Accueil thématique

Dossiers


Recherche personnalisée


Vidéos
PNDES : Ouagadougou veut convaincre pour financer son développement



Abonnez-vous!
La lettre d'information du Gouvernement


Sites Publics

 Présidence du Faso
 Assemblée nationale
 LegiBurkina
 Archives du site du Premier Ministère
Accueil > À la une > Acutalités > Premier Ministère > Tertius ZONGO à l’inauguration du siège de la CARFO

Tertius ZONGO à l’inauguration du siège de la CARFO

mardi 12 mai 2009

Le Premier Ministre Tertius ZONGO a marqué de sa présence l’inauguration du siège de la Caisse Autonome de Retraite des Fonctionnaires (CARFO), le 8 mai dernier à Ouagadougou. Outre des membres du gouvernement, des autorités de la commune de Ouagadougou et des travailleurs de la CARFO, de nombreux retraités ont assisté à cette cérémonie d’inauguration.

La Caisse Autonome de Retraite des Fonctionnaires, créée en 1986 avec pour mission la gestion des pensions des personnels de l’Etat est aujourd’hui une institution qui occupe une grande place dans la vie socio-économique et politique du Burkina. De la déclaration du Directeur général de la caisse monsieur Olivier SAWADOGO, la CARFO « a servi en 2008 plus de 15 milliards de francs CFA de pensions à plus de 26.000 pensionnés, constitués d’anciens personnels de l’Etat ou de leurs ayants-cause ». Il a également noté qu’elle a mis à la disposition des institutions financières plus de 40 milliards de francs CFA pour le financement de l’économie nationale.

Au fil du temps donc, la CARFO prend de l’envergure dans chacune des trois dimensions ci-dessus citées (sociale, économique et politique), tant et si bien que la doter d’un siège contribuerait à la sauvegarde des intérêts de l’institution. Selon le Ministre Soungalo OUATTARA de la Fonction Publique, les projections permettent d’estimer que la CARFO accueillera environ 14.000 nouveaux retraités entre 2008 et 2018. Une telle évolution demande un accompagnement conséquent.

Au plan institutionnel, la CARFO assure aujourd’hui la prise en charge de deux branches de prestations (les pensions et les risques professionnels) avec une structure centrale composée de près d’une vingtaine de services et un processus de déconcentration résolument engagé.

Le siège de la CARFO qui vient d’être inauguré est situé à Ouaga 2000. Bâti sur un domaine de 15.183 m2, le complexe immobilier se compose notamment d’un bâtiment principal qui est un immeuble R + 5, de deux guérites, d’un local technique qui abrite entre autres le poste de transformation électrique, un local suppresseur pour la réserve d’eau alimentaire et la réserve d’eau de sécurité incendie, des aires de parking et des espaces verts etc. Le bâtiment principal abrite les bureaux, la salle de réunion et une salle d’archives.

Le Ministre de la Fonction Publique et de la Réforme de l’Etat s’est réjoui de « la réalisation de cet immeuble qui va offrir désormais de nouvelles possibilités et de meilleures perspectives en matière de gestion du système public de sécurité sociale par la CARFO ». Pour lui, c’est un investissement qui entrainera l’accroissement et l’amélioration de la productivité de l’entreprise. Soungalo OUATTARA a par ailleurs salué les démarches en cours pour la location et l’aménagement des deux derniers niveaux de l’immeuble.

A l’endroit des retraités, il leur a donné l’assurance que la Caisse entreprendra tout ce qui est nécessaire pour leurs intérêts. Dans ce sens, des mesures seront prises dont :

- Le maintien des guichets de paiement à l’ancien siège en plus des nouveaux guichets de Ouaga 2000 ;

- L’évaluation sur la faisabilité et l’ouverture effective de guichets de paiement dans les arrondissements des villes de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso ;

- L’aménagement sur ce site même et sur l’espace non encore exploité d’une aire de rencontre, de restauration et à terme de prestation de soins médicaux de base etc.

Le Directeur Général de la CARFO lui, a mentionné de nombreuses actions déjà engagées en faveur des retraités. Ce sont :

- L’initiative de la signature de la convention avec les banques ;

- L’opération de mensualisation des pensions ;

- L’octroi de bourses aux ayants droits de pensionnés en situation difficile etc.

Dans la mesure où la retraite est un passage obligé pour tout fonctionnaire ayant atteint la limite d’âge, le Premier Ministre répondant aux journalistes estime que tous devraient travailler à améliorer les conditions des retraités. Nous devons par ailleurs manifester de la reconnaissance à tous nos devanciers qui en réalité ont tracé les sillons du développement que nous suivons aujourd’hui, sans oublier que le respect pour les aînés est un trait culturel en Afrique, a relevé Son Excellence Monsieur le Premier Ministre.

----------------------------------

Les préoccupations des retraités

Les retraités de la CARFO ont saisi l’opportunité de l’inauguration du siège pour exposer leurs préoccupations à travers l’allocution de leur porte parole. L’on peut ainsi retenir :
- Premièrement, la demande de reconnaissance « d’utilité publique au profit de l’association, introduite auprès des autorités compétentes depuis des années et qui n’a reçu aucune réponse » ;

- La deuxième préoccupation concerne la demande de réajustement de la pension des fonctionnaires et agents de l’Etat mis à la retraite à 53 ans d’âge entre le 1er janvier 1985 et le 31 décembre 1995 qui n’a pas évolué malgré une abondante littérature sur ce problème. Leur demande vise à ce que les pensions de ces fonctionnaires et agents de l’Etat soient révisées à hauteur de 55 ans au lieu de 53 ans. Cette demande est pertinente quand on observe qu’en l’espace de 10 ans, l’âge de départ à la retraite a été ramené à 55 ans puis à 60 ans ont-ils assuré.

C’est pourquoi ils demandent la compréhension des autorités pour faire un examen objectif et dépassionné de leur requête afin que les victimes sentent un peu de justice à leur endroit.

- La troisième préoccupation a trait à l’augmentation périodique des pensions des retraités à l’instar des fonctionnaires qui avancent tous les deux (02) ans nonobstant les augmentations ponctuelles.

Ils pensent par exemple que la dernière augmentation de 4 % des salaires et des pensions accuse une lacune à l’endroit des retraités. En effet, si l’augmentation a été de 4 % pour eux, elle a atteint un taux supérieur pour les fonctionnaires et agents de l’Etat en activité qui ont vu leurs IUTS diminués, autrement dit, une augmentation de leurs salaires en plus des 4 %.

L’association dit ne pas ignorer l’effort financier que cela comporte, mais cela participera à l’amélioration des conditions de vie des retraités, ces anciens bâtisseurs et serviteurs dévoués de notre pays.

- Quant à la quatrième préoccupation, elle concerne l’autonomie et la décentralisation de la CARFO. Si l’autonomie aujourd’hui semble acquise, tel n’est pas le cas de la décentralisation. L’ANRBF pense qu’après l’érection du siège à Ouagadougou et de la Direction Régionale à Bobo-Dioulasso, le mouvement va se poursuivre dans les provinces ou, à défaut dans les régions et la construction de guichets de paie dans les arrondissements des deux grandes villes du pays.

Version imprimable