Accueil thématique

Dossiers


Recherche personnalisée


Vidéos
PNDES : Ouagadougou veut convaincre pour financer son développement



Abonnez-vous!
La lettre d'information du Gouvernement


Sites Publics

 Présidence du Faso
 Assemblée nationale
 LegiBurkina
 Archives du site du Premier Ministère
Accueil > À la une > Acutalités > Premier Ministère > ENAM : 1 025 nouvelles compétences pour l’administration publique

ENAM : 1 025 nouvelles compétences pour l’administration publique 

vendredi 20 juillet 2018

Après deux ans de formation, 1 025 énarques sortis de l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature (ENAM) sont désormais aptes à servir dans l’administration publique. La cérémonie de sortie marquant aussi la fin de l’année académique 2017-2018, présidée par le Premier ministre, Paul Kaba THIEBA, était placée sous le thème : « L’Enarque au cœur de la performance de l’administration publique : dévouement et leadership » et le nom de baptême de la promotion « Leadership et innovation ».

Ils sont au total 1 025 énarques, tout cycle confondu, sortis de la cuvée 2018 de l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature (ENAM) qui frappent à la porte de l’administration publique, après deux ans de formation.

En effet, la sortie de cette cuvée s’est déroulée, le jeudi 19 juillet 2018, sous la présidence du Premier ministre, Paul Kaba THIEBA, et la présence de bien d’autres personnalités.

Une sortie de promotion avec pour thématique : « L’Enarque au cœur de la performance de l’administration publique : dévouement et leadership » et pour nom de baptême « Leadership et innovation ».

Selon le délégué général des élèves, Sékou CISSE, l’administration publique burkinabè rencontre plusieurs difficultés, au nombre desquelles la défiance de l’autorité de l’Etat, « mise à mal ces derniers temps par les actes quotidiens d’incivisme ».

Une préoccupation qui, à son avis, interpelle particulièrement les énarques, dont les activités sont se déroulées sous le signe de la restauration de l’autorité de l’Etat et de la lutte contre la corruption.

A écouter M. CISSE, le choix du thème et du nom de baptême ne sont pas fortuits, en ce sens qu’ils traduisent l’engagement « de soldats à servir avec loyauté, dévouement et prêts à faire preuve de leadership et d’esprit d’initiative ».
Pour lui, plusieurs difficultés d’ordre infrastructurel et pédagogique ont émaillé leur cursus académique.

Il s’agit de la vétusté des locaux et leur inadaptation, du manque de connexion Internet, de l’insuffisance des infrastructures sportives, du manque de canalisation, de l’inexistence d’une bibliothèque répondant aux normes.

D’où sa sollicitation faite aux autorités présentes de satisfaire à « la priorité des priorités » de construire des canaux d’évacuation des eaux de pluie et une infirmerie aux normes, de construire et d’équiper une bibliothèque, de poser des pavés dans la cours de l’ENAM, etc.

A entendre Paul Kaba THIEBA, l’ENAM, après plus d’un demi-siècle d’existence, l’ENAM demeure « un instrument important » de la politique du gouvernement dont « la vision se fonde sur le fait que la principale richesse du Burkina Faso, réside dans ses fils et ses filles ».

« A cet égard, la politique du gouvernement fait du capital humain un axe stratégique majeur. En effet, l’axe 2 du Plan national de développement économique et social (PNDES) qui est consacré au développement du capital humain, illustre bien notre conviction selon laquelle le développement des qualifications et des compétences adéquates est déterminant pour améliorer la productivité et la création de richesse en vue de réduire significativement la pauvreté dans notre pays », a-t-il expliqué.

Puis, a ajouté que : « l’un des effets attendus de l’axe 1 du PNDES, consacré à la reformes des institutions et à la modernisation de l’administration, est la recherche de l’efficacité de l’administration publique dans sa mission de fournir des services publics de qualité ».

Culture de la performance, du dévouement et du leadership

A la lumière du thème, il s’est fait le devoir de prodiguer quelques orientations qui impliquent trois concepts majeurs à savoir la performance, le dévouement et le leadership, à l’endroit des 1 025 compétences qui viendront renforcer l’administration publique.
En cela, il a conseillé aux énarques de pouvoir au quotidien, situer leurs actions dans le cadre des orientations gouvernementales, d’assurer une lecture continue de leur environnement externe et interne, d’élaborer, communiquer et partager cette vision, de demeurer à l’affut des nouvelles façons de faire, de promouvoir la créativité et l’innovation, de conduire le changement.

Le chef du gouvernement s’est aussi inscrit dans la vision du Directeur Général de l’Ecole Dr Awalou OUEDRAOGO, celle reformer l’ENAM pour répondre aux exigences du moment et bâtir une administration publique de qualité. Cette réforme est indispensable selon Paul Kaba THIEBA, dans un contexte où dit-il, l’intérêt général, le bien commun, les valeurs d’intégrité, de patriotisme, etc ne sont plus les mieux partagées dans notre administration. Cette Ecole doit former l’élite de demain, car sans élite le développement de ce pays ne peut être une réalité, a-t-il fait remarqué.


Lors de cette cérémonie plusieurs personnalités ont reçu des prix. Le Prix d’encouragement est revenu au DG de l’ENAM, Dr Awalou OUEDRAOGO, le Prix du leadership au PDG du Groupe EBOMAF, Mahamadou BONKOUNGOU, le grand prix du leadership au ministre d’Etat, auprès de la présidence du Faso, Simon COMPAORE.

En plus du Prix de la sagesse qu’il a reçu, le maire de Koudougou, Maurice Mocktar ZONGO, a été désigné Personnalité énarque 2018.
La cérémonie a pris fin par la remise de diplômes aux majors des différentes filières, suivie de la photo de famille.

DCI/PM

Version imprimable