Accueil thématique

Dossiers


Recherche personnalisée


Vidéos
PNDES : Ouagadougou veut convaincre pour financer son développement



Abonnez-vous!
La lettre d'information du Gouvernement


Sites Publics

 Présidence du Faso
 Assemblée nationale
 LegiBurkina
 Archives du site du Premier Ministère
Accueil > À la une > Discours du Premier Ministre > Rencontre de son excellence monsieur le premier ministre avec les (...)

Rencontre de son excellence monsieur le premier ministre avec les partenaires techniques et financiers sur le programme d’actions du gouvernement pour l’émergence et le développement durable : Déclaration introductive de son excellence monsieur le premier ministre

mardi 7 juin 2011

Ouagadougou, le 07 juin 2011

Mesdames et messieurs les membres du Gouvernement ;
Excellence Monsieur l’Ambassadeur, Chef de la Délégation de l’Union européenne, Président de la Troïka ;
Excellences Mesdames et Messieurs les Chefs de Mission diplomatique et des organisations internationales et interafricaines ;

C’est pour le Gouvernement un réel plaisir de rencontrer les partenaires techniques et financiers pour échanger sur les préoccupations communes dans la gestion du développement du Burkina Faso. Cette rencontre s’inscrit dans l’animation de la concertation avec l’ensemble des acteurs sur les actions à mener pour le développement du Burkina Faso. En effet, comme je l’ai souligné lors de la rencontre que nous avons eu le 10 mai 2011, la communication et la concertation constituent deux axes clés de l’action gouvernementale.

C’est pourquoi, à la suite de cette rencontre où nous avons échangé sur les mesures urgentes prises par le Gouvernement pour une sortie rapide de crise, il m’est apparu opportun d’échanger avec vous sur l’action gouvernementale à moyen terme. Si la sortie de crise reste au cœur de notre action, il n’en demeure pas moins qu’il est indispensable que nous gardions à l’esprit, le nécessaire pilotage du développement à moyen et long terme pour créer les conditions du développement durable seul, gage pour sortir définitivement le pays de sa situation actuelle.

Conscient de cette réalité, le Gouvernement a voulu disposer d’un tableau de bord qui va lui permettre de ne pas perdre de vue le combat pour la transformation radicale du Burkina Faso dans sa marche vers la réalisation de ses ambitions.
A cet effet, il a adopté le 18 mai 2011, le Programme d’actions du Gouvernement pour l’émergence et le développement durable (PAGEDD) pour la période 2011-2015 qui se veut un cadre fédérant les ambitions du Projet de société de Son Excellence Monsieur le Président du Faso avec les objectifs de développement déclinés dans la Stratégie de croissance accélérée et de développement durable (SCADD).

Mesdames et messieurs,

Dans le cadre du partenariat multi acteurs pour le développement, le Burkina Faso s’est doté de la Stratégie de croissance accélérée et de développement durable (SCADD). Cette Stratégie donne le fil conducteur qui assure la cohérence entre les actions, d’une part, et les objectifs de développement à moyen terme et la vision, d’autre part. Elle constitue le cadre fédérateur des interventions de l’ensemble des acteurs du développement.
Quant au programme présidentiel qui constitue également le référentiel fondamental de développement du Président, il s’inscrit dans la logique d’amélioration du pilotage du processus de développement pour créer les conditions propres à faire du Burkina Faso un pays émergent.
La SCADD et le Programme présidentiel constituent donc les deux référentiels qui orienteront l’action gouvernementale pour la période 2011-2015.

Excellence Monsieur le Chef de la Délégation de l’Union européenne,
Excellences Mesdames et messieurs les chefs de missions diplomatiques ;
Le Programme d’actions du Gouvernement pour l’émergence et le développement durable (PAGEDD) en fédérant ces deux référentiels, assurera la cohérence de l’action gouvernementale. Il donnera non seulement une plus grande lisibilité des actions mais aussi et surtout garantira l’atteinte des ambitions et des objectifs de développement à moyen terme qui sont déclinés dans la SCADD et le programme présidentiel.
Le PAGEDD n’est donc pas un nouveau cadre de référence pour le Gouvernement, mais plutôt un tableau de bord de son action qui constitue un trait d’union entre les deux référentiels de développement qui permettra de répondre efficacement au besoin de coordination interne.

Il n’a pas d’objectifs de développement propres mais vise à permettre au Gouvernement de réaliser ceux du Programme présidentiel et de la SCADD.
Mesdames et messieurs les Partenaires techniques et financiers,
Les orientations stratégiques retenues dans le programme devront guider l’action gouvernementale les cinq prochaines années. Ces orientations stratégiques qui sont au nombre de quatre (4) reprennent les axes de la SCADD et du programme présidentiel et se formulent comme suit :
1. Consolidation de l’investissement humain et promotion de la protection sociale ;
2. Développement institutionnel et renforcement de la gouvernance ;
3. Développement des piliers de la croissance accélérée et de l’émergence et ;
4. Dynamiques nouvelles pour l’économie et les priorités transversales.
Sur la base de ces orientations, des domaines de planification ciblant les secteurs dans lesquels les programmes ou projets seront établis ont été définis. Pour chaque domaine de planification des programmes ou projets constitués d’un ensemble d’actions devant contribuer à l’atteinte des résultats attendus ont été identifiés.

Le PAGEDD est assortis d’une programmation physique et d’une programmation financière des activités à mener pour la période 2011-2015.
En tant que document d’orientation de l’action gouvernementale qui intègre la SCADD et le Programme présidentiel, le PAGEDD servira de document d’orientation pour la programmation des activités des ministères et l’élaboration et la mise en œuvre du Budget de l’Etat. Il est bien entendu que l’élaboration du budget au regard des orientations stratégiques exprimées dans la circulaire budgétaire pour chaque année prendra en compte les actions déclinées dans le PAGEDD qui est le document fédérateur des actions des deux référentiels.

Pour le suivi-évaluation, le souci du Gouvernement reste la rationalisation des dispositifs. Aussi pour le PAGEDD, il ne s’agira pas de créer un dispositif parallèle de suivi-évaluation des deux référentiels, mais de mettre en place un mécanisme permettant d’exploiter les dispositifs déjà existants de la SCADD. Ainsi, les rapports produits par les cadres de dialogue sectoriels et le dispositif de la SCADD seront exploités pour produire des rapports semestriels de suivi et de mise en œuvre du PAGEDD. Ce mécanisme pourra être affiné pour prendre en compte au besoin l’ensemble des cohérences nécessaires pour une meilleure articulation dans la mise en œuvre des actions.

Excellences Mesdames et messieurs ;
Avec le PAGEDD, le Gouvernement a voulu se prémunir du risque du pilotage à vue de ses actions en mettant en place un garde fou pour une mise en œuvre efficace de la SCADD et du Programme présidentiel.
Notre rencontre de ce matin a pour objectif :

-  de vous informer sur les tenants et aboutissants de cette démarche du Gouvernement pour disposer de ce tableau de bord qu’est le PAGEDD ;

-  de lever toute incompréhension ou malentendu sur cette démarche ;

-  de vous donner l’occasion de formuler le cas échéant des suggestions pour améliorer le pilotage des actions de développement dans notre pays.

Je formule le vœu qu’au sortir de cette concertation, les appréhensions soient aplanies et que plus que jamais nous conjuguerons nos efforts pour la réalisation des ambitions communément partagées pour assurer l’épanouissement et le bien-être de nos vaillantes populations.
Je vous remercie !

Version imprimable