Accueil thématique

Dossiers


Recherche personnalisée


Vidéos
PNDES : Ouagadougou veut convaincre pour financer son développement



Abonnez-vous!
La lettre d'information du Gouvernement


Sites Publics

 Présidence du Faso
 Assemblée nationale
 LegiBurkina
 Archives du site du Premier Ministère
Accueil > À la une > Acutalités > Ministères > Développement durable : 72 heures de leçons sur les changements (...)

Développement durable : 72 heures de leçons sur les changements climatiques

vendredi 9 octobre 2009

Le Forum mondial du développement durable débute, ce matin, sur le thème : "Changements climatiques : quelles opportunités pour un développement durable ?". En vue de situer l’opinion publique sur les préparatifs et les attentes de la rencontre, le Comité national d’organisation (CNO) a animé, hier jeudi 8 octobre, une conférence de presse à Ouagadougou.

"Tout est fin prêt pour accueillir nos invités". Tels sont les propos du ministre de l’Environnement et du Cadre de vie, Salifou Sawadogo, par ailleurs, président du Comité national d’organisation (CNO) du Forum mondial du développement durable. La rencontre se déroule du 9 au 11 octobre 2009 à Ouagadougou. Hier jeudi 8 octobre, le CNO a réuni les journalistes à ce propos, pour une conférence de presse. Il en ressort que toutes les commissions sont prêtes pour la réussite de l’événement qui va mobiliser dans la capitale burkinabè, de nombreux participants dont des invités de marque. Une quinzaine de chefs d’Etat sont attendus et à entendre les conférenciers, la moitié a déjà confirmé son arrivée.

En outre, près de 500 participants étrangers, représentants de gouvernements, d’organisations régionales, sous-régionales et internationales, d’agences spécialisées du système des Nations unies, des centres de recherche et de formation, etc. sont invités. Auxquels il faut ajouter 500 autres participants locaux venant de la région du Centre, représentants de l’administration burkinabè, des ONG et associations, le secteur privé dans toutes ses composantes. Sans oublier 450 participants en provenance des 45 provinces du Burkina Faso. Pour le président du CNO, le ministre Salifou Sawadogo, il n’y a pas d’inquiétudes à se faire quant au bon séjour des participants dans leur ensemble. Il a également précisé que la session des experts commence après la cérémonie d’ouverture, le vendredi 9 octobre, dans la salle de conférence internationale de Ouaga 2000. Les travaux de session seront essentiellement ponctués de panels animés par d’éminentes personnalités. Quant au segment ministériel qui s’ouvre le samedi 10 octobre 2009, il va rassembler les ministres africains en charge de l’Environnement. En plus, il y aura une concertation entre les ministres de l’Environnement d’Afrique et de la Ligue arabe.

Enfin, le segment de haut niveau, est celui qui va réunir les chefs d’Etat, le dimanche 11 octobre, au Palais des sports omnisports de Ouaga 2000 ouvert pour la circonstance. Selon Salifou Sawadogo, le public est massivement invité à ce forum de haut niveau. Il a, dans le même registre, exhorté les populations à faire un tour aux stands d’exposition situés autour de la salle de conférence internationale de Ouaga 2000. L’exposition débute le vendredi 9 octobre pour prendre fin le lundi 12 octobre 2009. Selon le ministre, ce sera pour les visiteurs, une occasion de découvrir les nouvelles technologies alternatives, telles que celles issues de l’énergie solaire.

Les questions des journalistes ont porté, entre autres, sur l’opportunité du forum de Ouagadougou, sur le thème de la rencontre, etc. Le comité national d’organisation soutient que le thème : "Changements climatiques : quelles opportunités pour un développement durable ? ", vient à point nommé. Pour la présidente de la commission thème, Christine Liehoun, les effets du changement climatique touchent tout le monde et il convient de trouver des voies et moyens pour remédier à ces impacts. De l’avis des conférenciers, la rencontre de Ouagadougou permet de préparer celle de Copenhague au Danemark en décembre 2009, sur la même problématique. Et la ministre burkinabè en charge de l’Environnement de dire qu’à ce grand rendez-vous, les pays développés (grands pollueurs) doivent prendre des engagements en vue de réparer les préjudices.

Alban KINI (lban_kini@yahoo.fr)

Sidwaya

Version imprimable