Accueil thématique

Dossiers


Recherche personnalisée


Vidéos
PNDES : Ouagadougou veut convaincre pour financer son développement



Abonnez-vous!
La lettre d'information du Gouvernement


Sites Publics

 Présidence du Faso
 Assemblée nationale
 LegiBurkina
 Archives du site du Premier Ministère
Accueil > À la une > Acutalités > Premier Ministère > Journées nationales de la jeunesse catholique : La 7è édition sous le sceau de (...)

Journées nationales de la jeunesse catholique : La 7è édition sous le sceau de la recherche de la paix

jeudi 2 août 2018

Le Conseil national de la jeunesse catholique du Burkina Faso (CNJC-BF), organise la 7è édition des journées nationales de la jeunesse catholique du 1er au 5 aout 2018 à Ouagadougou. Placée sous le très haut patronage du président du Faso, Roch Marc Christian KABORE, représenté par le Premier ministre, Paul Kaba THIEBA, cette édition réunit des milliers de participants pour réfléchir sur le rôle et la contribution des jeunes à la recherche et la consolidation de la paix.

« Recherche la paix dans le pays où je t’ai établi ». C’est le thème qui va focaliser l’attention de milliers de jeunes à la faveur de cette 7ème édition des Journées Nationales de la Jeunesse Catholique. Ils sont plus de vingt cinq mille (25 000) jeunes selon les organisateurs, venus de tous les diocèses et de pays voisins, la Côte-d’Ivoire, le Mali, le Sénégal, le Niger. Une particularité de cette édition est l’ouverture aux jeunes d’autres confessions religieuses. L’ambition est de créer un espace de communion et de dialogue interreligieux afin d’amener ces jeunes main dans la main, à être de véritables artisans de la paix et du développement.

Dans son adresse à la cérémonie d’ouverture, le Cardinal Philippe OUEDRAOGO, a demandé à la jeunesse de prendre sa responsabilité, en œuvrant pour un monde réconcilié, dans la paix et la justice. « L’analphabétisme, la drogue, le chômage, la fuite de cerveau, sont entre autres maux qui gangrènent la jeunesse et qui ne permettent pas un véritable épanouissement de la jeunesse », foi du Cardinal Philippe OUEDRAOGO.

C’est pourquoi, il a invité l’ensemble des jeunes à prendre sur eux, comme mission, le relèvement des défis de divers ordres du moment. Pour lui, si la responsabilité des autorités politiques est engagée en matière de maintien de la paix, il n’en demeure pas moins que les jeunes soient les premiers protagonistes de leur propre avenir. A l’en croire, au terme de ces journées nationales de la jeunesse catholique, le slogan des jeunes devrait être, jamais en arrière, toujours en avant. Selon lui, les jeunes chrétiens doivent témoigner de leur foi, par leur exemple de vie.

Toujours dans la dynamique d’interpellation de la jeunesse, fer de lance de toute nation, le président du conseil national de la jeunesse catholique du Burkina Faso, Wilfried KABORE a invité ses camarades à l’ardeur et à l’assiduité au travail. En outre, il les a exhorté à être des partisans de la vérité, en refusant le statut d’une jeunesse assistée, qui attends toujours tout en devenant une jeunesse entreprenante qui rejette la soumission et la manipulation, le gain facile…

Pour le Premier ministre, Paul Kaba THIEBA, le thème de ces présentes journées est « très important » pour son gouvernement qui est « engagé dans la consolidation du vivre-ensemble, pour bâtir notre chère patrie ». Le chef du gouvernement a traduit toute sa satisfaction, de savoir que la jeunesse catholique, au cours de ces journées nationales, va communier et fraterniser avec des jeunes d’autres confessions religieuses.

A son avis, c’est dans un esprit fécond de dialogue interreligieux que le Burkina Faso pourra asseoir les bases d’une paix durable. « La jeunesse est l’avenir de ce pays. C’est pourquoi, il impérieux que dans nos familles, nos églises, nos mosquées, nos temples, nous puissions enseigner les valeurs du vivre-ensemble afin qu’ils soient tous des artisans de la paix », a plaidé Paul Kaba THIEBA. Il a salué l’ensemble des leaders religieux du Burkina Faso pour toutes les initiatives qu’ils entreprennent dans le sens du vivre-ensemble et de la stabilité.

DCI/PM

Version imprimable