Accueil thématique

Dossiers


Recherche personnalisée


Vidéos
PNDES : Ouagadougou veut convaincre pour financer son développement



Abonnez-vous!
La lettre d'information du Gouvernement


Sites Publics

 Présidence du Faso
 Assemblée nationale
 LegiBurkina
 Archives du site du Premier Ministère
Accueil > À la une > Acutalités > Premier Ministère > Secteur privé : Un Conseil des Sages installé pour bâtir un esprit de (...)

Secteur privé : Un Conseil des Sages installé pour bâtir un esprit de concorde

jeudi 13 décembre 2018

La Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso (CCI-BF) a procédé ce jeudi 13 décembre 2018, à l’installation officielle du Conseil des Sages du Secteur privé. Cette instance est un organe consultatif de concertation, de réflexion, de conseil et de proposition d’actions en faveur du monde des affaires. La cérémonie a été présidée par le Premier ministre, Paul Kaba THIEBA.

Les dernières élections consulaires de la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso (CCI-BF) se sont tenues dans une ambiance de crise de confiance entre les acteurs du Secteur privé, contribuant ainsi à exacerber les clivages au sein de la communauté des affaires.

En procédant à l’installation officielle du Conseil des Sages du Secteur privé, ce jeudi 13 décembre 2018, la CCI-BF entend de ce fait, travailler non seulement pour un renouveau consulaire mais aussi pour une véritable réconciliation des opérateurs économiques entre eux.

Créé le 06 juin 2017 par décision du Bureau consulaire, le Conseil des Sages a pour missions essentielles de faciliter le développement harmonieux du Secteur privé par des conseils avisés, de donner des avis et conseils sur des sujets stratégiques concernant l’institution consulaire et le Secteur privé.

Le Conseil des Sages a également pour objectif de connaitre des conflits et des tensions dans la communauté des affaires et de concilier les positions pour la préservation de la concorde entre les acteurs de l’économie, et plus généralement de prendre toute initiative suggestive susceptible de concourir à la bonne marche de l’institution.

Le Conseil des Sages est composé de sept (07) Présidents d’honneur et de quarante-cinq (45) membres d’honneur désignés pour cinq (05) ans.

Selon le Premier ministre, Paul Kaba THIEBA, le Conseil des Sages est une innovation dont la finalité est de promouvoir une solidarité agissante et un développement partagé.

De ce fait, il s’est réjoui de la clairvoyance et du sens de l’anticipation qui ont guidé cette initiative.

A l écouter, la mise en place du Conseil des Sages va permettre de résoudre les problèmes résiduels des acteurs et d’envisager un avenir plus serein pour le Secteur privé, car « il est évident que rien de constructif ne peut se faire dans la division et les querelles ».

Réaffirmant sa conviction que le partenariat Etat-secteur privé est indispensable pour la mise en œuvre du Plan national de développement économique et social (PNDES) et pour asseoir un développement durable du Burkina Faso, Paul Kaba THIEBA a réitéré l’engagement de son Gouvernement à accompagner le Secteur privé dans sa volonté de restructuration.

Quant au président de la CCI-BF, Mahamadi SAVADOGO, il a soutenu que l’installation officielle du Conseil des Sages du Secteur privé est un acte majeur qui montre l’attachement commun des opérateurs économiques burkinabè à la cohésion des milieux d’affaires et à la bonne marche de l’économie nationale.

Au Conseil des Sages, il a rappelé les valeurs qui ont toujours caractérisé la communauté des affaires, notamment la solidarité, l’entraide et le partage.

Et M. SAVADOGO de poursuivre : « Nous ne devons en aucun cas nous dissocier de ces valeurs si chères à nos devanciers. Elles doivent être pour nous une boussole qui guidera nos pas sur le chantier de l’édification d’un Secteur privé prospère, capable de jouer pleinement son rôle de moteur de la croissance de notre pays. Bâtir cet esprit de concorde demande donc la contribution de toutes les personnes, physiques et morales, soucieuses de la préservation de la bonne entente entre les fils et les filles du Burkina Faso ».

DCI/PM

Version imprimable