Accueil thématique

Dossiers


Recherche personnalisée


Vidéos
PNDES : Ouagadougou veut convaincre pour financer son développement



Abonnez-vous!
La lettre d'information du Gouvernement


Sites Publics

 Présidence du Faso
 Assemblée nationale
 LegiBurkina
 Archives du site du Premier Ministère
Accueil > À la une > Acutalités > Premier Ministère > Nomination de Christophe Marie Joseph DABIRE : Les félicitations du (...)

Nomination de Christophe Marie Joseph DABIRE : Les félicitations du Premier ministre français Edouard Philippe

jeudi 21 février 2019

Dans la matinée de ce jeudi 21 février 2019, l’ambassadeur de France au Burkina Faso, Xavier Lapeyre de CABANES a été reçu par le chef du Gouvernement, Christophe Marie Joseph DABIRE. Il était porteur d’une lettre de félicitations du Premier ministre français Edouard PHILIPPE. Il a aussi annoncé l’augmentation de l’aide au développement que son pays compte apporter au Burkina Faso qui atteindra désormais une soixantaine de milliards de francs CFA.

Les félicitations de personnalités et d’anonymes à Christophe Marie Joseph DABIRE, suite à sa nomination, comme Premier Ministre se poursuivent. Ce jour 21 février 2019, l’ambassadeur de France au Burkina Faso, Xavier Lapeyre de CABANES a été reçu en audience par le nouveau chef du Gouvernement burkinabè. A sa sortie d’audience, il a confié qu’il était porteur d’une lettre de félicitations du Premier ministre français Edouard PHILIPPE à Christophe Joseph Marie. De même, il a fait savoir qu’il a mis à profit cette première audience pour faire davantage la connaissance de Christophe Marie Joseph DABIRE.

« L’occasion faisant le larron, nous avons abordé un certain nombre de sujets, relatifs à la situation du Burkina Faso, aux relations bilatérales entre la France et le Burkina Faso. Nous avons évoqué la question sécuritaire, la coopération sécuritaire française avec le Burkina Faso, la coopération civile en matière d’aide publique au développement. Le soutien que la France apporte via l’Agence Française de Développement, dans beaucoup de domaines, couverts par le Plan national de développement économique et social (PNDES) », a-t-il ajouté.

A l’en croire, l’action de la France s’inscrit dans le cadre du PNDES. Il a aussi révélé la poursuite des actions en matière d’accès à l’eau. Un projet est en cours avec l’Office national de l’eau et de l’assainissement (ONEA), pour apporter de l’eau potable aux populations de Ouahigouya et de Bobo-Dioulasso.
L’autre projet révélé par l’ambassadeur, c’est le programme de développement électrique pour les régions du Nord et de l’Est.

De ce fait, la France envisage de construire une centrale solaire et également d’une ligne de haute tension, dont le but est de créer un grand réseau d’une multinationale entre le Burkina Faso, le Niger, le Nigeria, le Benin et le Togo.

Comme perspectives, il a cité les réalisations futures de son pays pour le Burkina Faso, notamment la signature d’un projet depuis l’année passée avec la mairie de Ouagadougou, en matière d’urbanisme, pour aider à désengorger un peu la capitale burkinabè.
« Il y aura aussi des fonds qui seront attribués directement, soit au budget, soit à des fonds communs en matière d’éducation de base notamment et l’enseignement supérieur également », a-t-il annoncé.

Il a aussi soutenu que l’aide de la France au pays des Hommes intègres pour le développement devrait augmenter pour passer à une soixantaine de millions d’euro, soit environs, une soixantaine de milliards de francs CFA, sous forme de don.
Dans le domaine de la sécurité, il a confirmé qu’il existe un partenariat opérationnel avec le Burkina Faso. Pour Xavier Lapeyre de CABANES, l’essentiel est de pouvoir apporter un appui aérien ou terrestre avec la force Barkane lorsque les autorités burkinabè le souhaitent.

En ce qui concerne l’apport français pour l’opérationnalisation du G5 Sahel dans la lutte contre le terrorisme, l’ambassadeur a été on ne peut plus claire : « L’un des problèmes, qui a été soulevé par les chefs d’Etats, lors de la réunion du G5 Sahel à Ouagadougou, en début février, c’est celui de l’arrivée de matériels…Je suis confiant que jusqu’au terme de la présidence du Burkina Faso à la tête du G5 Sahel, un travail militaire important sera fait pour la reconquête de certaines zones, qui, pour l’instant, échappent plus ou moins au contrôle de l’Etat », a précisé Xavier Lapeyre de CABANES.

DCI/PM

Version imprimable