Accueil thématique

Dossiers


Recherche personnalisée


Vidéos
PNDES : Ouagadougou veut convaincre pour financer son développement



Abonnez-vous!
La lettre d'information du Gouvernement


Sites Publics

 Présidence du Faso
 Assemblée nationale
 LegiBurkina
 Archives du site du Premier Ministère
Accueil > À la une > Acutalités > Premier Ministère > Les préoccupations de l’enseignement catholique au menu des échanges au (...)

Les préoccupations de l’enseignement catholique au menu des échanges au Premier Ministère

vendredi 17 novembre 2017

Une délégation de l’Eglise catholique conduite par le Cardinal Philippe OUEDRAOGO a été reçue en audience par le Premier ministre Paul Kaba THIEBA ce jeudi 16 novembre 2017. La délégation est venue échanger avec le chef du gouvernement sur les activités de soutien à l’éducation nationale menées par l’Eglise à travers les écoles et établissements d’enseignement.

L’adage qui dit qu’« un seul doigt ne ramasse pas la farine » selon le Cardinal Philippe OUEDRAOGO, traduit l’esprit de la séance de travail qu’ils ont eu avec le Premier ministre Paul Kaba THIEBA. L’esprit de bâtir avec le gouvernement et l’ensemble des autres acteurs, une école burkinabè à la hauteur des attentes des burkinabè, cela dans la complémentarité. S’il est vrai dit-il qu’il est du devoir de l’Etat d’assurer l’éducation pour tous les enfants de ce pays, l’Etat a besoin du concours de tous les citoyens, de toutes les communautés, les musulmans, les catholiques, les protestants pour relever ce défis, car estime le cardinal, c’est ensemble que nous soulevons la toiture pour poser sur la case.


« Nous nous sommes concerté par rapport à l’école catholique qui apporte aussi sa modeste contribution, mais une contribution irremplaçable pour le bien de notre peuple. Bien sûr pour éduquer il faut des enseignants et les enseignants il faut qu’ils vivent et donc la question financière reste une question de taille » a indiqué le chef de la délégation. Le cardinal Philippe OUEDRAOGO qui s’est dit honoré d’avoir été reçu par le chef du gouvernement a précisé qu’il ya des perspectives très intéressantes et dans la mesure où le gouvernement et l’Eglise catholique regardent dans la même direction.

« C’est très important d’être d’abord en harmonie, y a un accord de vision et si la vision est commune, la détermination est là nous sommes sûr qu’avec les bonnes volontés des uns et des autres nous arriveront à être de bons et fidèles serviteurs du peuple burkinabè", a-t-il conclu.

DCI/PM

Version imprimable