Accueil thématique

Dossiers


Recherche personnalisée


Vidéos
PNDES : Ouagadougou veut convaincre pour financer son développement



Abonnez-vous!
La lettre d'information du Gouvernement


Sites Publics

 Présidence du Faso
 Assemblée nationale
 LegiBurkina
 Archives du site du Premier Ministère
Accueil > À la une > Discours du Premier Ministre > Discours de Son excellence monsieur le Premier ministre a l’occasion de la (...)

Discours de Son excellence monsieur le Premier ministre a l’occasion de la cérémonie de lancement officiel du projet pole de croissance de Bagré

vendredi 6 avril 2012

Honorables invités,
Mesdames et Messieurs,
Il y a des événements dont il vaut mieux être le témoin plutôt que d’en être informé. Aujourd’hui, nous sommes témoins d’un tournant historique du processus de développement du Burkina Faso. En effet, le lancement du Projet Pôle de Croissance de Bagré donne un contenu concret et certain au premier axe stratégique de notre référentiel national de développement, la SCADD. Ce projet est une traduction opérationnelle du programme politique de SEM Blaise COMPAORE, Président du Faso. Dans son programme : « Bâtir, ensemble, un Burkina émergent », il s’engageait, je le cite : « mon ambition est de construire des pôles de croissance par la réalisation d’investissements structurants à même de procurer une autonomie économique réelle à chacune de nos régions » fin de citation.

Le lancement officiel du projet pôle de croissance de Bagré, qu’il faut désormais appeler BAGREPOLE, est la concrétisation de sa politique clairvoyante et volontariste car, il a toujours cru en la capacité des Burkinabè à relever des défis immenses. Ce chantier aux énormes enjeux, que nous lançons ce jour, 5 avril 2012, n’est pas seulement une promesse tenue ; il augure, pour cette région et pour tout le pays, un avenir plein d’espoir.
Il y a environ un demi-siècle que la zone de Bagré a été considérée comme un pôle structurant de développement dans notre pays. Après l’éradication de la cécité des rivières, la construction et l’exploitation du barrage hydroélectrique, l’aménagement des premiers périmètres et l’installation des exploitants ont achevé de convaincre que le développement durable n’est pas une vue de l’esprit.

Aujourd’hui, ce projet symbolise aussi bien pour les autochtones que pour les migrants, la terre économique promise. J’en veux pour preuve les propos d’un producteur qui, lors de ma visite en ces mêmes lieux le 11 novembre 2011, comparait Bagré à Petit Paris.
C’est le lieu pour moi de rendre un hommage appuyé et mérité à l’ensemble de nos devanciers, aux acteurs de développement, aux responsables politiques, diplomatiques, sociaux et administratifs qui ont su synchroniser leurs actions pour donner un visage économique rayonnant à cette contrée autrefois abandonnée. Je voudrais particulièrement féliciter la République de Chine Taïwan, les fonds arabes, l’Agence Française de Développement, les vaillantes populations, les producteurs et les investisseurs dont l’engagement et l’ardeur au travail dans cette zone, permettent de produire un riz de qualité très apprécié par les consommateurs.

Honorables invités,
Mesdames et Messieurs,

Comme vous le savez, le Burkina Faso a expérimenté plusieurs stratégies et politiques de développement en particulier dans le secteur agricole. Le Gouvernement et ses partenaires ont déjà investi plus de 100 milliards de francs CFA à Bagré. Nos politiques et programmes ont certes permis de réaliser des performances et des acquis importants. Cependant, beaucoup reste à faire pour permettre au Burkina d’atteindre l’autosuffisance alimentaire, en témoigne la crise céréalière qui sévit cette année dans notre pays.
Au nombre des défis à relever figurent la réduction de la dépendance de la production agricole des aléas climatiques, l’instauration de modèles transformationnels du secteur agricole vers une agriculture commerciale et l’amélioration significative des conditions de vie des populations. C’est pour relever l’ensemble de ces défis que la Stratégie de Croissance Accélérée et de Développement Durable a été adoptée.

Distingués invités,
Mesdames, Messieurs,

Le Projet Pôle de Croissance de Bagré, quoique bâti géographiquement sur le Centre-Est et le Centre-Sud, n’en demeure pas moins un projet d’intérêt national de par ses effets d’entrainement. C’est un instrument d’accélération de la croissance économique, un outil de réduction du chômage, un soutien aux communautés de base.
Avec un financement total d’environ 67 milliards de francs CFA mobilisés par la Banque Mondiale et le Gouvernement, ce projet créera plus de 30 000 emplois et favorisera la production de 300.000 tonnes de produits agricoles supplémentaires. Plus de 60% des ressources financières mobilisées seront consacrées à la réalisation d’infrastructures critiques, propre à l’impulsion d’un véritable développement intégré. IL s’agit entre autres de :

-  15.000 hectares de réseau primaire ;
-  3.000 hectares de bas-fonds ;
-  3.000 hectares d’irrigation gravitaire ;
-  un parc industriel, un abattoir, un marché à bétail, un marché de poissons ;
-  150 km de voies bitumées ou réhabilitées, 140 km de réseau électrique pour raccorder les zones de production et bien d’autres investissements importants.

Nous espérons transformer BagréPôle en un bassin économique prospère et prouver que l’émergence économique du Burkina Faso est possible. Pour ce faire, j’invite les filles et les fils de cette région déjà comblée par la nature et qui bénéficie aujourd’hui d’un levier extraordinaire, à surpasser leurs clivages politiques, ethniques et sociologiques. Là où il n’y pas de volonté commune, il n’y a pas de paix ; et là où il n’y a pas la paix, il n’y a pas de développement. Comme le soutient du reste un proverbe asiatique, si les hommes s’entendent, ils peuvent transformer les montagnes en or.

Honorables invités,
Mesdames, Messieurs,

Le premier challenge à relever ensemble étant celui de la forte adhésion aux idéaux et aux actions de notre initiative commune, j’en appelle instamment, à une union sacrée autour de ce Projet. Ce qui nous unit est plus fort que nos différends et nos différences. A cet égard, le dialogue sincère et l’implication de l’ensemble des acteurs doivent être permanents. La transformation de la MOB en société d’économie mixte dans les prochains mois, la constitution de la communauté polaire de Bagré, la mise en place de comités spécialisés, la vaste campagne de communication qui démarre à partir de cette cérémonie de lancement, représentent autant d’opportunités et d’espaces de concertation qui doivent fournir des réponses apaisées et adéquates aux éventuelles difficultés.
D’ores et déjà, je voudrais rassurer les populations que le Gouvernement est conscient de l’importance du capital terre pour chaque Burkinabé. Il n’est pas et il ne sera pas question de brader nos terres. Mieux, 6.000 hectares seront aménagés prêts pour emploi au profit des producteurs burkinabè. Les petits producteurs seront toujours majoritaires et privilégiés dans les différents aménagements réalisés.

Nous travaillons ici, à promouvoir un nouveau paradigme de développement et de partenariat public privé qui assure la coexistence économique entre l’agriculture familiale et l’agriculture commerciale. Le développement inclusif que nous appelons de tous nos vœux, permettra aux petits et aux grands exploitants de travailler main dans la main pour la convergence de leurs intérêts, le transfert de connaissances, la sous-traitance économique, la transformation et la commercialisation des produits. Le Gouvernement ne ménagera aucun effort pour asseoir les bases et conforter un tel partenariat.
Le second défi majeur qui s’adresse à tous concerne la sécurisation foncière. A cet égard, il me plaît de vous rassurer que le Gouvernement respectera les dispositions légales en matière foncière. Il remplira ses obligations pour faire des 50.000 hectares, la zone de concentration du Projet, un domaine foncier national sécurisé. Dans cette perspective, les populations qui seront affectées par la mise en œuvre du Projet, seront recensées et feront l’objet de justes compensations, après négociation. Des documents de jouissance seront délivrés aux producteurs et aux investisseurs qui devront cependant respecter les prescriptions des cahiers de charge.

Distingués invités,
Mesdames et Messieurs,

Des sites dans d’autres régions burkinabè à fort potentiel notamment le Sourou, Samandéni, Ouessa, le Bam pour ne citer que ceux-ci, attendent certainement et avec impatience leur pôle de croissance dont la maturation reste tributaire de la bonne gestion et du succès de BagréPôle. C’est pourquoi, le Gouvernement est mobilisé pour accompagner ce Projet, par le biais des orientations stratégiques, le respect des engagements contractuels et le monitoring rapproché.

J’exhorte les entités exécutives du Projet à savoir, la MOB et la Maison de l’Entreprise, à surmonter les obstacles qui surgiront sur leur chemin pour garantir l’atteinte des objectifs assignés, selon les principes de bonne gouvernance et de management orienté sur résultats. J’invite chaque acteur à s’investir et à donner le meilleur de lui-même, dans un esprit constructif, pour le succès de ce Projet teste de pôle de croissance, dont l’importance est capitale pour notre économie.

En ce jour mémorable, permettez-moi de traduire en votre nom à tous, la reconnaissance du Gouvernement burkinabè à la Banque Mondiale qui nous a accompagné depuis le montage du projet, son financement et son lancement aujourd’hui. Je remercie et félicite également les différents services de l’Etat , les leaders de tout bord et les populations dont la vision partagée de développement et la persévérance ont permis, en moins d’un an de formulation, au Projet BagréPole de voir le jour. Nous ne sommes cependant qu’au début du processus et je voudrais requérir l’accompagnement total de toutes les parties concernées pour qu’en 2017 l’évaluation nous rétablisse dans la pertinence de nos choix communs. Les investissements à réaliser doivent être bien rentabilisés. Le Gouvernement et la Banque Mondiale font office de metteurs en scène ; il appartient désormais aux producteurs et aux investisseurs de jouer leur partition en tant qu’opérateurs-pivot du développement.

Je voudrais saisir cette tribune pour lancer un appel à l’ensemble des partenaires techniques et financiers car il reste encore des places à prendre dans la mise en œuvre du Projet, en termes d’aménagement complémentaire d’infrastructures routières ou de production.

Tout en vous conviant aux prochains rendez-vous de présentation des bilans, je déclare au nom du Président du Faso, Son Excellence Monsieur Blaise COMPAORE, officiellement lancées les activités du Projet Pôle de Croissance de Bagré dénommé « BagréPôle »

Je souhaite à tous les chrétiens une bonne fin de carême et joyeuse fête de Pâques.

Je vous remercie

5 avril 2012

Version imprimable