Accueil thématique

Dossiers


Recherche personnalisée


Vidéos
PNDES : Ouagadougou veut convaincre pour financer son développement



Abonnez-vous!
La lettre d'information du Gouvernement


Sites Publics

 Présidence du Faso
 Assemblée nationale
 LegiBurkina
 Archives du site du Premier Ministère
Accueil > À la une > Acutalités > Premier Ministère > Situation nationale : Les conclusions du CES aux problématiques des (...)

Situation nationale : Les conclusions du CES aux problématiques des logements, de la sécurité, de la relance économique et des fonds nationaux

mardi 23 janvier 2018

Une audience a été accordée par le Premier ministre burkinabè, Paul Kaba THIEBA, à une délégation du Conseil économique et social (CES) conduite par son président, Moïse NAPON, le lundi 22 janvier 2018. Outre les vœux de nouvel an adressés à M. THIEBA, la délégation lui a fait part des grandes lignes du rapport de l’institution en 2017.

Logements, sécurité, relance de l’économie, problèmes liés aux fonds nationaux. Tels sont les grands thèmes qui ressortent comme esquisse du rapport 2017 du Conseil économique et social (CES) et qui ont meublés les échanges entre le Premier ministre, Paul Kaba THIEBA, et une délégation de l’institution conduite par son président, Moïse NAPON, le lundi 22 janvier 2018.

Pour ce qui est de la question des logements au Burkina Faso, le CES exhorte les populations des centres urbains, en particulier celles de Ouagadougou, à redimensionner leurs ambitions en optant pour un logement décent au lieu de rechercher à tout prix une propriété.

Sur cet aspect, M. NAPON a soutenu que la construction des appartements et des maisons en hauteur sont, entre autres, les recommandations que son institution a formulé à l’endroit des autorités.

« Nous avons vu dans plusieurs endroits des habitations anarchiques. Cela ne donne pas l’aspect de ville-capitale. Dans ces zones, nous avons constaté qu’il y a assez de maladies et d’autres difficultés », a-t-il expliqué, avant de regretter que « chacun veuille avoir son lopin de terre et sa maison alors que les conditions actuelles ne le permettent pas ». 

En ce qui concerne la relance de l’économie burkinabè, il a signalé que des évènements comme l’Insurrection populaire, le Coup d’Etat manqué et les multiples attaques terroristes ont fortement contribué à la ralentir, d’où son appel de relancer l’économie nationale afin de la rendre plus compétitive.

Un autre sujet et non des moindres qui est passé à la loupe des conseillers est la question sécuritaire.

Selon le président du CES, cette problématique n’est pas du ressort du commun des mortels même s’il a estimé que chacun peut jouer un rôle déterminant dans la sécurité.

Pour ce faire, il a invité « les populations à établir la sécurité là où elles vivent en ne permettant pas à des personnes animées de mauvaise volonté de créer des problèmes au sein de leur communauté ».

Pour les problèmes liés aux fonds nationaux qui sont mis en place pour encourager le développement des emplois et du travail, Moïse NAPON, a précisé que «  la plupart de ces fonds ne fonctionnent pas bien ».

C’est la raison pour laquelle, a-t-il indiqué, le CES a formulé des recommandations à l’ensemble des acteurs impliqués et particulièrement au Gouvernement. 

De l’avis de M. NAPON, le Premier ministre a, au cours des échanges, conseillé au CES de sensibiliser les populations à avoir une autre vision de la Nation, en souhaitant « que tous les citoyens vivent dans la cohésion, la paix et la tranquillité » et « qu’ils travaillent pour que le pays sorte de l’état de pauvreté dans lequel il se trouve ».

DCI/PM

Version imprimable