Accueil thématique

Dossiers


Recherche personnalisée


Vidéos
PNDES : Ouagadougou veut convaincre pour financer son développement



Abonnez-vous!
La lettre d'information du Gouvernement


Sites Publics

 Présidence du Faso
 Assemblée nationale
 LegiBurkina
 Archives du site du Premier Ministère
Accueil > À la une > Acutalités > Premier Ministère > Disparition de Salifou DIALLO : Hommage et reconnaissance de la Nation à (...)

Disparition de Salifou DIALLO : Hommage et reconnaissance de la Nation à l’illustre disparu

lundi 28 août 2017

Décédé le samedi 19 août 2017 à Paris, le Président de l’Assemblée nationale, Dr Salifou DIALLO, a reçu un hommage national, le jeudi 24 août 2017. Présidé par le président du Faso, Roch Marc Christian KABORE, le cérémonial qui a été marqué, entre autres, par des honneurs militaires, une décoration à titre posthume, des allocutions d’hommage a connu la présence effective des Chefs d’Etat du Niger, Mahamadou ISSOUFOU, de la Guinée, Alpha CONDE, par ailleurs Président en exercice de l’Union africaine (UA) et de délégations étrangères, de personnalités du monde politique, diplomatique, coutumier, religieux, sportif, culturel, de la société civile, de délégations étrangères, etc.

A son valeureux et dévoué fils, grand serviteur de l’Etat, Dr Salifou OUATTARA, Président de l’Assemblée nationale, décédé le samedi 19 août 2017 à Paris, la Nation burkinabè a été reconnaissante. Au cours du cérémonial de l’hommage national, l’illustre disparu a été élevé, à titre posthume, à la dignité de Grand-croix de l’Ordre national.

Le Président du Faso, Roch Marc Christian KABORE, a salué l’action de Salifou DIALLO en faveur du Burkina Faso, de sa région du Nord et de son Yatenga natal, mais aussi du continent africain et du reste du monde.
En outre, il a fait une mention spéciale pour l’engagement du disparu sur la scène internationale, afin de défendre et servir, sans relâche, les intérêts du Burkina Faso et de l’Afrique.

De ce fait, il a exhorté tous les compatriotes éprouvés, les cadres de l’Etat, la classe politique et tous les acteurs d’une gouvernance démocratique apaisée et porteuse de paix, de stabilité et de prospérité, à renouveler leur engagement au service de la Nation.

« Durant tout son parcours professionnel et politique, Salifou DIALLO nous a donné l’exemple d’un homme de conviction, courageux, tacticien et résolument déterminé à remporter toutes les batailles qu’il engageait en faisant montre d’un incontestable courage politique et d’une détermination sans faille à servir le Burkina Faso. Salifou, tu as été de tous les combats, tu n’as pas vécu pour rien », a-t-il mentionné.
De l’avis du Président KABORE, le meilleur hommage que l’on puisse lui rendre, c’est de nous engager individuellement et collectivement à remporter les batailles à venir pour la paix et la prospérité de la Nation burkinabè.

Pour le 1er vice-président de l’Assemblée nationale, Me Bénéwendé Stanislas SANKARA, Salifou DIALLO a posé la pierre angulaire de l’édification d’un parlement moderne.
Il a promis que les députés de la 7e législature poursuivront l’un des combats de « Gorba » à savoir l’autonomisation des jeunes et des femmes.
A l’opposition comme à la majorité, l’on loue également les qualités de « l’homme des débats, de conviction, de caractère » qu’a été le président de l’Assemblée nationale. Pour Zéphirin DIABRE, Chef de file de l’Opposition politique, au-delà des divergences politiques naturelles qui existaient entre le regretté et les leaders politiques de l’opposition, tous partageaient les mêmes valeurs républicaines à savoir la foi en la démocratie et par-dessus tout, la volonté ardente de servir le Burkina Faso. 

« Nous sommes opposés, mais nous ne sommes pas ennemis ! Nous appartenons à la même nation que nous construisons chacun à sa place, chacun dans son rôle, et chacun à sa façon », a-t-il indiqué avant de faire remarquer que la disparition du Dr Salifou DIALLO est une immense perte pour notre pays, confronté à ce moment précis de son histoire, à de lourds défis qui semblent ouvrir le temps des incertitudes.

« Ses opinions auraient été fort utiles pour les relever. Et l’Opposition aurait tant aimé pouvoir croiser avec lui le fer des idées sur bon nombre de questions.
Avec la disparition de ce baobab politique, notre pays est profondément affecté. Mais le meilleur hommage que nous puissions lui rendre, c’est de faire le pari que nous saurons surmonter l’épreuve de sa disparition pour continuer, chacun dans son rôle et chacun à sa façon, de poser les bases d’un meilleur devenir de notre pays, car c’est ce qu’il recherchait par-dessus tout », a soutenu M. DIABRE.
A entendre le Président du Niger, Mahamadou ISSOUFOU, Salifou DIALLO est un panafricaniste.

Au nom des présidents et des vice-présidents des parlements africains, Adrien HOUNGBEDJI, souligne que la mort de Salifou DIALLO laisse ses proches désemparés car l’homme était l’incarnation « d’une humanité rare ».
Il était aussi, à l’en croire, « opiniâtre, discret, engagé ». Bref, « un grand homme d’Etat de son temps, un visionnaire ».
Compagnon du défunt, Mohamed BAZOUM, ministre de l’Intérieur du Niger a déclaré que le vide laissé par la disparition de Salifou DIALLO ne pourra être comblé, lui qui était toujours « constant ».
Il a également rassuré le peuple burkinabè que le Niger sera à ses côtés pour « faire aboutir les idéaux de l’insurrection ».

DCI/PM

Version imprimable