Accueil thématique

Dossiers


Recherche personnalisée


Vidéos
PNDES : Ouagadougou veut convaincre pour financer son développement



Abonnez-vous!
La lettre d'information du Gouvernement


Sites Publics

 Présidence du Faso
 Assemblée nationale
 LegiBurkina
 Archives du site du Premier Ministère
Accueil > À la une > Acutalités > Premier Ministère > Conseil national de sécurité alimentaire : Assurer une sécurité alimentaire (...)

Conseil national de sécurité alimentaire : Assurer une sécurité alimentaire et nutritionnelle durable à l’horizon 2027

jeudi 6 décembre 2018

La dixième assemblée générale du conseil national de sécurité alimentaire s’est tenue, ce jour 6 décembre 2018, sous la présidence du Premier Ministre, Paul Kaba THIEBA. Cette session est placée sous le thème ,« Mise en œuvre de la Politique Nationale de Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle (PNSAN) : Quelle synergie entre acteurs et quelle stratégie de mobilisation des ressources ? ».

« Notre pays, au regard de sa position de pays sahélien, est fréquemment affecté par de difficiles conditions climatiques au nombre desquelles, il faut souligner principalement la situation pluviométrique fortement instable. Cette réalité combinée à la dégradation du contexte sécuritaire nous prédispose à la survenue de crises alimentaires récurrentes, à la baisse de la croissance économique nationale qui reste tributaire pour une large part du secteur agricole et à la persistance de la malnutrition et de la pauvreté ».

C’est par ce diagnostic peu reluisant mais indépendant de la volonté du gouvernement que le Premier Ministre, Paul Kaba THIEBA a entamé son discours devant des partenaires financiers et techniques, les acteurs en charge de la sécurité alimentaires et membres dudit conseil, ainsi que d’autres convives de marque. A l’en croire, nonobstant le fait que plus de 80% de la population est rurale, la contribution du secteur agricole à la formation de la richesse nationale ne dépasse pas 30%. Pour lui, le fait aggravant, c’est que plus de 45% des ménages agricoles n’arrivent pas à couvrir leurs besoins nutritionnels en céréales.

Inverser la tendance

Pour renverser complètement ou partiellement cette situation non enviable, la couverture des besoins nutritionnels et la transformation artisanale et industrielle de la production agricole sont placés au cœur de la stratégie du Plan national de développement économique et social (PNDES). Une batterie de mesures a été donc dressée par le gouvernement, entre autres, l’atteinte d’un taux de couverture des besoins céréaliers de 140% au moins d’ici 2020, la hausse de la part de la production irriguée dans la production totale de 15% actuellement à 25% en 2020, la hausse de la part des produits agricoles transformés de 12% en 2015 à 25% en 2020. En outre, selon toujours Paul Kaba THIEBA, les objectifs d’éradication totale de la pauvreté et de la faim figurent parmi les engagements internationaux de notre pays.

« Face à cette situation et conscient qu’une sécurité alimentaire et nutritionnelle pour toute la population est une condition sine qua none pour un développement durable que mon Gouvernement a élaboré la Politique Nationale de Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle (PNSAN) », foi de Paul Kaba THIEBA. Il est convaincu qu’à travers cette Politique, l’objectif recherché est d’assurer à tout moment, à l’ensemble des populations, un accès équitable à une alimentation équilibrée, suffisante et saine, toute chose qui va réduire la pauvreté, renforcer et consolider la cohésion sociale et participer à la réalisation d’un développement durable.

A la fin de cette assemblée, des réflexions poussées sont attendues afin d’aboutir à des décisions fortes à même de fixer des bases solides pour une mobilisation plus accrue de ressources et un renforcement de la gouvernance pour la mise en œuvre effective de la Politique Nationale de Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle. Le premier Ministre a réitéré que son gouvernement accordera le plus grand intérêt aux conclusions des travaux de la présente session.

« Nous nous emploierons à jouer pleinement notre partition pour une pleine réussite de cette Politique dont dépend fortement l’atteinte de nos nombreux engagements nationaux et internationaux », a-t-il confié. Pour le représentant des partenaires techniques et financiers, par ailleurs représentant résident du Programme alimentaire mondial, Lotfi Allal, la tenue effective de l’assemblée générale du conseil national de Sécurité alimentaire, participe de la volonté du gouvernement burkinabè d’atteindre les objectifs du développement durable, adopté par la communauté internationale, en septembre 2015.
« Le conseil national de sécurité alimentaire, faut-il le rappeler est né de la volonté politique de l’Etat et de ses partenaires au développement, d’asseoir les bases durables de la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations. Il constitue un cadre idéal de coordination et de gestion des crises en la matière », a rappelé le secrétaire exécutif du conseil national de sécurité alimentaire, Lamoudia Thuombiano.

DCI/PM

Version imprimable