Accueil thématique

Dossiers


Recherche personnalisée


Vidéos
PNDES : Ouagadougou veut convaincre pour financer son développement



Abonnez-vous!
La lettre d'information du Gouvernement


Sites Publics

 Présidence du Faso
 Assemblée nationale
 LegiBurkina
 Archives du site du Premier Ministère
Accueil > À la une > Acutalités > Premier Ministère > Cadre de concertation et de dialogue Etat/OSC : La lutte contre le (...)

Cadre de concertation et de dialogue Etat/OSC : La lutte contre le terrorisme et l’insécurité au cœur de la réflexion

mercredi 26 décembre 2018

Le Premier Ministre, Paul Kaba THIEBA a procédé ce jour 26 décembre 2018, dans la salle de conférences de Ouaga 2000, à l’ouverture solennelle session du cadre de concertation et de dialogue entre l’Etat et les Organisations de la société civile. Cette rencontre qui est sa troisième édition se tient du 26 au 27 décembre. Elle est placée sous le thème : « Partenariat État/OSC : quels défis pour une lutte efficace contre l’insécurité et le terrorisme ».

Ils sont plus de deux cents représentants d’organisation de la Société civiles de toutes les régions du pays, mais aussi de structures étatiques et des partenaires au développement réunis dans la capitale burkinabè à l’occasion de cette édition du Cadre de Concertation Etat/organisation de la société civile. Un espace de dialogue institué depuis juillet 2014 et devenu une tradition entre les deux parties partenaires. La tenue de cette rencontre est la preuve que nous accordons du prix à la concertation, au dialogue et à la redevabilité, principes si indispensables à la bonne gouvernance », fait remarquer le Premier Ministre qui a présidé la cérémonie d’ouverture.

Pour Paul Kaba THIEBA : « Ce cadre de dialogue qui nous réunit a pour objectif de promouvoir et de renforcer le partenariat entre l’Etat et les Organisations de la société civile, à l’effet d’améliorer la participation citoyenne de celles-ci au processus de développement intégré du Burkina Faso ». C’est donc à juste titre que le Ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentration en sa qualité de président du comité d’organisation s’est réjouit de la tenue effective de cette importante rencontre. Siméon SAWADOGO, a traduit toute la volonté du gouvernement sous le leadership du Président du Faso de créer les conditions idoines pour permettre aux OSC de jouer pleinement leur rôle. IL a en outre remercier les participants les partenaires qui accompagnent cette rencontre rencontre.

La question sécuritaire au cœur des échanges

Cette édition du Cadre de concertation Etat/OSC va plancher sur le défi sécuritaire du moment. « Partenariat État/OSC : quels défis pour une lutte efficace contre l’insécurité et le terrorisme », c’est le thème de la rencontre, qui, de l’avis du Chef du Gouvernement est d’actualité. Dressant un tableau sombre de la situation sécuritaire du pays, le Premier ministre a évoqué la nécessité d’une synergie d’action pour venir à bout de l’ennemie. Cette guerre qui nous est imposée n’est pas une guerre conventionnelle. Ce n’est pas une guerre des militaires, des policiers, des gendarmes ou du gouvernement.

L’ennemi veut nous diviser et nous empêcher de travailler pour le développement de ce pays. C’est une guerre de l’ensemble du peuple burkinabè et chacun doit y mettre du sien, a dit, le visage grave, Paul Kaba THIEBA. Nous ne laisserons aucune portion de notre territoire à qui que ce soit. Nous nous battrons jusqu’à la dernière goute de notre sang a-t-il déclaré sous les applaudissements des participants. La conviction du Premier ministre est claire, la collaboration Etat/OSC dans ce combat est indispensable et les conclusions des travaux de la rencontre sont vivement attendues du gouvernement.

Une volonté politique réaffirmée du Président du Faso

Le Cadre de concertation Etat/OSC est à sa troisième édition. l’issue de la deuxième tenue en 2017, le Président du Faso, Roch Marc Christian KABORE, avait pris des engagements au nombre desquels, la reprise de l’organisation du Forum national des jeunes pour restaurer un cadre d’échanges entre les jeunes et le Président du Faso, la prise en compte des personnes vivant avec un handicap dans les recrutements, la formation, l’auto-emploi et la protection sociale, la garantie du vote des Burkinabè de l’extérieur pour l’élection présidentielle de 2020, l’intensification et la vulgarisation de la mécanisation agricole par des subventions accordées aux producteurs familiaux et la mise en place d’un fonds de garantie au financement des projets de jeunes.

« En ma qualité de chef de Gouvernement, chargé de la mise en œuvre desdits engagements, je puis noter avec satisfaction les résultats forts appréciables auxquels nous sommes parvenus. Entre autres, la tenue effective des états généraux de la jeunesse du 15 au 18 novembre 2017 à Ouagadougou sous un thème combien évocateur : « quelle gouvernance pour une participation optimale de la jeunesse au renouveau politique, économique et social du Burkina Faso ? », la prise en compte des personnes vivant avec un handicap dans les recrutements de la fonction publique lors des concours de 2017 et de 2018, la réforme du code électoral pour l’opérationnalisation du vote des Burkinabè de l’extérieur , la requête et l’obtention, auprès de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), d’un agrément pour la création de la banque agricole dont le processus est en cours , l’engagement des réflexions pour la création d’un fonds national unique de financement pour la création d’emplois et la lutte contre la pauvreté ».

Pour le Premier Ministre, la mise en œuvre des recommandations se dégage avec beaucoup de satisfecit. Il fait mention entre autre de l’application effective de la loi portant liberté d’association par les autorités compétentes et son appropriation progressive par les Organisations de la société civile, la constitution progressive du registre des organismes à but non lucratif qui servira de base de données des associations et de dispositif de suivi de leurs actions de développement et le lancement, en collaboration avec l’ONG Diakonia et l’Université Ouaga II, de l’Académie des OSC en réponse à la recommandation relative à la mise en place d’un programme de renforcement des capacités des associations.

En outre, le Premier ministre estime que la tenue de ce cadre de concertation sonne comme un exercice de redevabilité et cet exercice est nécessaire, car elle permet de jouer la carte de la transparence et d’asseoir les bases d’une confiance renouvelée entre partenaires.

A noter que cette rencontre sera marquée par plusieurs activités, dont le face à face entre le Président du Faso et les OSC, le jeudi 27 octobre 2018.

DCI/PM

Version imprimable