Accueil thématique

Dossiers


Recherche personnalisée


Vidéos
PNDES : Ouagadougou veut convaincre pour financer son développement



Abonnez-vous!
La lettre d'information du Gouvernement


Sites Publics

 Présidence du Faso
 Assemblée nationale
 LegiBurkina
 Archives du site du Premier Ministère
Accueil > À la une > Discours du Premier Ministre > ALLOCUTION DE SON EXCELLENCE MONSIEUR TERTIUS ZONGO, PREMIER MINISTRE, CHEF (...)

ALLOCUTION DE SON EXCELLENCE MONSIEUR TERTIUS ZONGO, PREMIER MINISTRE, CHEF DU GOUVERNEMENT A l’OCCASION DE LA 91ième SESSION DU CONSEIL DES MINISTRES DU GROUPE DES ETATS D’AFRIQUE, DES CARAÏBES ET DU PACIFIQUE

vendredi 18 juin 2010

Monsieur le Président du Conseil des Ministres du Groupe des Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) ;

Mesdames et Messieurs les Ministres et Chefs de délégation ;

Monsieur le Secrétaire Général du Groupe des Etats ACP ;

Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs ;

Distingués invités ;

Mesdames et Messieurs ;

C’est un réel plaisir et un grand honneur pour le Burkina Faso, qui commémore cette année, à l’instar de bon nombre de pays amis et frères d’Afrique, le cinquantenaire de son accession à la souveraineté internationale, d’accueillir la 91ième session du Conseil des Ministres du Groupe des Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP).

Je voudrais, au nom de Son Excellence Monsieur le Président du Faso, souhaiter à toutes les délégations ici présentes, la chaleureuse bienvenue à Ouagadougou et exprimer toute ma gratitude pour le choix de notre pays pour abriter la présente session. Je vous invite à profiter de ce séjour pour découvrir l’hospitalité combien légendaire des Burkinabè, hospitalité bien connue au-delà de nos frontières.

La présence de tous, témoigne de l’intérêt que nous accordons à nos relations et traduit notre ferme engagement à œuvrer solidairement, pour consolider les acquis de la coopération liant nos Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique à ceux de l’Union européenne.

Mesdames et Messieurs,

Cette session est la première qui se tient après l’élection et la prise de fonction du Dr. Mohammed Ibn CHAMBAS, nouveau Secrétaire Général de notre organisation.

Aussi, voudrais-je saisir l’occasion pour lui renouveler nos félicitations et lui souhaiter beaucoup de réussite et de succès dans ses nouvelles fonctions. Je suis assuré que la riche expérience acquise à la tête de la Commission de la CEDEAO lui permettra de conduire à bon port le Groupe des Etats ACP.

Monsieur le Président ;
Mesdames et Messieurs les Ministres ;

Le partenariat ACP-Union européenne qui regroupe des pays répartis sur quatre continents reste confronté aujourd’hui à des défis immenses dont entre autres : la sécurité alimentaire, la lutte contre la pauvreté, les conséquences des crises économique et financière, la baisse de l’aide publique au développement, les changements climatiques et j’en passe.
La triple crise énergétique, financière et économique que traverse le monde depuis ces trois dernières années a mis à rude épreuve nos différentes économies, toute chose qui entrave la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD). En outre, nos pays connaissent de plus en plus d’autres menaces liées au phénomène du changement climatique qui sont à l’origine des catastrophes naturelles aux conséquences dramatiques.

A ces défis, s’ajoutent la capacité d’adaptation de nos Etats aux mutations que connaît en ce moment notre partenariat à travers les Accords de Partenariat Economique (APE), les négociations du cycle de DOHA et la nouvelle architecture institutionnelle de l’Union Européenne instituée par le Traité de Lisbonne.

Dans ce contexte, il est urgent de se pencher sur l’avenir du Groupe des Etats ACP pour renforcer la solidarité entre nos pays en vue de mieux relever les défis du développement.

Monsieur le Président ;
Mesdames et Messieurs les Ministres ;

Le partenariat ACP-Union européenne a plus d’un demi-siècle d’existence. Du Traité de Rome de 1957, établissant les bases du partenariat entre les pays ACP et la Communauté Economique Européenne, sont nés les Accords de Yaoundé I (1963-1969) et Yaoundé II (1969-1975). S’en suivirent les Accords de Lomé I à Lomé IV (1975-2000) et enfin, l’Accord de Cotonou conclu en 2000 pour vingt ans et qui est à sa deuxième révision.

Ce partenariat doit affronter une nouvelle phase de son existence avec l’élargissement du dialogue politique et les négociations en cours des Accords de Partenariat Economique (APE).

Votre session se tient donc à un moment où le Groupe des Etats ACP se trouve à la croisée des chemins avec d’une part, la ferme volonté de relever les défis du développement qui ont toujours été sa raison principale et d’autre part, la nécessité urgente de se pencher sur l’avenir du Groupe, eu égard aux mutations profondes de l’environnement international et la récente entrée en vigueur du Traité de Lisbonne qui régit désormais l’Union européenne.

Je me réjouis que le projet d’ordre du jour du Conseil conjoint ACP-Union européenne qui se tiendra à la suite de la présente session ait retenu des points tels que le changement climatique, les Accords de Partenariat Economique (APE) et les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD). Ce sont là des sujets dont je ne doute point de la pertinence, au regard des préoccupations qui sont les nôtres dans un monde globalisé, en profonde mutation.

Monsieur le Président ;
Mesdames et Messieurs les Ministres ;

Le Gouvernement se réjouit du choix porté sur notre pays pour abriter la 91ème session du Conseil des Ministres ACP et la 35ème session du Conseil des Ministres conjoint ACP-Union européenne. Il s’en réjouit d’autant plus que c’est ici, à Ouagadougou, que sera signée la deuxième révision de l’Accord de Cotonou.

Je voudrais à cet effet, rendre un vibrant hommage aux groupes de négociateurs des deux parties qui nous ont permis de parvenir, après dix mois d’âpres négociations, à cet Accord consensuel. Il nous reste à accorder toute l’attention à l’appropriation de son contenu et surtout à sa mise en œuvre.

Monsieur le Président ;
Mesdames et Messieurs les Ministres ;

Conformément aux dispositions de l’Accord de Cotonou, nos pays sont engagés depuis plusieurs années dans la négociation pour la conclusion des Accords de Partenariat Economique.

Des avancées ont été enregistrées certes, mais des préoccupations essentielles restent à prendre en compte pour faire des APE, des accords susceptibles de promouvoir et d’accélérer le développement. Il s’agit notamment :

des besoins de financement de développement tant exprimés au cours des différentes négociations pour faire face aux charges d’ajustement et réaliser les infrastructures économiques nécessaires ;

de l’ouverture des marchés qui intègre une période transitoire devant permettre une réadaptation progressive des économies dans le respect de l’engagement asymétrique en la matière ;

du nécessaire assouplissement des règles d’origine, et sans oublier les multiples barrières non tarifaires telles que les règles sanitaires et phytosanitaires qui constituent un frein au développement des échanges commerciaux.

Je ne doute pas que les échanges qui auront lieu au cours de votre réunion permettront de faire de réels progrès dans la compréhension réciproque des positions des uns et des autres.

Monsieur le Président ;
Mesdames et Messieurs les Ministres ;

Les résultats des différentes concertations au sein de notre Groupe, de par leur pertinence et leur pragmatisme, ont toujours constitué un puissant moyen de plaidoyer et de négociation vis-à-vis de l’Union européenne, notre partenaire stratégique.

Il est essentiel, au-delà des urgences du moment qui catalysent nos efforts, que des réflexions soient engagées pour doter le Groupe des Etats ACP d’une vision claire et ambitieuse surtout après l’horizon de 2020 où l’Accord de Cotonou arrive à expiration. Nous devons travailler à renforcer la solidarité entre nos pays et la cohésion dans la perspective d’un meilleur positionnement sur la scène internationale.

Monsieur le Président ;
Mesdames et Messieurs les Ministres ;

Au cours du VIème Sommet des Chefs d’Etats et de Gouvernement des Etats ACP qui s’est tenu du 02 au 03 octobre 2008, à Accra, au Ghana, cette nécessité a été soulignée, compte tenu des changements qui sont intervenus dans l’environnement international. Cette nouvelle lecture de la vision et de la mission du Groupe est d’autant plus nécessaire que notre partenaire, l’Union Européenne, vient d’adopter une nouvelle architecture institutionnelle avec l’entrée en vigueur du Traité de Lisbonne, en décembre 2009.
Mais, je demeure convaincu que le partenariat ACP-Union européenne, qui a tant fait pour le développement de nos pays, saura s’ajuster aux contingences internationales tout en améliorant son efficacité pour l’atteinte de ses objectifs fondamentaux.

Je reste confiant quant à l’issue des travaux et fonde l’espoir que les conclusions de vos délibérations induiront une nouvelle dynamique de partenariat mutuellement avantageux.

Sur ce, je souhaite plein succès à vos travaux et déclare ouverte la 91ème session du Conseil des Ministres du Groupe des Etats ACP.

Je vous remercie.

Version imprimable