Accueil thématique

Dossiers


Recherche personnalisée


Vidéos
PNDES : Ouagadougou veut convaincre pour financer son développement



Abonnez-vous!
La lettre d'information du Gouvernement


Sites Publics

 Présidence du Faso
 Assemblée nationale
 LegiBurkina
 Archives du site du Premier Ministère
Accueil > À la une > Acutalités > Premier Ministère > Modernisation de l’administration : Les agents publics doivent se mettre au (...)

Modernisation de l’administration : Les agents publics doivent se mettre au service du peuple

mardi 1er août 2017

La session ordinaire 2017 du Conseil national de la modernisation de l’administration (CNMA) s’est tenue, le jeudi 27 juillet 2017, sous la présidence du Premier ministre, Paul Kaba THIEBA. Au cours des travaux, les participants ont examiné le cadre de mesure des résultats du Plan stratégique de modernisation de l’administration (PSDMA). Ils ont également pris connaissance des initiatives prises en matière de modernisation de l’administration suite aux orientations issues d la session 2016 du CNMA et fixé de nouvelles orientations pour l’année 2018. A l’occasion, Paul Kaba THIEBA a déclaré que l’administration doit être au service du peuple et non l’inverse.

« L’administration doit être au service du peuple et non l’inverse. C’est à cette condition que la vision déclinée par le Président du Faso qui est de faire du Burkina Faso un Etat de droit disposant d’une administration moderne, performante, porteuse de développement, au service de l’intérêt général, du citoyen et de l’usager trouvera sa juste traduction ».

Ces propos ont été tenus par Premier ministre, Paul Kaba THIEBA, à l’occasion session ordinaire 2017 du Conseil national de la modernisation de l’administration (CNMA).
Pour lui, les membres du CNMA ont la responsabilité et le devoir de concevoir et porter la politique de modernisation en ce sens que leur engagement « déterminera la réussite de la mise en œuvre de l’axe n°1 du PNDES, à savoir la modernisation de la gouvernance ».

« Pour ce faire, les membres du CNMA doivent davantage être à l’écoute de nos populations, connaitre davantage leurs besoins, anticiper leurs attentes et inscrire leurs actions dans leur satisfaction », a-t-il précisé.
Dans un contexte marqué par une forte demande sociale (santé, éducation, justice, services sociaux de base), le Chef du Gouvernement a rappelé aux serviteurs de l’Etat de l’administration publique qu’en toute circonstance, ils doivent se dévouer à leur service et à placer ce devoir au-dessus des intérêts personnels et corporatistes.

« Les revendications corporatistes quelles que soient leur légitimité, ne doivent pas contribuer à détériorer la relation privilégiée qui doit exister entre l’Administration et le citoyen car, sans le citoyen ou l’usager, l’Administration n’a plus de raison d’être. Cette relation de confiance est au cœur du contrat social qui nous lie aux Burkinabè », a-t-il expliqué.

En cela, Paul Kaba THIEBA, a estimé que les revendications corporatistes doivent nécessairement prendre en compte l’obligation de continuité du service public, car « elles seraient discutables si elles n’avaient pas de contrepartie en matière de productivité et de qualité du service publique que nous devons à notre peuple ».

Tout en réaffirmant la disponibilité de son Gouvernement au dialogue et à l’identification des actions qui vont valoriser et renforcer les capacités des ressources humaines des administrations, il a invité chaque agent public « à être plus performant et à se mettre sans réserve à la disposition du peuple, son vrai employeur ».

Au cours de la session ordinaire, les participants ont examiné le cadre de mesure des résultats du Plan stratégique de modernisation de l’administration (PSDMA).
Ils ont également pris connaissance des initiatives prises en matière de modernisation de l’administration suite aux orientations issues d la session 2016 du CNMA et fixé de nouvelles orientations pour l’année 2018.


DCI/PM

Version imprimable