Accueil thématique

Dossiers


Recherche personnalisée


Vidéos
PNDES : Ouagadougou veut convaincre pour financer son développement



Abonnez-vous!
La lettre d'information du Gouvernement


Sites Publics

 Présidence du Faso
 Assemblée nationale
 LegiBurkina
 Archives du site du Premier Ministère
Accueil > À la une > Acutalités > Premier Ministère > Opérationnalisation du PNDES : Les projets et programmes de développement en (...)

Opérationnalisation du PNDES : Les projets et programmes de développement en évaluation

jeudi 23 novembre 2017

La matinée du jeudi 23 novembre 2017 a été consacrée à l’ouverture des huitièmes assises de l’Assemblée générale des projets et programmes de développement placées sur le thème : « Mise en œuvre des projets et programmes du Plan national de développement économique et social : bilan et perspectives ». Il s’est agi, à travers ce rendez-vous biennal présidé par le Premier ministre, Paul Kaba THIEBA, président de l’Assemblée générale des projets et programmes de développement, de suivre et d’évaluer les performances des projets et programmes de développement du Burkina Faso sur la période 2015-2016.

Les assemblées générales des projets et programmes ont été instituées par le Gouvernement du Burkina Faso dans le but d’échanger sur les performances et les difficultés des projets et programmes, afin d’améliorer leur exécution et de contribuer à la réduction de la pauvreté.

C’est dans cet esprit que se sont déroulés les travaux des huitièmes assises de l’Assemblée générale des projets et programmes de développement sur le thème : « Mise en œuvre des projets et programmes du Plan national de développement économique et social : bilan et perspectives ».

De façon spécifique, les participants ont fait l’état de mise en œuvre des recommandations des septièmes (7ème) assises, apprécier les performances globales des projets et programmes et échanger sur les difficultés.

Il est ressorti, du rapport soumis à l’appréciation des participants, que la performance des projets et programmes sur la période 2015-2016 est moyennement satisfaisante avec une note globale de l’ensemble des ministères et institutions se situant à 35,05 sur 50.

Sur 245 projets et programmes identifiés au sein de 21 ministères et institutions et en phase avec les axes du Plan national de développement économique et social (PNDES), 207 projets et programmes ont été évalués soit 84,50%, un taux qui est en hausse par rapport à 2013 et 2014 où les évaluations faisaient ressortir 189 projets évalués sur un total de 240, soit 78,75%.

De même, sur les 207 projets et programmes évalués 88 projets et programmes, soit 42,51% sont classés « PP vert »  (projets et programmes ayant des bonnes performances) ; 82 projets et programmes, soit 39,61% sont classés « PP orange » (projets et programmes moyennement performants) ; 37 projets et programmes, soit 17, 88% sont classés « PP rouge » (projets et programmes à performances insatisfaisantes).

A l’ouverture des travaux, le Premier ministre, Paul Kaba THIEBA, président de l’Assemblée générale des projets et programmes de développement, a soutenu qu’à ce niveau, les raisons de cette contreperformance sont multiples.

Il a cité, entre autres, le manque d’anticipation sur les procédures de passation des marchés dans la mise en œuvre de certaines activités, la non-maitrise des procédures des bailleurs de fonds et partenaires techniques et financiers par certaines Unités de Gestions, le non-respect de la règlementation des projets et programmes, les défaillances techniques et financières des prestations de service, les lourdeurs administratives.

« En dépit de ces difficultés, les résultats atteints illustrent bien les effets positifs des mesures prises pour améliorer la mise en œuvre des investissements publics notamment, la reforme relative à la loi sur la commande publique », a-t-il relativisé.

De nombreux défis à relever

Néanmoins, il a fait remarquer que de nombreux défis restent encore à relever à savoir les dysfonctionnements des structures en charge du pilotage des projets et programmes, les lenteurs dues à certaines procédures de nos partenaires techniques et financiers ( surtout la délivrance des avis de non objection), les longs délais dans la procédure de passation des marchés, la disponibilité à temps de la contrepartie nationale, la défaillance des entreprises et des prestataires.

« Toutes ces difficultés influencent négativement la performance de nos projets et programmes et freinent naturellement le processus de développement et d’amélioration des conditions de vie de nos populations », a ajouté Paul Kaba THIEBA.

Nonobstant les progrès réalisés, le Chef du Gouvernement a soutenu que des efforts doivent être poursuivis dans le sens de l’amélioration des performances, en vue de l’atteinte des objectifs du PNDES.

Pour ce faire, il a interpellé l’ensemble des acteurs qui interviennent dans l’identification, la mise en œuvre et le suivi-évaluation des projets et programmes, à opérer des choix stratégiques cohérents et rigoureux en relation avec les priorités du développement économique et social du Burkina Faso telles que définies dans le PNDES.

DCI/PM

Version imprimable