Accueil thématique

Dossiers


Recherche personnalisée


Vidéos
PNDES : Ouagadougou veut convaincre pour financer son développement



Abonnez-vous!
La lettre d'information du Gouvernement


Sites Publics

 Présidence du Faso
 Assemblée nationale
 LegiBurkina
 Archives du site du Premier Ministère
Accueil > À la une > Acutalités > Premier Ministère > Le directeur régional pour l’Afrique du Bureau international du Travail reçu (...)

Le directeur régional pour l’Afrique du Bureau international du Travail reçu en audience

mercredi 23 septembre 2009

Le directeur régional pour l’Afrique du Bureau international du Travail (BIT), Monsieur Charles Dan a été reçu en audience le 21 septembre 2009 par le Premier Ministre Tertius Zongo. Dépêché à Ouagadougou par le directeur général du BIT, Monsieur Juan Somavia, il est venu traduire la compassion et la solidarité de son organisation aux autorités burkinabè pour les inondations du 1er septembre qui ont fait d’importants dégâts et plus de 150 000 sinistrés. Il a saisi l’occasion pour partager avec le Premier Ministre une proposition du BIT d’organiser le 30 novembre prochain à Ouagadougou un forum des partenaires sociaux africains et un colloque de haut niveau.

Interrogé par la presse, à sa sortie d’audience, sur l’objet de sa visite au Burkina, Charles Dan a souligné qu’il est venu exprimer au président du Faso et aux autorités du pays, la compassion du directeur général du Bureau international du travail et la solidarité de l’organisation face aux sinistres consécutifs aux inondations du 1er septembre à Ouagadougou. « Nous sommes venus dire au Premier Ministre, au nom du directeur général, tout notre intérêt, toute notre compassion pour la réactivité des autorités face à cette catastrophe », a-t-il dit.

Tout en relevant que le phénomène des inondations a été observé dans toute la sous région, Il a salué l’exemplarité des efforts des autorités burkinabè pour faire face aux nombreux problèmes qui ont été créés et il a tenu à le signifier au cours de l’audience. « Au Burkina Faso, nous avons vu une très grande réactivité et nous avons tenu à présenter nos félicitations aux autorités en la personne du Premier Ministre », a précisé Charles Dan.

Outre la compassion et la solidarité que le directeur régional pour l’Afrique du Bureau international du travail est venu apporter au peuple burkinabè, il a saisi l’occasion pour remercier le Premier Ministre pour avoir participé au Sommet sur la crise mondiale de l’emploi, tenu le mois de juin dernier à Genève. Il a rappelé qu’au cours de ce sommet, le Premier Ministre a prononcé au nom du Burkina Faso, une allocution dans laquelle il a souligné l’importance de la solidarité au niveau des pays africains en vue de faire face à la crise mondiale de l’emploi.

Aussi, a-t-il souligné que dans le cadre de ce processus de création de cette chaîne de solidarité, le directeur général du BIT l’a chargé de venir présenter aux autorités du Burkina une proposition pour organiser à Ouagadougou le 30 novembre un forum des partenaires sociaux et un colloque de haut niveau regroupant dans un cadre tripartite les gouvernements, les employeurs, les travailleurs de tous les pays africains.

Charles Dan a rappelé que le sommet mondial qui s’était tenu en juin dernier à Genève avait abouti à un pacte mondial pour l’emploi autour de 4 pistes d’action. La première piste vise à tout faire pour maintenir les emplois existants et d’essayer malgré la crise, de créer davantage d’emplois dans les petites et moyennes entreprises, les micro entreprises, les coopératives. La deuxième piste d’action, vise quant à elle à tout mettre en oeuvre pour protéger les droits fondamentaux des travailleurs. La troisième piste d’action de ce pacte mondial pour l’emploi, est de considérer l’investissement dans la sécurité sociale comme un investissement dans la productivité et non pas seulement comme un coût. La quatrième piste d’action de ce pacte consiste à stimuler le dialogue social comme un instrument incontournable de paix, de progrès social et de développement économique.

C’est selon lui, dans cette perspective que le directeur général du BIT et le Président du Faso ont décidé d’organiser à Ouagadougou le forum et le colloque de haut niveau pour convenir d’une « vision africaine pour la mise en œuvre rapide et effective de ce pacte mondial, au bénéfice des populations dans le cadre de l’adoption dans chaque pays africain de ce qu’on appelle un programme national pour le travail décent ».

Parlant de travail décent, il a souligné que les répercussions de la crise mondiale touche l’Afrique. « L’Organisation internationale du travail a calculé que rien que pour l’année 2009, le nombre de chômeurs formels dans le monde devait augmenter de 217 à 239 millions. En Afrique, notre organisation a calculé que l’emploi vulnérable représente 73% de la population et devrait augmenter rien que pour l’année 2009 à 77% d’emplois vulnérables ». Pour Charles Dan, l’emploi décent nourrit le développement tout comme le développement doit nourrir la création d’emplois.

Version imprimable