Accueil thématique

Dossiers


Recherche personnalisée


Vidéos
PNDES : Ouagadougou veut convaincre pour financer son développement



Abonnez-vous!
La lettre d'information du Gouvernement


Sites Publics

 Présidence du Faso
 Assemblée nationale
 LegiBurkina
 Archives du site du Premier Ministère
Accueil > À la une > Acutalités > Premier Ministère > Tertius ZONGO a reçu en audience la Présidente du Comité interafricain sur les (...)

Tertius ZONGO a reçu en audience la Présidente du Comité interafricain sur les pratiques traditionnelles ayant effets sur la santé des femmes et des enfants

mardi 19 mai 2009

La présidente du Comité interafricain sur les pratiques traditionnelles ayant effets sur la santé des femmes et des enfants a été reçue en audience le 15 mai 2009 par le Premier Ministre Tertius ZONGO. Madame Mariam LAMIZANA était accompagnée de membres du Comité présents à Ouagadougou dans le cadre de la réunion statutaire du Bureau Exécutif. La délégation est venue présenter le bureau du comité au Premier Ministre et lui rendre compte des activités menées jusque là, les défis qui restent à relever et demander le soutien des autorités du Burkina Faso.

Mariam LAMIZANA a rappelé à la presse le rôle de leader du pays des hommes intègres dans le domaine de la lutte contre les pratiques néfastes, notamment les mutilations génitales féminines. La première dame Madame Chantal COMPAORE est en effet l’ambassadrice de bonne volonté de cette structure ; en outre, la loi sur les pratiques traditionnelles ayant effets sur la santé de la femme et des enfants a été adoptée au Burkina comme dans d’autres pays, mais la particularité c’est qu’au Burkina la loi est effectivement appliquée. Les leaders religieux, politiques et administratifs sont également impliqués dans la lutte et c’est de ce leadership dont a besoin le Comité interafricain pour faire bouger les choses en Afrique.

Madame la présidente pense à cet effet que le gouvernement du Burkina Faso à travers le Premier Ministre peut s’impliquer au niveau de l’Union Africaine pour amener les autres chefs d’Etat à prendre comme activités prioritaires ces questions qui minent la santé des femmes. Le Comité en tant qu’ONG a besoin de l’appui du politique pour qu’il l’aide à ouvrir d’autres portes soutient Madame LAMIZANA.

Version imprimable