Accueil thématique

Dossiers


Recherche personnalisée


Vidéos
PNDES : Ouagadougou veut convaincre pour financer son développement



Abonnez-vous!
La lettre d'information du Gouvernement


Sites Publics

 Présidence du Faso
 Assemblée nationale
 LegiBurkina
 Archives du site du Premier Ministère
Accueil > À la une > Acutalités > Premier Ministère > Forum des hommes d’affaires ivoiro-burkinabè : Créer les conditions pour (...)

Forum des hommes d’affaires ivoiro-burkinabè : Créer les conditions pour développer les échanges commerciaux, économiques et financiers

vendredi 27 juillet 2018

Yamoussoukro a abrité ce jeudi 26 juillet 2018, le premier Forum des hommes d’affaires ivoiro-burkinabè. Ce forum placé sous le thème : « Développement des partenariats entre les secteurs privés ivoiriens et Burkinabè : opportunités et défis », est l’une des innovations du 7eme Traité d’amitié et de coopération (TAC) entre la République de Côte d’Ivoire et le Burkina Faso. La cérémonie d’ouverture de ce rendez-vous d’affaire a été présidée par les Premiers ministres burkinabè, Paul Kaba THIEBA, et Amadou Gon COULIBALY de la République de Côte d’Ivoire. Cette rencontre a vu la signature d’une convention entre la Chambre de commerce et d’industrie de Côte-D’ivoire (CCI-CI) et la Chambre de commerce et d’industrie Burkina Faso (CCI-BF) pour l’organisation du Forum Ouest-africain de développement des entreprises (AFRICALLIA) en 2019 à Abidjan.

Environ 300 chefs d’entreprises dont une centaine d’hommes et des femmes d’affaires Burkinabè actifs dans des secteurs aussi variés que les bâtiments et les travaux publics, l’immobilier, l’industrie, l’énergie, les hydrocarbures, les produits agricoles, etc. ont pris part au premier Forum des hommes d’affaires ivoiro-burkinabè, tenu en marge du 7eme Traité d’amitié et de coopération (TAC) entre la République de Côte d’Ivoire et le Burkina Faso.

Placé sur le thème : « Développement des partenariats entre les secteurs privés ivoiriens et Burkinabè : opportunités et défis », ce forum avait pour but de poser les jalons d’un renforcement des relations économiques et commerciales entre le Burkina Faso et la République de Côte d’Ivoire.

En un mot, il s’agit de renforcer les partenariats existants entre les entreprises burkinabè et ivoiriennes mais surtout de nouer de nouveaux contacts d’affaires, afin d’explorer les possibilités d’alliances économiques stratégiques, à travers les joint-ventures, la co-traitance et la sous-traitance pour l’exécution de projets entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire voir dans la sous-région ouest-africaine.

Pour ce faire, la Chambre de commerce et d’industrie de Côte d’ivoire (CCI-CI) et la Chambre de commerce et d’industrie Burkina Faso (CCI-BF) ont signé une convention en vue de l’organisation du Forum Ouest-africain de développement des entreprises (AFRICALLIA) qui se tiendra en 2019 à Abidjan.

A l’occasion, le Premier ministre burkinabè, Paul Kaba THIEBA, a présenté les opportunités d’affaires qu’offre le Burkina Faso, dans le cadre de la mise en œuvre du Plan national de développement économique et social (PNDES) dont l’objectif est de conduire un processus de transformation structurelle de l’économie burkinabé afin de générer une croissance forte, durable, résiliente et créatrice d’emplois décents pour tous, à travers, entre autres, la création d’un environnement favorable au développement industriel, le renforcement des secteurs de soutien à l’économie, notamment l’énergie, les infrastructures de transport et la technologie.

En cela, il a insisté sur le fait que la stratégie de développement du gouvernement burkinabè repose sur l’essor du secteur privé car dit-il les acteurs qui le composent ont la capacité de créer de la richesse et de générer des emplois.

D’où les nombreuses réformes entreprises par le gouvernement burkinabè qui ont permis selon lui, « d’améliorer substantiellement » l’environnement des affaires au Burkina Faso notamment la réduction du délai de création des entreprises à 24 heures, la révision en cours du code des investissements en vue de favoriser les investissements étrangers au Burkina Faso, l’adoption de la nouvelle loi sur l’énergie qui consacre la libéralisation de la production et de la distribution dans ce secteur, etc.

Afin d’encourager les capitaines d’entreprises à investir au Burkina Faso, il a fait savoir que le pays regorge d’importantes potentialités économiques, d’un cadre macroéconomique stable, d’une Gouvernance démocratique et de bonnes perspectives de croissance fortes et crédibles.

Une invite à investir massivement au Burkina Faso

« A cet égard, je vous invite à prendre part à la réalisation des projets d’investissements prévus pour être exécutés selon les modalités Partenariats publics-privés, investissements directs ou de portefeuille dans tous les secteurs d’activités. Ils ne sont pas uniquement destinés au privé international. Les capitaines d’entreprises de la Côte d’Ivoire, du diaspora burkinabé et de notre sous-région sont invités à prendre une part active dans la coopération avec l’Etat burkinabé pour les réaliser », a-t-il exhorté.

Quant au Premier ministre ivoirien, Amadou Gon COULIBALY, il mentionné que ce forum répond à un triple objectif à savoir instituer une plateforme dynamique d’échanges et de partenariats en faveur des acteurs essentiels du secteur privé des deux Etats, favoriser le traitement des préoccupations majeures qui constituent des goulots d’étranglements aux efforts d’intégration et de coopération exemplaire et construire les bases d’un partenariat efficace pour une meilleure contribution du secteur privé au développement économique des deux pays.

Du reste, il a précisé que les enjeux sont multiformes et méritent une attention particulière, en ce sens que les échanges commerciaux entre la Côte-d’Ivoire et le Burkina Faso (1er client ivoirien au sein de la CEDEAO) connaissent globalement une bonne dynamique haussière passant de 256 milliards de F CFA en 2013 à 320 milliards environ en 2017 soit une hausse de près de 25% sur la période 2013-2017.

« De nombreuses opportunités d’affaires notamment les échanges de services restent à explorer. Des barrières tarifaires et non tarifaires persistent encore en parfaite méconnaissance des dispositions et des traités de la CEDEAO en la matière et impactent négativement la bonne dynamique des échanges », a-t-il évoqué.

Si les échanges entre les deux pays sont en croissante évolution, Amadou Gon COULIBALY a estimé qu’ils pourraient s’intensifier par une diversification plus importante des offres aussi bien des marchandises que des services.

Créer un espace de prospérité partagée

Une vision qui confortent les ambitions des chambres de commerce des deux pays de consolider les échanges séculaires entre les deux pays, de contribuer à faire de cette zone, une zone de prospérité partagée comme le souhaitent les autorités des deux pays.

L’un des résultats de cette volonté de renforcer la coopération économique, ont-ils relevé, c’est la création d’une zone économique dénommée SIKOBO, Sikasso-Korhogo-Bobo, en avril dernier entre la République de Côte-d’Ivoire, le Burkina Faso et la République du Mali. Pour marquer cette ferme volonté de donner un souffle nouveau à la coopération économique entre les deux pays, les chambres de commerce ont procédé à la signature d’une convention pour la tenue de la prochaine édition d’Africallia qui est un forum d’affaire burkinabè, en République de Côte d’Ivoire.

A noter que le forum des hommes d’affaires ivoiro-burkinabè est l’une des recommandations fortes du TAC6 tenu en juillet 2016 à Ouagadougou sous l’impulsion de leurs Excellences Roch Marc Christian KABORE et Alassane OUATTARA. Cette première avait à son agenda, des rencontres B to B, et des travaux en atelier.

DCI/PM

Version imprimable