Accueil thématique

Dossiers


Recherche personnalisée


Vidéos
PNDES : Ouagadougou veut convaincre pour financer son développement



Abonnez-vous!
La lettre d'information du Gouvernement


Sites Publics

 Présidence du Faso
 Assemblée nationale
 LegiBurkina
 Archives du site du Premier Ministère
Accueil > À la une > Acutalités > Premier Ministère > Programme Burkina Startup : Jeunesse burkinabè, libère ton génie créateur (...)

Programme Burkina Startup : Jeunesse burkinabè, libère ton génie créateur !

mardi 11 juillet 2017

Dans le cadre de la promotion de sa politique économique, le Gouvernement burkinabè, a entrepris de nombreuses actions pour promouvoir le secteur privé, considéré comme étant le moteur de la croissance contribuant à la création d’emplois et de richesses. Le lancement du programme Burkina Startup par le Premier ministre, Paul Kaba THIEBA, le mardi 11 juillet 2017, fait partie de ces initiatives. Il est financé par le Fonds burkinabè de développement économique et social (FBDES) à hauteur de dix milliards de F CFA et sa durée est de cinq (5) ans (2017-2021). Il est attendu de ce programme la création de dix mille (10 000) emplois directs, de cent (100) startups par an soit cinq cent (500) startups au bout des cinq ans.

Adopté le 31 mars 2017 en Conseil des ministres, le programme Burkina Startup est entré dans sa phase opérationnelle depuis le mardi 11 juillet 2017, date de son lancement par le Premier ministre, Paul Kaba THIEBA.
Ce programme s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Plan national de développement économique et social (PNDES), notamment en son axe 3 « dynamiser les secteurs porteurs pour l’économie et les emplois ».
Le programme Burkina Startup est financé par le Fonds burkinabè de développement économique et social (FBDES) à hauteur de dix milliards de F CFA et sa durée est de cinq (5) ans (2017-2021).

Il comporte deux (2) composantes à savoir la composante A relative à l’accroissement de la création de nouveaux emplois et richesses par l’accompagnement financier du FBDES sous formes de prises de participation et la composante B qui à trait à l’accroissement des capacités opérationnelles des entreprises par un accompagnement financier du FBDES sous forme de compte courant d’associés et de prêts participatifs.

Les projets éligibles à ce programme sont ceux dont les besoins de financement varient entre deux (2) millions de F CFA et quarante (40) millions de F CFA et ceux dont les besoins de financement varient entre deux (2) millions de F CFA et dix (10) millions de F CFA pour les comptes courant d’associés et les prêts participatifs.

Il est attendu de ce programme la création de dix mille (10 000) emplois directs, de cent (100) startups par an soit cinq cent (500) startups au bout des cinq ans.
L’objectif global de ce programme est de favoriser la naissance et l’émergence de Petites et moyennes entreprises (PME) structurantes et innovantes à travers un mécanisme nouveau de financement adapté à l’auto-emploi.

Il a pour public cible les jeunes burkinabè de l’intérieur et de la diaspora présentant une idée originale de projet, un projet innovant ou une startup de moins de cinq (5) ans.

Le programme Burkina Startup consiste à identifier des opportunités d’investissements, c’est-à-dire des startups présentant de belles perspectives de croissance et à la recherche de fonds, à y investir (typiquement lors d’une des premières levées de fonds), puis à les accompagner dans leur croissance.
Tous les secteurs d’activités économiques sont concernés par ce programme, pourvu que le projet ait un caractère innovant.

En outre, le FBDES apportera des conseils et des formations aux startups sur lesquelles il mise, notamment en leur donnant des expertises technique et managériale.

Il s’agit de nouer des relations d’affaires entre les jeunes entrepreneurs et les seniors expérimentés afin de créer une complémentarité à même de favoriser la réussite des entreprises créées.

Selon le Chef du Gouvernement, le programme Burkina Startup est au cœur de la vision du programme du Président du Faso et de la politique du Gouvernement.
A son avis, la contrainte du financement notamment au niveau du démarrage est l’une des principales contraintes de développement des Petites et moyennes entreprises (PME) dans notre pays.

« Les PME n’ont pas besoin de n’importe quel type de financement. Quand elles s’endettent à la banque, elles doivent payer des intérêts or les charges financières tuent les entreprises lors de leurs premières années de création », a-t-il expliqué.
Il a renchéri que le FBDES permet, à travers ces projets startups, de prendre des participations au capital et de participer aux risques par une contribution au fonds propre.

« A ce niveau, il n’y a pas de charges financières, il n’y a pas de taux d’intérêt à payer. Cela permet donc à l’entreprise de se développer tranquillement. Cela est important. C’est de l’innovation. Nos jeunes qui sortent de nos écoles, de nos universités, de nos centres de formation ont besoin de cet accompagnement financier pour pouvoir développer leurs projets, leurs idées », a-t-il développé.

Paul Kaba THIEBA a la conviction qu’avec ce programme, le « Burkina Faso is back » et qu’avec un instrument comme Burkina Startup, le Gouvernement va répondre aux besoins des jeunes et réaliser la transformation structurelle de notre économie.
« Avec ce programme, nous pourrons faire en sorte que notre pays connaisse une croissance forte, beaucoup plus solide, beaucoup plus résiliente et beaucoup plus inclusive », a-t-il précisé, tout en invitant les jeunes burkinabè de l’intérieur comme de la diaspora à libérer leur génie créateur et à souscrire au programme Burkina Startup.

DCI/PM

Version imprimable