Accueil thématique

Dossiers


Recherche personnalisée


Vidéos
PNDES : Ouagadougou veut convaincre pour financer son développement



Abonnez-vous!
La lettre d'information du Gouvernement


Sites Publics

 Présidence du Faso
 Assemblée nationale
 LegiBurkina
 Archives du site du Premier Ministère
Accueil > À la une > Acutalités > Premier Ministère > Les ministres des infrastructures et des transports de l’UEMOA reçus en (...)

Les ministres des infrastructures et des transports de l’UEMOA reçus en audience par le Premier Ministre

mercredi 29 avril 2009

Le Premier Ministre, Son Excellence Tertius ZONGO a rencontré le 22 avril 2009, les ministres des infrastructures et des transports de l’UEMOA, réunis en conclave à Ouagadougou pour traiter des questions liées à la surcharge des véhicules de transport marchandises sur nos voies. Etait également présent le ministre ghanéen des transports.

Le phénomène des surcharges contribue effectivement à la dégradation des routes mais également à l’insécurité a relevé le porte parole des ministres, M. MABRI. Réunis après les experts, les ministres ont pris la décision que dès à présent tous les pays qui disposent des pèses-essieux doivent commencer à contrôler la charge à l’essieu mais aussi peser les véhicules qui sont chargés. Ce contrôle permettra de voir si les deux normes à savoir la charge de 10,5 tonnes pour la charge à l’essieu et les véhicules chargés qui ne doivent pas peser plus de 51,5 tonnes sont respectées.

Les pays vont dès maintenant commencer à appliquer cette règle qui s’inscrit dans le cadre de l’UEMOA. Il a été également pris la décision que les 15 prochains mois, les pays qui n’ont pas des instruments de pesage puissent s’en doter. La date butoir pour l’application de ces textes est arrêtée au 15 mai 2009 pour les pays qui ont déjà des stations de pesage et juin 2010 pour les pays qui ne sont pas encore équipés du matériel nécessaire.

Pour le ministre ivoirien porte-parole de la délégation M. Albert Toikeusse MABRI, l’application de ces normes va poser des problèmes aux transporteurs burkinabè. En effet, il a été constaté dans l’étude du cas burkinabè que c’est lorsque les véhicules ont plus de 58 tonnes que leur affaire devient rentable. Face à cette situation monsieur MABRI pense que la première étape à franchir est celle des décisions au niveau des Etats. Viendront ensuite la sensibilisation des transporteurs, de tous les acteurs pour le respect des normes et procédures et aussi l’accompagnement du secteur.

En effet, si le véhicule est obligé de surcharger pour que le propriétaire puisse trouver sa rentabilité, il y a des problèmes, note le ministre ivoirien des transports. C’est pourquoi la solution doit être trouvée pour que le véhicule soit rentable en respectant les normes. “ C’est ce que nous allons faire tant au niveau de nos pays qu’ensemble dans le cadre communautaire “ a-t-il assuré.

www.gouvernement.gov.bf

Version imprimable