Accueil thématique

Dossiers


Recherche personnalisée


Vidéos
PNDES : Ouagadougou veut convaincre pour financer son développement



Abonnez-vous!
La lettre d'information du Gouvernement


Sites Publics

 Présidence du Faso
 Assemblée nationale
 LegiBurkina
 Archives du site du Premier Ministère
Accueil > À la une > Acutalités > Premier Ministère > Autorité de Mise en Valeur de la Vallée du Sourou : vers la mutation en une (...)

Autorité de Mise en Valeur de la Vallée du Sourou : vers la mutation en une société d’économies mixtes

mardi 2 octobre 2018

Dans la soirée du lundi 1er octobre 2018, le Premier Ministre, Paul Kaba THIEBA, a reçu les responsables de l’Autorité de Mise en Valeur de Vallée du Sourou (AMVS). Un seul point à l’ordre du jour de cette séance de travail : la mutation de la l’AMVS en une société d’économie mixtes.

« Nous avons échangé sur une question fondamentale. Il s’agit de la restructuration des aménagements de la vallée du Sourou en une société d’économies mixtes », a fait savoir, le ministre en charge l’Agriculture et des aménagements hydrauliques, Jacob OUEDRAOGO, à l’issue de la séance de travail.

A l’en croire, la proposition de conduire l’Autorité de Mise en Valeur de la Vallée du Sourou (AMVS) en une société d’économies mixtes a rencontré l’assentiment du chef du gouvernement, Paul Kaba THIEBA. Il a soutenu que les échanges ont porté en parties sur les possibilités et les potentialités qu’offrent la vallée du Sourou et sur la manière de les exploiter. « Nous avons également discuté du capital. Le capital sera constitué de l’Etat, du secteur privé et des producteurs qui sont déjà sur le terrain et qui exploitent déjà plus de 6500 hectares », a annoncé Jacob OUEDRAOGO.

Et de poursuivre : « Il s’agira de faire en sorte que nous puissions prendre en compte, tous les acteurs de développement économique et social dans ce grand projet qui va être un pôle de croissance, spécialisée dans l’agropole. Nous avons aussi échangé sur la nécessité qu’on mette en œuvre ce grand projet et surtout voir comment gérer les questions de pôle de croissance et faire en sorte que cette zone soit effectivement une zone qui puisse donner toutes les potentialités de développement de notre pays ». Selon lui, la problématique de la transformation, de l’importation et de la commercialisation des produits n’est pas restée en marge des débats.

En outre, il s’est dit préoccupé du fait que des produits comme la tomate et l’oignon pourrissent dans la vallée du Sourou alors que la demande est forte, d’où cette volonté désormais de faire en sorte que les potentialités de cette zone soient judicieusement exploitées. A la question des journalistes de savoir ce qu’est devenue le projet Samandeni, le ministre a été clair : « Samendeni est aussi un projet sur lequel nous travaillons et nous nous engageons aussi dans les aménagements hydro-agricoles dans le but de transformer aussi cette zone de croissance, qui va prendre en compte, l’électrification et offrira de la transformation des productions locales ».

Il a déclaré que cette vallée aussi importante, deviendra une autre zone touristique qui sera transformée en un pôle de croissance, car c’est une localité qui a aussi de nombreuses potentialités et qui va assurer une croissance économique et également une sécurité alimentaire et nutritionnelle du Burkina Faso. « La prochaine étape, c’est de travailler encore le dossier, pour le présenter en conseil des ministres », a-t-il affirmé.

Pour son directeur général, Robert OUEDRAOGO, l’AMVS à sa création, en 1986, avait pour mandat, la mise en valeur des potentialités de cette vallée. « Depuis cette période à nos jours, nous avons fait beaucoup d’aménagements et à l’heure actuelle, nous sommes à plus de 6500 hectares aménagés avec une production qui se situe entre 120 mille et 150 mille tonnes de productions », a-t-il mentionné. Sur cette vallée sont actuellement produites de la culture maraichère à haute valeur ajoutée comme la tomate, l’oignon, les choux, les légumes d’une manière général.

DCI/PM

Version imprimable