Accueil thématique

Dossiers


Recherche personnalisée


Vidéos
PNDES : Ouagadougou veut convaincre pour financer son développement



Abonnez-vous!
La lettre d'information du Gouvernement


Sites Publics

 Présidence du Faso
 Assemblée nationale
 LegiBurkina
 Archives du site du Premier Ministère
Accueil > À la une > Acutalités > Premier Ministère > Education : Vers un dénouement de la crise, dans les heures à (...)

Education : Vers un dénouement de la crise, dans les heures à venir

vendredi 26 janvier 2018

Depuis quatre mois le monde éducatif burkinabè est traversé par une crise sans précédent. Afin de trouver des solutions définitives à cette crise scolaire, Le Premier ministre, Paul Kaba THIEBA, a réuni autour d’une même table, la Coordination nationale des syndicats de l’éducation (CNSE), l’Union nationale des associations des parents d’élèves du secondaire et du supérieur du Burkina (UNAPESB) ainsi que des autorités coutumières et religieuses, dans la soirée du jeudi 25 janvier 2018. Au terme de cette rencontre, il est ressorti que le dénouement de cette crise pourrait intervenir, dans les heures à venir, avec la signature d’un protocole d’accord.

La volonté du Premier ministre, Paul Kaba THIEBA, de résoudre la crise qui secoue le système éducatif burkinabè depuis quatre mois ne faiblit pas. A cet effet, il a poursuivi ses efforts de négociations avec la Coordination nationale des syndicats de l’éducation (CNSE), l’Union nationale des associations des parents d’élèves du secondaire et du supérieur du Burkina (UNAPESB) ainsi que des autorités coutumières et religieuses. En impliquant tous ces leaders d’opinion, Paul Kaba THIEBA veut trouver des solutions définitives à la crise scolaire, le plus tôt possible.

A l’issue des échanges, le président de l’UNAPESB, Hector Raphaël OUEDRAOGO, s’est montré optimiste : « Nous avons enregistré de très grandes avancées. Les discussions devraient, en principe, se poursuivre demain (vendredi, 26 janvier 2018). Je crois qu’avec la grâce de Dieu, nous allons parvenir à un protocole d’accord ».

Et M. OUEDRAOGO de poursuivre : « Nous avons souhaité que les choses aillent très rapidement, au regard de ce que nous avons vécu comme situation. Quatre mois, c’est beaucoup et nous avons souhaité que demain (vendredi, 26 janvier 2018), en début d’après-midi, un protocole (d’accord) puisse être signé pour le bien de notre chère patrie ».

Par ailleurs, il a lancé un appel à la retenue, aux élèves qui, ces derniers temps, manifestent leur soutien aux revendications de leurs éducateurs, dans plusieurs localités du pays, souvent par des moyens violents.

Se fondant sur les avancées enregistrées lors de ces discussions, il a aussi rassuré les parents que dans les tout prochains jours, la reprise des cours sera effective, sur toute l’étendue du territoire.

En rappel, la plateforme revendicative de la CNSE est axée autour de quatre grands points que sont : l’adoption d’un statut valorisant des personnels de l’éducation et de la recherche ; l’amélioration de l’accès à l’éducation ; l’amélioration des conditions de travail pour une efficacité du système éducatif et la revalorisation de la fonction enseignante.

DCI/PM

Version imprimable