Accueil thématique

Dossiers


Recherche personnalisée


Vidéos
PNDES : Ouagadougou veut convaincre pour financer son développement



Abonnez-vous!
La lettre d'information du Gouvernement


Sites Publics

 Présidence du Faso
 Assemblée nationale
 LegiBurkina
 Archives du site du Premier Ministère
Accueil > À la une > Discours du Premier Ministre > ALLOCUTION DE SON EXCELLENCE MONSIEUR LE PREMIER MINISTRE, CHEF DU (...)

ALLOCUTION DE SON EXCELLENCE MONSIEUR LE PREMIER MINISTRE, CHEF DU GOUVERNEMENT A L’OCCASION DE LA PRESENTATION DES VŒUX DU NOUVEL AN 2010

mercredi 6 janvier 2010

-  Chères collaboratrices,

-  Chers collaborateurs,

-  Mesdames et Messieurs,

Une fois encore, le temps nous a imposé son autorité. L’année 2009 s’en est allée. Nous en gardons néanmoins en mémoire, cette grosse pluie diluvienne du 1er septembre qui a d’une part, endeuillé et affecté de nombreuses familles et d’autre part, endommagé d’importantes infrastructures économiques et sociales. Devant une telle catastrophe, nous avons trouvé consolation dans l’intense mouvement de solidarité qui a suivi l’appel du 10 septembre de Son Excellence Monsieur Blaise COMPAORE, Président du Faso.

En ces premiers jours de l’année 2010, je voudrais réitérer toute ma gratitude à la communauté internationale pour sa constante disponibilité et à tous les burkinabé d’ici et d’ailleurs qui se sont illustrés, donnant ainsi la preuve que le don de soi et le partage sont des valeurs profondément ancrées dans nos sociétés.

Je me félicite des promptes et diverses initiatives prises également par le Gouvernement en ces moments particulièrement difficiles.

Cette catastrophe a eu pour double mérite : premièrement, de révéler à notre conscience que les effets de la dégradation de l’écosystème et du réchauffement de la planète terre sont des menaces réelles à la cohésion sociale et à la réalisation de notre ambition de développement durable ; et deuxièmement, de mettre en évidence la fragilité de l’organisation et du système d’occupation de l’espace dans nos principaux centres urbains, particulièrement dans la ville de Ouagadougou. Il est clair aujourd’hui qu’il faut repenser et l’armature et les infrastructures d’accompagnement de l’évolution de nos villes. C’est même une exigence car la population burkinabé est de plus en plus urbaine. Le Gouvernement y veillera.

Puisse cette disponibilité et cette grande mobilisation de l’ensemble des acteurs se manifester encore et se raffermir pour les grands chantiers de l’année nouvelle afin d’armer les bases d’édification d’un Burkina émergent. J’appelle ici toutes les communautés religieuses à unir leurs prières.

-  Chères Collaboratrices,

-  Chers Collaborateurs,

Dans cette perspective, je suis bien sensible aux chaleureux vœux que vous venez de formuler pour ma famille et moi-même à l’occasion de la nouvelle année 2010. Je vous en remercie très sincèrement.
L’année 2010 sera une année d’intenses sollicitations. Cela requiert de chacun de nous une disponibilité et une capacité de réponse encore plus fortes. En conséquence, je souhaite en retour que l’année nouvelle vous comble de santé et soit pour vous une année de cohésion dans vos familles respectives, gage de votre sérénité et de votre efficacité au travail.

En 2009, notre département a su encore donner l’impulsion nécessaire, coordonner et suivre avec esprit de suite les réformes indispensables à la consolidation de la démocratie et de la gouvernance, à l’amélioration du cadre macroéconomique et du climat des affaires et à la satisfaction des besoins sociaux essentiels des populations.

Comme l’indiquait tout à l’heure votre représentant, il y a bien de réels motifs de satisfaction qui se traduisent par l’adhésion progressive à la culture de résultats au regard de l’élan renforcé des différentes administrations à se doter d’une politique et d’une stratégie opérationnelles ; au regard du raffermissement du civisme administratif et du respect du bien public grâce aux actions conjuguées de l’Autorité Supérieure de Contrôle d’Etat ; enfin, en raison du développement d’un nouveau reflexe de la communication et de l’information sur les politiques publiques. Sur ce dernier aspect, la production et le lancement des annales du Premier Ministère, le mardi 29 décembre dernier ne manqueront pas de renforcer cette nouvelle prédisposition d’esprit.

Je voudrais ici m’en tenir à l’essentiel et exprimer toute ma satisfaction à l’ensemble du personnel pour les résultats auxquels nous sommes parvenus en 2009. J’ai pu mesurer la disponibilité, le dévouement et le sens élevé du travail bien fait de chacun de vous. Je vous invite à persévérer car, votre grandeur et votre émancipation individuelle proviendront du travail. Ces valeurs exigent bien sûr de vous, patience et humilité.

J’apprécie l’engagement que vous venez de prendre de vous rendre davantage plus disponibles nul doute compte tenu de la particularité et des enjeux de l’année 2010. Vous l’avez laissé apparaître, vous ferez de meilleurs résultats en renforçant la cohésion et en cultivant toujours les vertus de l’esprit d’équipe. Je reste persuadé que l’initiative des réunions de cabinet et des réunions mensuelles regroupant les responsables de toutes les structures et projets sous la tutelle du département, ont contribué à fortifier cet esprit. Courant 2009, la famille s’est élargie avec l’arrivée de l’Autorité de Régulation des Communications Electroniques (ARCE), la Direction Générale de la Maîtrise d’Ouvrage de l’Aéroport de Donsin (MOAD) et tout récemment l’Autorité de Régulation du Secteur de l’Energie (ARSE) ; toute chose qui accroit notre responsabilité dans le dispositif de Gouvernance économique.

J’ai salué en son temps la justesse de la création de la mutuelle au sein du département. Nous provenons d’horizons et de milieux divers et nous nous devons constamment assistance. Je tiens à relever aussi le dynamisme de l’association des femmes du Premier Ministère, à peine mise en place, elle a su faire prendre conscience à ses membres du rôle et de la place de la secrétaire dans notre Entreprise et de l’importance du service public. Par ses actions qui ont redonné confiance à la secrétaire et à l’ensemble des femmes, l’environnement du travail s’en est trouvé amélioré, je le dis avec certitude. Je voudrais ici renouveler mes félicitations à cette jeune mais combien déjà dynamique association. Nous devons toutefois, imaginer un cadre plus vaste pour une concertation plus élargie avec l’ensemble des agents.

-  Chères collaboratrices,

-  Chers collaborateurs,

-  Mesdames et Messieurs,

Je voudrais saisir l’opportunité que m’offre cette cérémonie de présentation des vœux pour m’attarder sur quelques points qui me paraissent fondamentaux. Il s’agit de la meilleure organisation du travail dans les administrations, de l’utilisation judicieuse des compétences et de l’information et de la communication sur l’action publique.

1) De la meilleure organisation du travail : Le Burkina Faso a fait des avancées importantes en matière de réforme globale de son administration publique pour la mettre véritablement au service du développement. Les emplois spécifiques ont été définis et les organigrammes des départements ministériels formalisés. Toutefois, des dysfonctionnements liés à la mauvaise organisation du travail sont à l’origine du laxisme et du laisser-aller. Ces pratiques font à coup sûr perdre du temps aux usagers et aux différents services publics eux-mêmes. Les inspections générales des services (IGS) devront être rapidement mises à contribution pour corriger ces tares ;

2) De l’utilisation judicieuse des compétences : le Gouvernement consent d’énormes efforts à la formation continue des cadres de l’administration. Toutefois nombre de ces compétences connaît une sorte de « chômage technique déguisé ». Je voudrais ici appeler au plein emploi de toutes les compétences sans exclusive. La première vertu du processus de renforcement des capacités c’est l’utilisation judicieuse et l’évaluation équitable de toutes les compétences existantes. Les Directions des ressources humaines devront ici justifier de leur création.

3) De la communication et de l’information sur les résultats des actions publiques : Il s’agit là d’une culture qui fait défaut. Les activités et les résultats de nos administrations ne sont pas souvent connus. Nous devons communiquer, cela participe de l’obligation de rendre compte. Il nous faut par conséquent œuvrer à donner les moyens aux directions de la communication et des relations publiques dans les départements ministériels pour leur permettre d’agir dans ce sens.

-  Chères collaboratrices,

-  Chers collaborateurs,

Terminant mon propos, je voudrais adresser mes vives félicitations aux quatorze (14) agents du département et des structures sous tutelle promus à la décoration par son Excellence Blaise COMPAORE, Président du Faso. Ce n’est pas qu’un simple privilège, c’est une marque de reconnaissance qui vous impose un nouveau comportement et une détermination encore plus forte.

Cinq vaillants de nos collaborateurs sont admis à la retraite. Je voudrais leur dire d’être fiers du travail exemplaire abattu et leur souhaiter bonne chance dans leur nouvelle vie.

J’exhorte encore chacun de vous à faire preuve de professionnalisme de disponibilité et d’humilité dans l’accomplissement de ses tâches quotidiennes.

Nous devons nous donner des raisons d’être fiers d’avoir utilement contribué au parachèvement du programme politique de Son Excellence le Président du Faso.

Tout en vous souhaitant bon retour dans vos services respectifs, je réitère à toutes et à tous, mes vœux les meilleurs de santé et de prospérité pour l’année 2010. Que Dieu bénisse le Burkina Faso, chacun de vous et vos familles respectives.

Je vous remercie.

Version imprimable