.
Ainsi, la professionnalisation des acteurs assurera une meilleure performance et une durabilité des effets positifs qui seront générés. C’est pourquoi une meilleure définition des rôles et des responsabilités des acteurs est nécessaire et même primordiale pour impulser une dynamique nouvelle à notre politique agricole.

Pour répondre aux attentes des producteurs, le gouvernement s’engage à mener la réflexion en vue d’harmoniser nos actions et doter notre pays de politique de mécanisation agricole. Ainsi, dans un souci de développement durable, nous examinerons comment adapter le choix des équipements à chaque catégorie d’exploitation et de type de sol. Nous prendrons également les dispositions appropriées, pour accompagner nos productrices et producteurs en matière d’équipement de production et de transformation pour une meilleure compétitivité de nos produits.

D’ores et déjà, je salue à leur juste valeur les organisations paysannes qui existent déjà telles que la Confédération Paysanne du Faso, les Chambres Régionales d’Agriculture, ainsi que les nombreuses unions et organisations faîtières de paysans, surtout féminines qui, à travers tout le pays, œuvrent pour assurer cette nécessaire professionnalisation des paysans.
Le Gouvernement pour sa part, s’engage, sous votre direction, à soutenir cette dynamique par la mise en œuvre des conclusions et recommandations qui sortiront des présents entretiens.

Je vous remercie

OUAHIGOUYA, LE 21 AVRIL 2012

Version imprimable