Accueil thématique

Dossiers


Recherche personnalisée


Vidéos
PNDES : Ouagadougou veut convaincre pour financer son développement



Abonnez-vous!
La lettre d'information du Gouvernement


Sites Publics

 Présidence du Faso
 Assemblée nationale
 LegiBurkina
 Archives du site du Premier Ministère
Accueil > À la une > Acutalités > Premier Ministère > Trois ministres béninois rencontrent le Chef du gouvernement

Trois ministres béninois rencontrent le Chef du gouvernement

mardi 19 mai 2009

Une délégation de trois ministres béninois était en audience avec le Premier Ministre Tertius ZONGO le 11mai 2009. Il s’agissait du ministre de l’intérieur et de la sécurité, de celui de la décentralisation et de celui de l’habitat. Accompagnés de leurs collègues burkinabè, ils sont venus rendre compte à Son Excellence Monsieur le Premier Ministre des conclusions de leurs travaux entrepris autour du différend frontalier qui existe entre les deux pays.

A leur sortie d’audience le ministre béninois de l’intérieur et de la sécurité publique monsieur Armand C. ZINZINDOHOUE s’est ainsi exprimé devant la presse : « Nous sommes arrivés à Ouagadougou il y a environ 48 heures pour travailler avec nos collègues ministres du Burkina Faso. Après nos travaux aujourd’hui, nous sommes allés rendre compte à son Excellence Monsieur le Premier Ministre des conclusions de notre travail du jour.

En terme de conclusion, il faut retenir que nos séances de travail ont pris en compte deux volets. Le premier volet est celui de la saisine de la (CIJ) la Cour Internationale de Justice, concernant la question de la frontière entre nos deux pays. Qu’il vous souvienne que le chef de l’Etat du Bénin était ici il y a environ 4jours et il a témoigné de ce que les relations entre nos deux pays sont très bonnes. Le Bénin et le Burkina sont 2 pays frères et amis et nos peuples sont des peuples qui ont la même histoire, la même géographie et lié par le sang. En vue de préserver ces bonnes relations, les deux chefs d’Etat ont vu juste en prenant la décision que la CIJ soit saisie des questions frontalières entre les 2 pays. C’est dans ce cadre que nous sommes arrivés pour travailler à élaborer l’agenda des tâches qui permettront de saisir la Cour Internationale de Justice.

Le deuxième volet est relatif à la bonne gestion de la zone qui fait aujourd’hui l’objet de différend. Il faut rappeler que le Burkina Faso et le Bénin ont une frontière d’environ 280 km. Sur 270 km la commission paritaire des deux pays a déjà trouvé un consensus. C’est sur les 10km dans la zone de Koalou qu’il y a des questions à régler. Les ministres en charge des questions de frontières et de sécurité vont se retrouver le 19 mai prochain à Pama pour travailler et instruire nos collaborateurs en charge de ces questions, de travailler pour la paix dans la zone et aussi descendre dans la zone querellée pour sensibiliser les populations en vue d’une cohabitation pacifique.

Nous avons aussi retenu qu’il ne faut pas que ces populations soient pénalisées. Raison pour laquelle des infrastructures communautaires seront réalisées dans la zone par les 2 pays suivant une formule que nous avons trouvée à savoir les centres de santé, les écoles, les points d’eau et aussi des terrains de jeux, pour permettre l’épanouissement des populations qui y vivent.

Nous avons travaillé dans une bonne ambiance de fraternité, de convivialité et nous voulons remercier les autorités burkinabè pour l’accueil chaleureux qui est réservé à notre délégation et aussi pour les décisions qui ont été prises pour rendre ce séjour agréable. Nous voulons transmettre à Son Excellence Monsieur le président Blaise COMPAORE du Faso, les sincères salutations de son jeune frère le président Boni YAYI du Bénin ».

Version imprimable