Accueil thématique

Dossiers


Recherche personnalisée


Vidéos
PNDES : Ouagadougou veut convaincre pour financer son développement



Abonnez-vous!
La lettre d'information du Gouvernement


Sites Publics

 Présidence du Faso
 Assemblée nationale
 LegiBurkina
 Archives du site du Premier Ministère
Accueil > À la une > Acutalités > Premier Ministère > Coopération Banque mondiale-Burkina Faso : Signature de trois nouveaux (...)

Coopération Banque mondiale-Burkina Faso : Signature de trois nouveaux accords d’un montant global de 235 milliards F CFA

mercredi 22 août 2018

Dans le cadre de la visite de travail qu’il a effectué au Burkina Faso, le Vice-président de la Banque mondiale pour l’Afrique, Hafez GHANEM, a échangé avec le gouvernement burkinabé, avec à sa tête le Premier ministre, Paul Kaba THIEBA, le mardi 21 août 2018. Cette séance de travail a permis aux deux Parties de faire le point de leur coopération mais également de jeter les bases de nouvelles perspectives de partenariat. Une rencontre à l’issue de laquelle trois nouveaux accords de partenariat ont été signé dans les domaines des services de santé, de l’enseignement supérieur ainsi que de l’approvisionnement en eau et à l’assainissement et dont le montant global de financements est d’environ 235 milliards F CFA.

Le soutien de la Banque mondiale aux efforts du Burkina Faso en matière de développement économique et social est sans faille.
En effet, au cours de la visite de travail du Vice-président de la Banque mondiale pour l’Afrique, Hafez GHANEM, l’institution de Bretton Woods a revisité avec le gouvernement burkinabè le partenariat avec le Burkina Faso notamment le portefeuille de projets qu’elle finance et dégagé de nouvelles perspectives pour renforcer la coopération déjà exemplaires entre les deux Parties, à l’occasion d’une séance de travail.

Le soutien de la Banque mondiale pour un mieux-être des populations burkinabè s’est ainsi matérialisé à travers la signature de trois nouveaux accords de partenariat.
Le premier accord est relatif au financement du Projet d’Appui à l’Enseignement Supérieur (PAES) par un don d’un montant de 70 millions USD, soit environ 35 milliards F CFA, avec pour objectif de renforcer les institutions d’enseignement supérieur pour améliorer l’accès et fournir une éducation de qualité dans des domaines prioritaires tels que l’agriculture, l’agroalimentaire, la logistique associée à la chaîne de valeur, la formation entrepreneuriale, etc.

Le deuxième accord est relatif au financement du Programme d’approvisionnement en eau et d’assainissement (P for R du secteur de l’Eau et de l’Assainissement) d’un montant total de 300 millions USD, soit environ 150 milliards F CFA, composé d’un Don IDA d’un montant de 50 millions USD, soit environ 25 milliards F CFA et d’un crédit Scale Up Facility d’un montant de 250 millions USD, soit environ 125 milliards F CFA. Cet accord vise l’amélioration de l’accès aux services d’approvisionnement en eau et d’assainissement dans les zones ciblées.

Le troisième accord est relatif au financement du Projet de Renforcement des Services de Santé (PRSS) par des dons d’un montant total 100 millions de USD soit environ 50 milliards F CFA composés d’un Don IDA d’un montant de 80 millions USD, soit environ 40 milliards F CFA et d’un Don du Global Financing Facility (GFF) d’un montant de 20 millions USD, soit environ 10 milliards F CFA.

L’objectif de ce projet est d’améliorer la qualité et l’utilisation des services de santé en accordant une attention particulière à la santé des mères, des enfants et des adolescents, à la nutrition et à la surveillance des maladies.
Le montant global de ces trois accords de financements est d’environ 235 milliards F CFA.

A l’occasion, le Premier ministre, Paul Kaba THIEBA, a rappelé que l’engagement de la Banque mondiale avec le Burkina Faso a été crucial pour renforcer la gouvernance économique et consolider la stabilité sociale et politique du Burkina Faso.

Quelques faits majeurs de la Banque mondiale

Pour ce faire, il a cité quelques faits majeurs de l’institution de Breton Woods dont son implication dans la préparation de la conférence des partenaires pour le financement du PNDES 2016-2020 qui s’est tenue à Paris les 7 et 8 décembre 2016, son allocation de 970 millions de dollars US dans le cadre de l’IDA18, sans occulter notre éligibilité aux divers guichets de financements, l’adoption par son Conseil d’administration, en juillet 2018, du cadre de partenariat pays pour le Burkina Faso pour la période fiscale 2019 – 2023, la croissance de son portefeuille de projets, etc.

« Tous ces appuis participent de la consolidation des actions entreprises par mon gouvernement dans le cadre de la mise en œuvre du Plan National de Développement Economique et Social (PNDES) », a-t-il ajouté.

Pour le ministre de la Santé, Nicolas MEDA qui pris la parole au nom de l’exécutif burkinabè, cette signature couronne les efforts conjugués du gouvernement burkinabè et du Groupe de la Banque Mondiale qui ont ensemble cherché les solutions les plus abouties pour, d’une part accroître l’accès à l’eau potable et à l’assainissement, à travers le développement d’infrastructures de qualité et l’amélioration de l’information sur les ressources en eau, et d’autre part améliorer tant la qualité et l’utilisation des services de santé que l’accès à un enseignement supérieur de qualité.

Promesse d’une utilisation à bon escient des ressources allouées

Pour la réussite des trois nouveaux projets et programmes, il a invité tous les acteurs, c’est-à-dire les partenaires techniques et financiers, l’administration publique, les entreprises, les bureaux d’études privés et les bénéficiaires à mettre tout en œuvre pour l’atteinte de tous les résultats, qui à son avis « changeront qualitativement et de manière décisive le quotidien des Burkinabè ».

Après avoir exprimé sa gratitude au Groupe de la Banque Mondiale pour son engagement aux côtés du gouvernement et du peuple burkinabè dans sa quête permanente de conditions de vies meilleures, au nom des hautes autorités de notre pays, il a rassuré qu’avec la bienveillante attention de la ministre de l’Economie, des Finances et de Développement, Hadizatou Rosine COULIBALY/SORI et sous le contrôle du Premier ministre, Paul Kaba THIEBA, ces ressources allouées seront utilisées conformément aux engagements contenus dans les différents accords.

Quant au Vice-président de la Banque mondiale pour l’Afrique, Hafez GHANEM, il a dit espérer que ces ressources seront utiles au Burkina Faso dans sa quête pour la prospérité partagée et une croissance économique durable.

Après avoir émis le vœu que les mesures diligentes soient prises pour assurer l’effectivité à temps pour une meilleure mise en œuvre des nouveaux projets et programmes, Hafez GHANEM a rassuré que le Groupe de la Banque mondiale, à travers son Bureau du Burkina Faso ne ménagera aucun effort pour accompagner le gouvernement burkinabè dans l’exécution des ces projets et ce, pour l’atteinte des objectifs qui leur sont assignés.

DCI/PM

Version imprimable