Accueil thématique

Dossiers


Recherche personnalisée


Vidéos
PNDES : Ouagadougou veut convaincre pour financer son développement



Abonnez-vous!
La lettre d'information du Gouvernement


Sites Publics

 Présidence du Faso
 Assemblée nationale
 LegiBurkina
 Archives du site du Premier Ministère
Accueil > À la une > Acutalités > Premier Ministère > Retrait des enfants et personnes en situation de rue : Le chef du (...)

Retrait des enfants et personnes en situation de rue : Le chef du governement rend visite aux pensionnaires de Somgandé

vendredi 17 août 2018

Le Premier Ministre, Paul Kaba THIEBA, accompagné de membres du Gouvernement était ce jour 17 aout 2018, sur le site du Centre d’accueil d’urgence des enfants en situation de rue sis à Somgandé dans l’Arrondissement 4 de Ouagadougou. Cette visite avait un double objectif : s’enquérir des conditions d’accueil de ces enfants et aussi, encourager la Ministre de la femme, de la solidarité nationale et de la famille et ses collaborateurs engagés dans l’opération de retrait des enfants et personnes en situation de rue dans la ville de Ouagadougou.

Sur le site du Centre d’accueil d’urgence sis à l’« Action Educative en Milieu ouvert » AEMO de Somgandé, le chef du gouvernement a visité les différents services chargés de la prise en charge de ces enfants retirés de la rue. Il s’agit notamment du bloc sanitaire doté d’une unité de prise en charge psychologique, du service administratif, des ateliers d’apprentissage de la cuisine et des dortoirs.

Les responsables de ces structures ont expliqué à la délégation gouvernementale le dispositif mis en place pour la prise en charge des pensionnaires dont plus de 600 ont été enregistrés dans ce centre avec à ce jour, 228 permanents, les uns ayant regagné leurs familles et les autres encore retournés dans la rue selon la ministre. Le travail des équipes mobilisées sur place à tout moment de la journée, s’attèlent à redonner à ces enfants, le bonheur de retrouver une autre vie. Entre la prise en charge alimentaire, psychologique, sanitaire, l’apprentissage des métiers, les loisirs, l’éducation, toutes les conditions sont réunies, pour amener ces enfants à renouer avec une nouvelle vie, espère la ministre Hélène Marie Laurence ILBOUDO/ MARCHAL.

Accueil chaleureux au Premier ministre

Alors que le chef du gouvernement faisait le tour du centre pour visiter les locaux et échanger avec les techniciens commis à la tâche, les pensionnaires étaient réunis dans une grande salle où devait se tenir un entretien avec les pensionnaires. A l’entrée de cette salle, c’est un tonnerre d’applaudissement accompagnés de cris de joies qui ont été réservés à Paul Kaba THIEBA et sa délégation. Un « standing ovation » qui a ému le visiteur du jour, ravis de voir des enfants en situation difficile retrouver le sourire. Il a alors fait le tour de la salle pour communier avec ces enfants avant de se mettre à l’écoute de ses hôtes. L’honneur est revenu à la Ministre de la femme, de la solidarité nationale et de la famille, de décliner les ambitions du gouvernement à travers ce projet. Hélène Marie Laurence ILBOUDO/ MARCHAL a réaffirmé toute la volonté du gouvernement de mettre fin au phénomène des enfants de la rue à travers cet acte volontariste de solidarité nationale. Une vision saluée par les bénéficiaires, dont les porte-paroles Ouédraogo Ibrahim et Pawentaoré Hugues NIKIEMA ont traduit toutes leurs reconnaissances aux autorités burkinabè pour ce geste. Ils rêvent tous désormais d’une vie meilleure, chacun espérant réaliser son rêve.

Aucun burkinabè ne doit être un laissé-pour-compte

S’adressant aux pensionnaires et à la presse, le Premier ministre a indiqué que la situation de ces enfants et ces personnes en situation de rue était une grande préoccupation au sommet de l’Etat. Cette opération de retrait dira-t-il, est conforme à la vision du chef de l’Etat déclinée dans le Plan National de Développement Economique et Social, en son axe numéro 2 consacré au capital humain. Aucun burkinabè ne doit être un laissé-pour-compte dans le processus de développement de notre pays. Le pays compte sur vous et attend beaucoup de vous, a-t-il lancé sous les applaudissements nourris de ces jeunes.

C’est difficile de supporter la vue d’enfants dormant à la belle étoile ou dans des abris de fortunes, à la merci de toutes sortes d’intempéries et de risques », foi du premier ministre burkinabè, Paul Kaba THIEBA. Et c’est pourquoi, dans le cadre de la manifestation de la solidarité nationale voulue par son excellence, Roch Marc Christian Kaboré, en effectuant le déplacement sur l’un des quatre sites d’accueil de l’opération d’accueil des enfants en situation de rue, il a tenu à féliciter madame Hélène Marie Laurence Ilboudo/Marshal, ministre en charge de la solidarité nationale, avec l’ensemble de son équipe, pour le début effectif de l’opération, et surtout du travail remarquable de qualité qu’ils abattent 24h sur 24h.

A l’en croire, sur instruction de Son Excellence, Monsieur le Président du Faso, le gouvernement a décidé d’apporter une réponse appropriée au phénomène de personnes en situation de rue, à travers plusieurs actions. « Dans un premier temps, il s’agira de réintégrer les enfants ou les personnes dans leur milieu familial pour ceux qui en ont encore », a-t-il déclaré. Et de poursuivre, « dans un second temps, l’opération va faciliter le retour à l’école de ces enfants en âge de la scolarisation, qui ont déjà regagné leur familles respectives ». En outre, pour les enfants dont l’âge de la scolarisation est dépassé, la formation professionnelle leur est proposée selon toujours le Premier Ministre. Pour le chef du gouvernement, pour les adultes en situation de rue également, il s’agira enfin, de leur permettre de mener des activités génératrices de revenus.

Un appel à la responsabilité parentale

« Si les enfants sont amenés à se retrouver dans la rue, c’est du fait de la fuite de nos responsabilités en tant que parents », foi du Premier Ministre. Pour lui, les parents ne devraient pas être indifférents face aux conditions difficiles de vie de leurs rejetons. Il a lancé un vibrant appel à leurs endroits. « Nous devons refuser que nos enfants ou nos proches aillent dans la rue. Chacun de nous doit assumer ses responsabilités, pour éviter à ces enfants d’en payer le prix », martèle-t-il.

Il s’est réjoui de savoir, qu’à ce jour, selon le point fait par le département en charge de l’opération, plus de 600 personnes, notamment des enfants sont déjà dans des centres d’accueil d’urgence dans les différents sites de la ville de Ouagadougou. Il s’agit des centres de prise en charge des violences basées sur le genre, de l’auberge de Pissy, de l’auberge de Nongrémassom et enfin du Centre d’Accueil d’Urgence (CAU) de Somgandé.

DCI/PM

Version imprimable