Accueil thématique

Dossiers


Recherche personnalisée


Vidéos
PNDES : Ouagadougou veut convaincre pour financer son développement



Abonnez-vous!
La lettre d'information du Gouvernement


Sites Publics

 Présidence du Faso
 Assemblée nationale
 LegiBurkina
 Archives du site du Premier Ministère
Accueil > À la une > Acutalités > Premier Ministère > Journée mondiale des légumineuses : Magnifier les producteurs pour leur (...)

Journée mondiale des légumineuses : Magnifier les producteurs pour leur contribution à la sécurité alimentaire et nutritionnelle

mardi 12 février 2019

Ce lundi 11 février 2019, la commune rurale de Méguet, dans la province du Ganzourgou, dans la région du Plateau-Central, a abrité la première édition de la Journée mondiale des légumineuses (JML), sous le thème : « Des légumineuses pour renforcer les sources de revenus et les moyens d’existence des ménages ruraux ». Outre la décoration du Larlé Naaba Tigré au titre de Commandeur de l’ordre du mérite du développement rural avec agrafe agriculture, la remise d’intrants et équipements agricoles de plus de 36 millions de F CFA à des groupements et associations de producteurs ont marqué cette activité qui était placée sous le haut patronage du Premier ministre, Christophe Joseph Marie DABIRE.

Sous l’impulsion et le leadership du président du Faso, Roch Marc Christian KABORE, l’Assemblée Générale des Nations Unies a accédé à la proposition de Ouagadougou en adoptant, le 20 décembre 2018, une résolution instituant une Journée Mondiale des Légumineuses à célébrer le 10 février de chaque année.
La première édition de cette Journée mondiale des légumineuses (JML) a été célébrée dans la commune rurale de Méguet, dans la province du Ganzourgou, dans la région du Plateau-Central, ce lundi 11 février 2019.

Cette activité placée sous le haut patronage du Premier ministre, Christophe Joseph Marie DABIRE avait pour thème : « Des légumineuses pour renforcer les sources de revenus et les moyens d’existence des ménages ruraux ».
De l’avis de Christophe Joseph Marie DABIRE, la JML est un évènement important pour le pays, en ce sens que le Gouvernement accorde une très grande importance à toutes les activités qui contribuent à la sécurité alimentaire et nutritionnelle.
« La JML, c’est d’abord une journée qui permet de magnifier l’ensemble des producteurs particulièrement les femmes car elles sont au centre de la production des légumineuses. Il est donc important pour le gouvernement de les accompagner car elles font partie des groupes les plus vulnérables de notre pays. Des efforts doivent être développés au niveau de notre pays pour qu’avec les légumineuses nous atteignons l’autosuffisance alimentaire et la sécurité alimentaire et nutritionnelle », a-t-il mentionné.

A l’entendre, un des gros problèmes au Burkina Faso est celui de la spécialisation, d’où la volonté du Gouvernement de donner aux producteurs les moyens de disposer des outils appropriés pour pouvoir transformer les produits de qualité et les mettre sur le marché, que ce soit pour la transformation artisanale ou pour la transformation industrielle.

Selon le président de la Chambre nationale d’agriculture (CNA), Moussa KONE, la célébration effective de la JML permet de donner de la valeur à la profession d’agriculteur et de sa place prépondérante dans l’économie nationale, à travers sa contribution à l’atteinte de la sécurité alimentaire et nutritionnelle au Burkina Faso et à la création d’emplois pour les jeunes et les femmes.

D’ailleurs, il est convaincu que les revenus des producteurs peuvent être améliorés à travers le développement et la promotion des filières des légumineuses.
« C’est donc un créneau important à explorer pour l’atteinte des objectifs du Plan national de développement économique et social (PNDES) visant la transformation significative de notre agriculture », a-t-il signifié.
Par ailleurs, il a indiqué que malgré tous les efforts multiples et multiformes en faveur du secteur agricole, des contraintes demeurent.

Il s’agit de la faible capacité organisationnelle et le fonctionnement des structures de la filière, l’accès difficile aux intrants et équipements de production, le coût élevé des technologies innovantes d’irrigation (irrigation goutte à goutte), le faible accès aux technologies post-récoltes des légumineuses, le manque d’infrastructures de stockage et de transformation, l’absence de financements adéquats.

Un apport substantiel dans l’économie national

Pour le ministre de l’Agriculture et des Aménagements hydro-agricoles, Salifou OUEDRAOGO, au Burkina Faso, pratiquée par 69,2% des ménages agricoles ruraux, la culture des légumineuses génère un revenu non négligeable pour les ménages constitués de 46,5% des femmes responsables de parcelles.
« En sus de son rôle de plus en plus prépondérant dans la consommation alimentaire des ménages, l’exportation de ces produits agricoles procure au pays près de 4 milliards de FCFA par an », a-t-il expliqué.

Et le ministre de poursuivre : « Pour la campagne agricole 2018/2019, les actions conjuguées de l’ensemble des acteurs du secteur rural, ont permis d’atteindre une production de 829 705 tonnes de légumineuses, ce qui représente une augmentation majeure de 36% par rapport à la campagne 2017 et une hausse significative de 34% par rapport à la moyenne des cinq (05) dernières années », avant de préciser que « pour cette campagne agricole 2019/2020, il est attendu une production de légumineuses d’environ 748 000 tonnes de niébé, 530 000 tonnes d’arachides et 89 200 tonnes de voandzou ».

Lors de cette cérémonie, le Gouvernement burkinabè a exprimé sa reconnaissance à l’endroit de l’ensemble de ses partenaires au développement pour les appuis multiformes visant le développement de l’agriculture et l’atteinte de la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations à savoir l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), la République populaire de Chine, la Confédération Mondiale des Légumineuses, le Fonds International de Développement Agricole (FIDA) et l’Alliance pour la révolution verte en Afrique (AGRA).

En outre, le Larlé Naaba Tigré, champion de la promotion des légumineuses, a été fait Commandeur de l’ordre du mérite du développement rural avec agrafe agriculture.
De même, le Gouvernement a remis des intrants et des équipements agricoles de plus de 36 millions de F CFA à des groupements et associations de producteurs.

En marge de cette cérémonie, le Premier ministre a rendu une visite de courtoisie au Naaba Saaga de Méguet qui avait à ses côtés d’autres notabilités de la localité. Christophe Joseph Marie DABIRE a véhiculé un message de paix, invitant chaque Burkinabè à être un ambassadeur de la paix et de la réconciliation dans notre pays.
Les légumineuses sont des plantes appartenant à la famille des fabacées (plus de 18 000 espèces) et sont caractérisées par des fleurs papilionacées (en forme de papillon), avec des graines contenues dans des gousses.
Les légumineuses les plus connues sont le haricot, les lupins, les pois de terre, l’arachide et le soja.

DCI/PM

Version imprimable