Accueil thématique

Dossiers


Recherche personnalisée


Vidéos
PNDES : Ouagadougou veut convaincre pour financer son développement



Abonnez-vous!
La lettre d'information du Gouvernement


Sites Publics

 Présidence du Faso
 Assemblée nationale
 LegiBurkina
 Archives du site du Premier Ministère
Accueil > À la une > Acutalités > Premier Ministère > Evaluation des décisions de coopération entre le Burkina Faso et la Côte (...)

Evaluation des décisions de coopération entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire : Des progrès notables enregistrés par les deux parties sur bien de dossiers prioritaires et spécifiques

mardi 11 juillet 2017

La séance de travail bilatérale qui a eu lieu, le vendredi 7 juillet 2017, entre les experts ivoiriens et burkinabè a permis de procéder à une évaluation des décisions de coopération prises lors de la dernière conférence du Traité d’amitié et de coopération (TAC) qui s’est tenue en 2016 à Yamoussoukro. Il ressort de cette rencontre que des progrès notables ont été enregistrés par les deux parties dans la mise en œuvre des décisions de coopération entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire sur bien de dossiers prioritaires et spécifiques. Les projets soumis à l’appréciation des experts vont constitués les sujets à l’ordre du jour de la prochaine conférence au sommet du TAC qui va se tenir du 13 au 18 juillet 2017 à Ouagadougou.

Plusieurs dossiers étaient sur la table de la séance de travail bilatérale entre les experts ivoiriens et burkinabè devant préparer la 6e conférence au sommet du Traité d’amitié et de coopération (TAC).

Il s’agit, entre autres, du projet de construction de l’autoroute Yamoussoukro-Ouagadougou, de celui du projet de réhabilitation du chemin de fer Abidjan-Ouagadougou-Kaya et son prolongement jusqu’à Tambao, de celui d’approvisionnement régulier du Burkina Faso en énergie électrique et en hydrocarbures par la Côte d’Ivoire, de l’évaluation de la recommandation relative à la situation post-évacuation du Mont Péko, du point de la mise en œuvre de l’accord de coopération en matière de lutte contre la traite transfrontalière des enfants entre la République de Côte d’Ivoire et le Burkina Faso.

Le Premier ministre burkinabè, Paul Kaba THIEBA, a soutenu qu’en ce qui concerne le projet de construction de l’autoroute Yamoussoukro-Ouagadougou, des progrès notables ont été enregistrés de part et d’autre.

Pour ce qui est du projet de réhabilitation du chemin de fer Abidjan-Ouagadougou-Kaya et son prolongement jusqu’à Tambao, le Premier ministre burkinabè a indiqué que le groupe Bolloré a fait part de ses prétentions et que ce dossier va être approfondi et porté à la connaissance des présidents Roch Marc Christian KABORE et Alassane OUATTARA.

Au sujet du projet d’approvisionnement régulier du Burkina Faso en énergie électrique et en hydrocarbures par la Côte d’Ivoire, il a mentionné que les deux parties se sont félicitées de la fourniture conséquente d’électricité par la partie ivoirienne.

La question du mont Péko a également été abordée et les deux parties ont décidé de traiter ce sujet de manière concertée afin d’éviter que des décisions unilatérales ne soient prises par l’une des parties et qui pourraient portés préjudice aux intérêts nationaux de l’autre, selon lui.

« Nous saluons l’esprit dans lequel ce dossier a été traité. Aujourd’hui, le mont Péko a été évacué. Certes, il reste des questions résiduelles mais ce qui est important c’est que les deux parties se sont engagées à nouveau à régler ces questions dans un esprit de fraternité et de solidarité », a-t-il expliqué.

S’agissant de la coopération administrative frontalière, le Chef de l’exécutif burkinabè a signalé que les questions en suspens ont été évoquées et des instructions ont été données aux deux ministres en charge de cette question afin que les projets en cours puissent être approfondis et qu’un rapport soit fait à l’intention des deux Chefs de l’Etat lors du 6e TAC.

Des avancées notables dans le domaine sécuritaire

Les deux parties se sont félicitées des avancées notables dans le domaine sécuritaire.
«  Le Gouvernement burkinabè a remercié le Gouvernement ivoirien pour sa collaboration entre nos deux services de sécurité en matière de renseignement pour assurer la sécurité des biens et des personnes de part et d’autre de la frontière », a exprimé le Premier ministre THIEBA.

Au sujet des négociations entre la Société nationale burkinabè d’hydrocarbure (SONABHY) et la Société ivoirienne de raffinerie (SIR) notamment l’approvisionnent à un coût maitrisé du Burkina Faso en produits pétroliers, Paul Kaba THIEBA a reconnu qu’il y a des difficultés mais que des instructions ont été données aux ministres compétents pour faire des propositions à soumettre à la conférence au sommet de manière à ce que des solutions équilibrées soient trouvées.

Au titre des divers, il a affirmé que décision a été prise de créer un cadre de concertation entre les deux Chefs de Gouvernement.

« Les conférences au sommet entre les deux Gouvernements sont l’occasion de signatures d’accords et de prises de décisions. Il est important que nous puissions suivre ces cadres d’exécution de ces décisions. Il faut que les deux Chefs de Gouvernement puissent se rencontrer de manière périodique pour suivre l’état d’avancement des travaux. Nous avons décidé d’une réunion périodique qui aura une fréquence annuelle pour suivre l’exécution des décisions sur la base des rapports qui nous sont soumis par les comités techniques. C’est une décision importante qui permettra aux décisions qui sont prises d’être suivies d’effet », a-t-il précisé.

Pour le Premier ministre ivoirien, Amadou Gon COULIBALY, la Côte d’Ivoire est ouverte en ce qui concerne la question de la fourniture complémentaire en électricité au Burkina Faso.

A l’entendre, sur cette question, les engagements pris lors du dernier TAC ont été rempli par la Côte d’Ivoire et même légèrement dépassé.
« De 70 à 80 mégawatts comme promesse on est allé jusqu’à 83 mégawatts. Nous nous engageons de passer de 83 à 90 mégawatts à partir du premier trimestre 2018 », a-t-il éclairé.

Pour ce qui est de la question de l’approvisionnement en hydrocarbure de la SONABHY par la SIR, il a déclaré que la réunion a permis aux deux délégations de se rendre compte que leurs divergences ne sont pas aussi profonde que cela et qu’il y a la possibilité de converger pour que cet approvisionnement puisse être assurée dans des conditions de compétitivité et de régularité.

DCI/PM

Version imprimable